LE VOYAGE DE G. MASTORNA

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

PASOLINI ROMA

CARO/JEUNET

LES PIXELS DE PAUL CEZANNE

GOSCINNY ET LE CINÉMA




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Juin 2002

LA BOUTIQUE AU COIN DE LA RUE
Proximités

La boutique au coin de la rue ; d'après le film de Ernst Lubitsch
Théâtre Montparnasse / Molière de la meilleure pièce

C'est une nouvelle tendance : la pièce adaptée d'un film. Pendant que Michel Leeb se travesti tous les soirs dans le nord de Paris pour se transformer en Madame Doubtfire, sur la Rive Gauche, on reprend un film de Lubitsch (déjà remaké par Hollywood il y a deux ans), pour le muter en " vaudeville " haut de gamme.
L'ensemble n'est pas désagréable. On pourrait même qualifier cette pièce de produit divertissant efficace. Les dialogues fusent, les caractères sont trempés et bien singuliers, l'histoire écrite d'avance. Même les décors sont plaisants, variés.
Non le plus étrange est que la pièce atténue fortement la relation entre ces deux êtres que tout oppose au bureau mais que tout réunit en secret. Ni les sentiments, ni les rancoeurs des tourtereaux ne passent aussi subtilement que dans le film. L'adaptation s'égare à garder le rythme. Ca bouge tout le temps, ça tourne dans tous les sens, ça parle, ça parle... Rien n'a le temps de s'installer, pas même ces personnages pittoresques.
Cela reste du théâtre populaire, bien produit, soigné, applaudi. De là à obtenir un Molière ! Dans la même veine que Les Palmes de Monsieur Shultz (qui engendra un film), on réplique un peu la recette. Mais cela ne reflète que l'absence de risque du théâtre privé. S'il n'a que ce type de pièces populo-chic à proposer, alors le théâtre est un peu mort, ou juste un nouveau support pour des producteurs de films, à l'instar des Américains qui transforment Disney, Hugo, Mel Brooks en comédies musicales.

- vincy    


le film de ernst lubitsch