LE VOYAGE DE G. MASTORNA

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

PASOLINI ROMA

CARO/JEUNET

LES PIXELS DE PAUL CEZANNE

GOSCINNY ET LE CINÉMA




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Mars 2008

CHASSEURS DE DRAGONS
Les Dragons sont à l’honneur

Chasseurs de Dragons, exposition
Galerie Arludik, 12-14, rue St-Louis en l’Ile 75004 Paris
Du 11 mars au 12 avril

A l’approche de la sortie du long métrage d’animation Chasseurs de dragons, ces derniers et leurs créateurs envahissent la galerie Arludik du 11 mars au 12 avril. Pour l’événement, dessins préparatoires, recherches de personnages et peintures numériques originales (sélectionnés par les réalisateurs eux-mêmes) viennent colorer et donner vie aux murs blancs de la galerie.
Les croquis permettent de voir l’évolution des décors er paysages ainsi que les différentes expressions des visages des personnages, et certaines planches de story board viennent également hanter la galerie.

A l’occasion du vernissage qui s’est déroulé le 13 mars, les heureux créateurs étaient de la partie. Guillaume Ivernel et Arthur Qwak, les réalisateurs, ainsi que Valérie Hadida, conceptrice des personnages, étaient tous trois présents. Dédicaçant à tours de bras, Arthur Qwak a bien voulu répondre à quelques questions. C’est ainsi que j’ai appris que la version longue du concept Chasseurs de dragons s’était mise en place en même temps que la série ; il est juste plus long de concevoir un film d’1h22 qu’une série télévisée en plusieurs épisodes. Mais en aucun cas le film prochainement en salles n’a été réalisé à la suite du succès de la série diffusée sur France 3.
Avec un budget approchant les 12 millions d’euros (ce qui n’est pas forcément une somme astronomique lorsqu’il s’agit de la 3D), une conception-fabrication qui a pris 2 ans et demi et mobilisé 450 personnes, Chasseurs de dragons est un grand et beau projet. Ses créateurs ont voulu « offrir un spectacle d’aventures visuelles de grande envergure » et le pari semble réussi. Pour Arthur Qwak, « les mondes volants, flottants [du film], c’est Dali, le surréalisme ».
Ne visant pas uniquement un public d’enfants, les réalisateurs se sont penchés sur le conte et les idées universelles qui l’accompagnent. Il n’y a plus qu’à espérer que le film ait autant de succès que la série et si ce dernier suit la voie que prend l’exposition, il semble alors être bien parti.

- morgane    


La galerie Arludik