LE VOYAGE DE G. MASTORNA

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

PASOLINI ROMA

CARO/JEUNET

LES PIXELS DE PAUL CEZANNE

GOSCINNY ET LE CINÉMA




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Juin 2009

PINA BAUSCH
Le geste d'adieu

La chorégraphe Pina Bausch s'est éteinte le mardi 30 juin 2009, à 68 ans, après une carrière qui l'aura conduite, avec sa troupe, sur les plus grandes scènes internationales. Née en 1940, Pina Bausch était l'héritière des expérimentations chorégraphiques du début du 20e siècle et du théâtre expressionniste. Elevée dans la Ruhr, où ses parents tenaient un hôtel-restaurant, elle s'est formée auprès de Kurt Joos avant d'aller à New York.

Danseuse exceptionnelle, elle revient en Allemagne où elle prendra la direction de l'Opéra de la triste ville sidérurgique de Wuppertal en 1973. C'est avec sa compagnie de Wuppertal qu'elle se confrontera à des oeuvres "classiques" comme "Orphée et Eurydice" de Gluck ou "Le Sacre du Printemps" de Stravinsky pour leur apporter une nouvelle lecture. La chorégraphe explorera, également, ce théâtre en mouvements avec ses propres créations comme "Café Muller", "Nelken" (oeillets), "Masurca Fogo", "Palermo, Palermo",...

Ses pièces étaient des assemblages de saynètes quotidiennes ou anecdotiques. La chorégraphe reconstituait alors un univers total, son univers composé de passions, de violences, d'émotions, de tensions et d'impulsions. Ses voyages étaient le prétexte à de nouvelles découvertes. Car le Tanztheater de Pina Bausch n'est pas un monde idyllique. Ce n'est pas le ballet féérique mais une plongée dans ce qu'il y a de plus obscur chez l'humain.

Sa silhouette fine et allongée apparait fugitivement dans le Parle avec Elle d'Almodovar dans l'une des scènes les plus bouleversantes du film. La danse de Pina Bausch va au-delà de la virtuosité du geste. Sa grammaire chorégraphique, alternant douceurs et provocations, était un dialogue avec son public, un échange. Son regard sur le monde était livré frontalement, pour donner à penser. La vie, les chocs et les émotions, laissent des traces dans la mémoire. Pina Bausch aimait révéler ces mystères, lever les voiles sur ce que l'on souhaite cacher.

"Longtemps j'ai pensé que le rôle de l'artiste était de secouer le public. Aujourd'hui, je veux lui offrir sur scène ce que le monde, devenu trop dur, ne lui donne plus : des moments d'amour pur" affirmait-elle à la fin des années 90. L'altérité était au coeur de son travail. La formule de la chorégraphe Lidia Martinez s'applique à Pina Bausch plus qu'à tout autre : "Le don vous rend généreux".

- serge wintour    


Annonce de son décès sur Ecran Noir