QUEL EST MON NOM?

POUR EN FINIR AVEC LE CINÉMA

LA COULEUR RETROUVEE DU VOYAGE DANS LA LUNE DE GEORGES MELIES

CONVERSATIONS AVEC MARTIN SCORSESE

PARIS VU PAR HOLLYWOOD

FAUX Q, VRAI MAGAZINE

5e AVENUE, 5 HEURES DU MATIN

LE VOYAGE DE G. MASTORNA

DÉJÀ STARS

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

AARDMAN, L'ART QUI PREND FORME

DÉMONS

SCORSESE L'EXPOSITION




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Septembre 2017

CARO/JEUNET
LA CITÉ DES FILMS PERDUS

7 septembre 2017-31 juillet 2018
La Halle Saint Pierre, Paris 18e

La Halle Saint-Pierre, aux pieds du Sacré-cœur, est un lieu habituellement réservé à l’Art brut. Aussi, on s’étonnerait presque de découvrir deux cinéastes s’y exposant. D’autant que le culte autour de Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet et leur œuvre filmographique auraient mérité sa place à la Cinémathèque française (qui est partenaire). Ce n’est finalement pas si mal que le duo se retrouve dans ce quartier populaire, à deux pas du Café des Deux moulins et de la rue Lepic chère à Amélie Poulain.

Cette rétrospective quasiment anthologique, comprend leurs films communs, leurs œuvres individuelles comme leurs projets inaboutis. Le parcours n’est pas chronologique, sans réelle logique même, peu importe : le plaisir est là.

Parce que leur cinéma est porté sur le souci du détail, parce qu’il est esthétique et nostalgique, fantaisiste et ludique, ces deux artisans nous gâtent avec des souvenirs de tournages dont on connaît chaque recoin : un nain de jardin (enfin revenu au bercail), des photomatons (déchirés, recollés ou intacts), un cerveau flottant dans une machine, des cartes géographiques et journaux d’une autre époque…

Costumes et dessins, objets de décors et accessoires, tout y est : d’un Alien grandeur nature à la maquette (la minutie et le sens du détail épatent) d’une boucherie, c’est un véritable cabinet de curiosités que nous visitons. Si bien que l’absence de parcours rationnel, ce qui ne signifie pas désorganisé, ce bric-à-brac fourre-tout, scénarios inclus, prend tout son sens : une sorte de musée des merveilles qui nous fait traverser le temps à la manière d’un Jules Verne, de la première guerre mondiale à un futur lointain, en passant par les 30 glorieuses ou un Paris hors-du-temps.

Evidemment, le clou du spectacle est caché. Ces deux apôtres de l’imaginaire nous offrent trois trésors qui stimulent notre propre imagination. Une petite pièce renferme trois films qui n’ont pas pu se réaliser, et notamment un Don Juan assez torride et la version de Jeunet de L’Odyssée de Pi. Les cinéphiles ne manqueront pas cette étape, à l’écart de la foire fétichiste et fantastique des films connus.

Le plus étrange finalement est d’avoir cette impression d’entrer dans un manoir hanté par des images connues de tous ou de prendre un train fantôme dont on devine toutes les attractions. Un voyage au milieu d’un univers qui méritait grandement cette reconnaissance muséale singulière.

- vincy    


site de l'exposition  - Jean-Pierre Jeunet sur Ecran Noir