LE VOYAGE DE G. MASTORNA

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

PASOLINI ROMA

CARO/JEUNET

LES PIXELS DE PAUL CEZANNE

GOSCINNY ET LE CINÉMA




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Juillet 2009

PARRWORLD
Le monde magique de Martin Parr...

"Parrworld" - Jeu de Paume
1, Place de la Concorde - 75008 Paris Jusqu'au 27 septembre 2009

"Qu'est ce qu'un peintre ? C'est un collectionneur qui veut se constituer une collection en faisant lui-même les tableaux qu'il aime chez les autres" - Pablo Picasso

On pourrait reprendre cette formule au sujet du photographe Martin Parr, héritier de la culture populaire, du réalisme et du kitsch. L'exposition que lui consacre le Jeu de Paume est singulière : la découverte de l'oeuvre d'un artiste à travers sa collection. On entre dans l'univers du photographe, un assemblage hétéroclite qui lève le voile et laisse entrevoir son intimité.

A côté de ses maîtres, les documentaristes britanniques Tony Ray-Jones ou Graham Smith, Martin Parr collectionne aussi les plus grands noms de la photographie comme Robert Frank, Garry Winogrand ou Rinko Kawauchi. Il cultive, par ailleurs, un goût pour le populaire, ou plutôt pour les objets du quotidien. Son panthéon personnel se compose des grands personnages de notre temps, de Margaret Tatcher, la "Dame de fer" ayant une place de choix, à Elisabeth II, de Georges Bush à Tony Blair, en passant par Ben Laden et Saddam Hussein sans oublier le Président Barack Obama. Mugs, cendriers, boules à neige et autres objets de pacotille s'accumulent et recomposent notre mythologie. Les images circulent par ces objets et s'installent dans notre imaginaire.

"Photographier, c'est conférer de l'importance" écrivait Susan Sontag dans son essai sur la photographie. L'accessoire devient le principal chez Martin Parr. Dans la série "Luxury", le photographe décrypte le monde des apparences à travers ces détails qui font toute la différence : téléphones portables dorés et brillants, lunettes de soleil griffées, maquillage tapageur, bijoux exubérants,... Ce luxe-là est dans l'excès. En Technicolor, Marin Parr décline les clichés de l'opulence contemporaine qui confond distinction et possession.

Martin Parr est un témoin lucide de son époque. Son travail va au-delà de l'apparente légèreté de ces gros plans aux couleurs saturées. Il capte ces signes qui définissent un monde matérialiste qui oublie parfois l'essentiel, c'est-à-dire son humanité.

- serge wintour