Berlin 2016
18 films en compétition pour le jury de Meryl Streep. Le grand chelem des festivals est lancé pour la saison 2016, avec, au programme Denis Côté, Jeff Nichols, André Téchiné et Mia Hansen-Love.


- Oscars 2018

- Césars 2018

- Oscars 2017

- Césars 2017








 (c) Ecran Noir 96 - 20









Site internet des Oscars
Les Oscars sur Ecran Noir

Les prix remis par chaque profession
Acteurs Casting : No Coutntry for Old Men
Acteur : Daniel Day-Lewis ; actrice : Julie Christie
Second rôle masculin : Javier Bardem ; second rôle féminin : Ruby Dee
Scénaristes Diablo Cody (Juno) pour le scénario original ; Ethan & Joel Coen (No Country) pour la meilleure adaptation ; Alex Gibney (Taxi to the Dark Side) pour le documentaire
Réalisateurs Les frères Coen (No Country for Old Men)
Producteurs No Country for Old Men

Razzie (The Golden Raspberry Awards, Les Framboises d'or) ou les anti-Oscars.
- I KNOW WHO KILLED ME = 9 Nominations : Pire couple, film d'horreur, scénario, réalisateur, remake, 2nd rôle féminin, actrice, actrice, film
- I NOW PRONOUNCE YOU CHUCK & LARRY = 8 Nominations : Pire couple, scénario, réalisateur, 2nd rôle masculin, 2nd rôle masculin, 2nd rôle féminin, acteur, film
- NORBIT = 8 Nominations : pire couple, scénario, réalisateur, 2nd rôle masculin, 2nd rôle féminin, acteur, acteur, film
- BRATZ = 5 Nominations : pire couple, remake, 2nd rôle masculin, actrice, film
- DADDY DAY CAMP = 5 Nominations : pire scénario, réalisateur, prequel ou sequel, acteur, film
- CAPTIVITY = 3 Nominations : pire excuse pour un film d'horreur, réalisateur, actrice.
Parmi les stars on retrouve les pires acteurs Nicolas Cage (Ghost Rider, Benjamin Gates), Jim Carrey (The Number 23), Eddie Murphy (Norbit en cateur et en second rôle masculin et féminin), Adam Sandler (I now pronounce you ...), Jessica Alba (Fantastic Four, Awake, Good Luck Chuck), Diane Keaton (Because I Said so), Orlando Bloom (Pirates 3), Jon Voight (Bratz, Benjamin Gates, Transformers), Nicolette Sheridan (The Cleaner).




Pré-palmarès





Paul Thomas Anderson et les Coen : tout un symbole. D'abord parce qu'il s'agit de films où le sang, la nostalgie, les grands espaces traversent les images. Portés par des comédiens d'exception, ces rôles un peu "roots" traduisent surtout le fantasme d'une Amérique mythique, où la conquête de l'Ouest et le fric forment les deux piliers d'une civilisation déjà déclinante. Mais surtout, les 8 nominations chacun pour There Will be Blood et No Country for Old Men marquent la consécration pour des cinéastes indépendants, pour ne pas dire à la marge d'Hollywood. Avec leur ton décalé et une ambition intacte depuis leurs premiers films, Anderson comme les Coens ont tracé une voie parralèle où la dimension humaine n'est jamais compromise par la volonté de divertir.
Si l'on constate d'impardonnables oublis (Into the Wild, Sweeney Todd, La guerre selon Charlie Wilson, The Simpsons Movie, L'assasinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, I'm not there, Bourne Ultimatum), si l'on s'étonne des choix toujours incongrus dans la catégorie contestée du meilleur film étranger, on peut aussi se féliciter pour les nominations méritées, nombreuses et importantes de Juno, Loin d'elle, Ratatouille, et dans une moindre mesure Reviens-moi. Les adaptations littéraires ont la part belle dans les nominations. Quant aux films produits par la France, ils sont nommés en masse cette année. Faut-il s'en réjouir ou, au contraire, ces quelques exemples, cités tout au long de l'année, ne sont-ils pas les arbres cachant le désert? Persépolis, La Môme, Le Scaphandre et deux courts métrages ne parviennent pas à masquer le goût amer d'une année sans grandeur. Heureusement le Festival de Cannes, en France, existe bien : 14 nominations pour des films en sélection sur la Croisette.

Reste qu'on voit bien Daniel Day-Lewis, Julie Christie, Cate Blanchett et Javier Bardem gagner la statuette côté acteurs. Et Ratatouille devrait logiquement l'emporter pour l'animation. Pour le film et le réalisateur, les Coen ont plus de prix dans leurs escarcelle, de très peu sur There Will be Blood. Le suspens reste entier... Jusqu'au 24 février.

****

Post Palmarès
Bardem. Premier acteur espagnol à remporter un Oscar. Cotillard. Première française dans la catégorie de la meilleure actrice depuis Signoret à obtenir l'Oscar. Seconde actrice à gagner cet oscar dans un rôle non anglophone. Seule Sophia Loren y était parvenue. On ajoute un Irlandais et uen Britannique, un meilleur film étranger (autrichien pour être précis, ce qui démontre bien la vitalité du cinéma germanophone un an après La vie des autres) et un court métrage (français par ailleurs) : l'Europe fut comblée aux Oscars avec tous les prix d'interprétation.
Le cinéma indépendant américain aura fait le reste : les deux catégories du scénario, la musique, la chanson (extraite de Once, modeste production sélectionnée à Sundance il y a un an) et bien sûr les Frères Coen, dont ce fut le sacre, 17 ans après leur Palme d'or. Les Oscars ont attendu moins longtemps que pour Scorsese, dira-t-on. Reste que LE meilleur film de l'année, parmi les nommés, était There Will Be Blood, bien plus abouti et beaucoup plus profond.



EN