LE VOYAGE DE G. MASTORNA

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

PASOLINI ROMA

CARO/JEUNET

LES PIXELS DE PAUL CEZANNE

GOSCINNY ET LE CINÉMA




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Octobre 2012

CHEVEUX CHÉRIS, FRIVOLITÉS ET TROPHÉES
COUPES DU MONDE

Cheveux chéris, frivolités et trophées
Musée du Quai Branly, Paris 7e
Du 18 septembre 2012 au 14 juillet 2013
Commissaire : Yves Le Fur, Directeur du département du Patrimoine et des collections du musée du quai Branly
Catalogue disponible en librairie

A priori une exposition sur les cheveux n’a pas grand rapport avec le cinéma. Pourtant, on l’a déjà vu à la Cinémathèque, le système capillaire - peu importe la couleur, les effets, la tenue – est un objet artistique à lui tout seul.

« Cheveux chéris, frivolités et trophées » passe la coiffe sous toutes ses coutures. Le cheveu est un symbole universel, féminin et masculin, qui, selon les civilisations, les ethnies, les époques a servi de vêtement, de fétiche, de bijou, d’accessoire.
Ainsi on le retrouve sur des têtes coupées, miniaturisées, des parures, des pendentifs mais aussi en sculpture, en peinture, en photo. De la beauté du cheveu à l’horreur de les perdre.

Le cinéma a souvent magnifié les coiffures. Et l’exposition n’oublie pas cet apport à la frivolité. A travers de grandes photos, on admire ainsi la rousse Isabelle Huppert, les brunes Ava Gardner et Gina Lollobrigida, la blonde Brigitte Bardot et le brun Alain Delon… En chignon ou en brushing, lissé ou frisottant, rasé ou tressé, le cheveu est coloré, les stars de cinéma se mélangent aux bustes inconnus, aux visages d’ailleurs, aux joyaux primitifs et aux portraits peints d’un autre siècle.

Ce voyage dans le mythe du cheveu vous dépaysera autant qu’il vous intriguera. Un parcours unique dans un univers fascinant, séduisant et, qui, au final, s’avère encore plus mystérieux qu’il n’y paraît. On ne peut pas être étonné, après cela, de voir cette partie de nous devenir un instrument primordial pour les artistes. Ces représentations du cheveu, celui qu’on chéri tant, ne sont que l’illustration de nous-mêmes, ou de l'image que l'on veut renvoyer, et du pouvoir qu’il nous donne.

- aristo-fan    


Site de l'exposition