LE VOYAGE DE G. MASTORNA

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

PASOLINI ROMA

CARO/JEUNET

LES PIXELS DE PAUL CEZANNE

GOSCINNY ET LE CINÉMA




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Juin 2006

LE PARRAIN, JEU VIDEO
Bienvenue dans la famille ! <^> Un jeu Electronic Arts
disponible sur PS2, X-box et PC
dès le 7 septembre sur PSP et X-box 360

"Passe du temps avec ta famille parce qu'un homme qui ne passe pas du temps avec sa famille n'est pas un vrai Homme." - Vito Corleone

Faire une adaptation d’un film cultissime pour des gamers à la recherche de sensations fortes et de nouvelles possibilités n’est pas chose aisée, surtout lorsqu’il s’agit de s’attaquer au mémorable Parrain de Francis Ford Coppola. Un pari risqué pour Electronic Arts mais l’éditeur, déjà très présent sur l'univers des licences cinématographiques, a déjà fait ses premières armes avec l’adaptation de James Bond (Demain ne meurt jamais, Le monde ne suffit pas), Le seigneur des anneaux (la trilogie), Harry Potter (les 4 films), Catwoman, Batman Begins, et réitèrera l’expérience en juillet prochain avec Superman Returns. Blockbuster assuré ou simple effet d’annonce ?

En plus d’être un énorme succès public, la trilogie du Parrain a été saluée par la critique. De nombreuses fois récompensée, les nombreux fans n’auraient pas supporté qu’elle soit dénaturée et les développeurs d’Electronic Arts l’ont bien compris. Conscients de cet impératif, ces derniers ont repris des passages cultes (la fusillade du Don laissant tomber ses oranges, la tête de cheval posée sur le lit, etc.) et c’est sans surprise que le jeu débute avec l’assassinat de celui qui s’avèrera être le père du gamer. Le vrai plus dans ce jeu réside dans la fonction « Mobface » qui permet de créer de la tête au pied un nouveau membre de la famille Corleone et de donner vie à une nouvelle version des aventures italo-américaine à chaque nouveau joueur.
Après avoir vécu quelques galères, le joueur devient un homme sous l’aile protectrice des Corleone, qui va pouvoir assouvir sa soif de revanche. On ne boude pas son plaisir à molester ses ennemis avec le contrôle de poings de Fight Night, à combattre au corps à corps en utilisant le stick analogique droit ou encore appuyer sur les deux gâchettes et les deux sticks analogiques simultanément afin d’étrangler son adversaire. Les vibrations de la manette et les crispations ressenties donnent vraiment l’impression de tenir le cou du malheureux entre les doigts. Le contrôle total du personnage renforce l’intensité émotionnelle et l’expérience de jeu. Excellente surprise qu’est donc la prise en main du Parrain, qui s’avère particulièrement efficace et laisse augurer de belles heures de plaisir.

"- Garde tes amis près de toi et tes ennemis encore plus près"

Avant de devenir le Parrain, le personnage créé devra réaliser 16 missions directement inspirées du film ainsi que 20 missions au scénario totalement original, qui offriront des opportunités et des façons de jouer infinies. Le personnage devra donc apprendre à se faire respecter et à faire gonfler ses revenus en « imposant » ses services de protection aux différents commerces. Si cinq familles se partagent la Grosse Pomme, chacune cherche évidemment le monopole et il incombera au gamer de faire en sorte que les Corleone soient les premiers à l’obtenir. S’il est facile de devenir le Bras Droit en réussissant les quêtes principales (au bout de 7h de jeu environ), devenir le Don de tout New York est une autre paire de manche ! Il faudra ainsi gagner le respect des autres familles. En raflant quelques points d’expérience et en passant un certain nombre de niveaux à travers de nombreux actes mafieux, le joueur est amené à rencontré la famille Tattaglia et autre Barzini pour leur montrer qui contrôle réellement la ville. Il continuera son ascension en récupérant des armes dans des entrepôts et en infiltrant les propriétés de chaque famille rivale pour les faire exploser à grand renfort de bombes. Au passage, quelques missions secondaires dévoilées sous le nom de "contrats" seront à mener à bien à l'aide des munitions récupérées sur les victimes d'explosion ou au marché noir. Il faudra user avec rigueur l'argent amassé car il n'est pas impossible que le joueur ait à soudoyer un agent du FBI… Violence gratuite mais efficace, l'ambiance du film est bel et bien présente, et s'acharner sur une seule et même famille conduira même jusqu'à une guerre de clans. La vengeance est encore plus agréable lorsqu'on peut voir le blanc des yeux de celui dont on fait durer les souffrances, avoueront certains joueurs.
Intéressant sur le principe, la gestion des forces de police fait partie de la liste des points négatifs du jeu qui viennent entacher un test-jeu jusque-là plutôt satisfaisant. Au-delà d'une réalisation en dents de scie où les visages bien modélisés (de nombreux acteurs comme Marlon Brando, Robert Duvall et James Caan ont prêté leur apparence et leur voix pour plus de réalisme) et les effets pyrotechniques impressionnants côtoient un univers graphique très grisâtre et aux textures rarement détaillées. Voilà quelques erreurs de conception qui font tourner un bon vin en vinaigre dans la cave du Don. La police new-yorkaise manque cruellement d'effectifs, qu'il est rare de rencontrer, sauf quand le scénario le prévoit ou quand le joueur les cherche volontairement pour leur donner un pot de vin. Voir son indice de recherche monter lorsqu'on commet un petit délit ou un meurtre dans une ruelle à l'abri des regards est alors encore plus incompréhensible et l'Intelligence Artificielle générale fait souvent peine à voir, surtout lorsqu'une famille rivale laisse tranquillement passer le joueur alors qu'il vient de prendre le contrôle d'une de ses enseignes sous son propre nez. Avec pourtant un gameplay innovant et une licence forte, Le Parrain manque donc de finitions pour devenir une référence, même si pas mal de joueurs y trouveront néanmoins leur compte.

Verdict
Loin d'avoir choisie le film le plus facile à adapter en GTA-like, Electronics Arts a ressorti tout l'attirail de la mafia des années 40/50 (les armes sont d'époque!) et livre un jeu qui réussit finalement plus ou moins à tenir ses objectifs. Sans être l'incontournable de l'année comme espéré, Le Parrain arrive à faire rester les joueurs devant leur écran, et bien qu'irrégulière la réalisation plonge le gamer dans l'ambiance de ces années folle, où se faire respecter est le mot d'ordre pour atteindre le pouvoir. Il est regrettable que la durée de vie soit écourtée et que quelques erreurs de fonctionnement existent mais pour un premier essai dans le genre, le premier jet est concluant (même si certains aficionados auraient préféré attendre quelques semaines de plus pour voir apparaître une version plus finalisée).

- Marie    


site officiel  - achetez le jeu