Berlin 2016
18 films en compétition pour le jury de Meryl Streep. Le grand chelem des festivals est lancé pour la saison 2016, avec, au programme Denis Côté, Jeff Nichols, André Téchiné et Mia Hansen-Love.replika órák rolex replika


- Oscars 2018

- Césars 2018

- Oscars 2017

- Césars 2017








 (c) Ecran Noir 96 - 19






Le blog pour suivre le festival au jour le jour
Le site internet de la Berlinale
Berlin 2008
Berlin 2007

Le jury

Présidente : Tilda Swinton (actrice écossaise)
Isabel Coixet (réalisatrice et écrivain espagnole)
Gaston Kaboré (scénariste et réalisateur burkinabé
Henning Mankell (écrivain et metteur en scène suédois) )
Christoph Schlingensief (cinéaste et metteur en scène de théâtre et d'opéra) )
Wayne Wang (réalisateur américain d’origine hongkongaise) )
Alice Waters (écrivain et chef de cuisine)

Origine des films en sélection officielle
Coproductions européennes : 15
Films américains : 8
Amérique Sud : 1
Asie : 1
Moyen orient : 1

Compétition officielle

- Alle Anderen de Maren Ade (Allemagne)
- Cheri de Stephen Frears (Grande Bretagne)
- Darbareye Elly (About Elly) d’Asghar Farhadi (Iran)
- Forever Enthralled (Mei Lanfang) de Chen Kaige (Chine)
- Gigante d’ Adrián Biniez (Uruguay/Allemagne/argentine)
- Happy Tears de Mitchell Lichtenstein (USA)
- In the Electric Mist de Bertrand Tavernier (France/USA)
- Katalin Varga de Peter Strickland (Roumanie/Grande Bretagne/Hongrie)
- La Teta Asustada (The Milk of Sorrow) de Claudia Llosa (Espagne/Pérou)
- Lille Soldat (Little Soldier) d’ Annette K. Olesen (Danemark)
- London River de Rachid Bouchareb (Algérie/France/Grande Bretagne)
- Mammoth Sweden de Lukas Moodysson (Allemagne/danemark)
- The Messenger d’Oren Moverman (USA)
- My One and Only de Richard Loncraine (USA)
- Rage de Sally Potter (Grande Bretagne/USA)
- Ricky de François Ozon (France/Italie)
- Storm (Sturm) de Hans-Christian Schmid (Allemagne/Danemark)
- Tatarak (Sweet Rush) d’ Andrzej Wajda (Pologne)

Hors competition

- Ouverture : L’enquête de Tom Tykwer (USA/Allemagne)
- Deutschland 09, film collectif (Allemagne)
- The Dust of Time de Theo Angelopoulos (Grèce/Allemagne/Italie/russie)
- Notorious de George Tillman Jr. (USA)
- Pink Panther II de Harald Zwart (USA)
- The Private Lives of Pippa Lee de Rebecca Miller (USA)
- The Reader de Stephen Daldry (USA/Allemagne)
- Clôture : Eden à l'ouest de Costa-Gavras (France)



Un festival qui s'ajuste





Pour sa 59e édition, le Festival de Berlin parvient une nouvelle fois à équilibrer sa sélection entre auteurs reconnus (Wajda, Tavernier, Kaige), nouveaux venus (les premiers films d’Oren Moverman et de Peter Strickland), "coups médiatiques" (le dernier film de Stephen Frears) et découvertes à confirmer (le deuxième long métrage de Mitchell Lichtenstein révélé avec Teeth, le nouveau film de la cinéaste Annette K. Olesen). A priori, pour le public comme pour les professionnels, c’est la promesse de vraies bonnes surprises et révélations mais aussi d’une compétition où le succès d’estime a moins de poids qu’ailleurs et où le palmarès reste le plus ouvert.

