LE VOYAGE DE G. MASTORNA

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

PASOLINI ROMA

CARO/JEUNET

LES PIXELS DE PAUL CEZANNE

GOSCINNY ET LE CINÉMA




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Juin 2010

LOUISE BOURGEOIS
Good bye Louise...

Louise Bourgeois, de Marie-Laure Bernadac (Flammarion)
. Louise Bourgeois : l’aveugle guidant l’aveugle, de Mâkhi Xenakis (Actes Sud)
Louise Bourgeois, entretiens avec Paolo Herkehoff (Phaidon)
Hors Série exposition Centre Pompidou (éditions Beaux Arts)

L'artiste new-yorkaise Louise Bourgeois est morte à l'âge de 98 ans. Née à Paris en 1911, elle était arrivée à New York en 1938. A partir de 1945, elle expose ses premières sculptures, des totems en bois, fragiles et primitifs à la fois. Tout au long de son travail, elle ignorera les modes et les mouvements - expressionnisme, abstraction, minimalisme ou pop-art - pour développer son univers, organique et violent. Elle restera profondément attachée à la matière : bronze, latex, tissu, bois et marbre pour ses sculptures, encre et huile pour ses dessins.

"Tout mon travail est un autoportrait inconscient, il me permet d'exorciser mes démons" écrivait-elle dans son journal intime. Son oeuvre se construira, en effet, sur les thèmes de la violence, de la famille, de la féminité et de la maternité. "Je casse les choses car j'ai peur"... Louise Bourgeois, paradoxale, insolente et impertinente, était une rebelle. Elle a été l'une des premières artistes à s'imposer dans un monde jusqu'alors majoritairement masculin.

Elle était en lutte permanente, et d'abord, contre elle-même, contre ses souvenirs d'enfance et contre ses peurs. L'un de ses portraits les plus connus, un cliché noir et blanc de Robert Mapplethorp, la représente un phallus géant en bronze sous le bras, sourire et regard malins, comme un soldat victorieux après un combat. Mais elle recherchait, aussi, la sérénité et elle aimait peindre en blanc car "le blanc signifie le retour à la case départ".

A travers son langage subjectif, elle suscite des pulsions agressives et cruelles. Louise Bourgeois bousculait les conventions et les canons esthétiques. Le corps y est suggéré par petits bouts, symboliques. Son travail était une métaphore et une métamorphose du monde et des sentiments. Depuis vingt ans, elle réalisait des araignées géantes qu'elle appelait "Mamans". Ces araignées sont des cages surdimensionnées, de protection et de réclusion à la fois.

Traversant les courants et les époques, Louise Bourgeois demeurera l'une des figures majeures de l'art. Du MoMA au centre Pompidou, de la Tate Modern à la Biennale de Venise, l'éternelle adolescente en souffrance qu'elle était, partageait avec le public son monde où "la violence est partout".

- serge wintour    


Louise Bourgeois, exposition à Pompidou  - Louise Bourgeois, biographie (wikipedia)