LE VOYAGE DE G. MASTORNA

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

PASOLINI ROMA

CARO/JEUNET

LES PIXELS DE PAUL CEZANNE

GOSCINNY ET LE CINÉMA




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Septembre 2005

JAMES DEAN, UN BEAU CADAVRE
Un cadavre qui cause star

« James Dean » Un beau cadavre
Michel Bulteau
Eds du Rocher, 2005, 146 pages

Ce petit livre permet de caractériser James Dean comme ayant été mu par quatre grandes forces :
- l’amour de la vitesse (mais il était souvent en retard à ses rendez-vous) ;
- l'obsession de la mort (mais, faisait-il semblant ? Il la caricaturait) ;
- le désir de bien travailler sur un plateau de cinéma ou une scène de théâtre (mais il était fantasque et aussi emmer… qu’un John Ford !) ;
- l’amour des femmes (et là, après le bonheur, ce n’était souvent que déchirements et désespoirs).
Pour analyser le caractère, les pensées et les idées de ce qui fut un mythe des années 50, M. Bulteau, lui-même poète, émaille son récit de citations de grands écrivains et romanciers. Le titre français du film La Fureur de Vivre traduit bien la vie de l’acteur. Il voulait être à New York et à Hollywood, mais il retrouvait ses racines de sa campagne natale du Fairmount où il fit ses débuts au théâtre. En fait il fut toujours pressé de tout faire, même des blagues sordides.
Sa courte vie (24 ans) se termine fatalement par l’amour de la vitesse avec des voitures et des motos faites pour les circuits et les rallyes. La photo du 30 septembre 1955, montrant les débris de la Porsche, en est la flagrante démonstration. En fait, aimant les corridas et s’apparentant parfois à un torero, il fut vaincu par un taureau mécanique.
Le livre, qui comporte 11 photos et une bibliographie complète (théâtre, cinéma, disques et livres) est lu avec intérêt. L’auteur a su mettre en valeur, d’une manière dépouillée, le déroulement d’une courte vie complexe et pleine d’aléas.
- Harry Stote    


james dean  - achetez le livre