Les avant-premières prestigieuses ou glamour ne sont pas pour autant oubliées, mais se cantonnent presque exclusivement à la section hors compétition qui ne prête pas à conséquence. Là encore, tous les styles sont réunis : pur divertissement avec la suite de la panthère rose, film choral sur l’Allemagne, chef d’œuvre déjà estampillé comme tel avec The Reader de Stephen Daldry (nommé aux Oscar) ou encore retrouvaille avec un des réalisateurs les plus exigeants d’Europe, Theo Angelopoulos et The Dust of Time.

Avant de juger sur pièce de la qualité des films sélectionnés, le seul bémol qui vienne à l’esprit est une fois de plus leur forte concentration géographique : sur 18 longs métrages en compétition, 12 viennent d’Europe et 3 des Etats-Unis, ce qui ne laisse plus beaucoup de place pour l’Asie, le Moyen-Orient et l’Amérique du Sud (un film chacun). Si l’on comptabilise les films hors compétition (au nombre de 8), on monte à 8 films américains et 15 européens… Il faudra donc aller dans les sections parallèles (Panorama, Forum, Perspectives du cinéma allemand, Cinéma culinaire, Compétition de courts métrages, etc.) pour élargir son horizon avec des films vraiment venus d’ailleurs, de Singapour à la Russie en passant par le Brésil, la Thaïlande ou le Liban.

Dans ces différentes sections parallèles, le public allemand pourra également découvrir quelques films français en avant-première : Bellamy de Claude Chabrol (honoré du prix "Berlinale caméra" remis à une personne auquel le festival est particulièrement attaché), Ne me libérez pas, je m'en charge de Fabienne Godet, Un chat un chat de Sophie Fillières, La Barbe bleue de Catherine Breillat ou encore Welcome de Philippe Lioret. Autre film très attendu à bénéficier d’une avant-première dans le cadre du Panorama : Milk de Gus van Sant, l’un des grands favoris aux Oscar.

Pour les thèmes, il semble que ce festival s'attache à des sujets comme le terrorisme, la mondialisation, les dérives du capitalisme et... la cuisine. Une section "Culinaire" prendra spécifiquement place. Cinq films et cinq documentaires, dont Food Inc de Robert Kenner seront présentés. On y verra aussi Premières neiges, qui avait fait le bonheur de la Semaine de la critique cannoise l'an dernier et Nos enfants nous accuseront, qui a interpellé 65 000 spectateurs français. A noter d'ailleurs la présence au jury d'une Chef d'un grand restaurant américain. Pour mettre les petits films dans les grands?

***

PALMARES
- Ours d'or du meilleur film: La teta asustada de la Péruvienne Claudia Llosa, à l'unanimité
"Je veux remercier infiniment ma mère, toutes les femmes et vous tous, je dédie ce prix à ma mère et à tout le Pérou !" C. Llosa

- Ours d'argent - Grand prix du jury: ex aequo à Gigante de l'Argentin Adrian Biniez et Alle anderen (Tous les autres) de l'Allemande Maren Ade
- Ours d'argent du meilleur réalisateur: l'Iranien Asghar Farhadi pour Darbareye Elly (A propos d'Elly)
- Ours d'argent du meilleur acteur: le Malien Sotigui Kouyaté dans London River de Rachid Bouchareb
"C'est la variété des arbres qui fait la beauté d'une forêt, la variété des couleurs qui fait un beau bouquet de fleurs, un beau tapis, et c'est deux mains qui se frottent pour être bien propres." S. Kouyaté

- Ours d'argent de la meilleure actrice: l'Autrichienne Birgit Minichmayr dans Alle anderen (Tous les autres)
- Ours d'argent de la meilleure contribution artistique: le Hongrois Gabor Erdelyi pour le son de Katalin Varga du Britannique Peter Strickland
- Prix Alfred-Bauer, du nom du premier directeur de la Berlinale: ex aequo à Gigante de l'Argentin Adrian Biniez et Tatarak du Polonais Andrzej Wajda
- Prix du meilleur premier film: Gigante de l'Argentin Adrian Biniez
- Ours d'or du meilleur court métrage: Please say something, film d'animation de l'Irlandais David OReilly
- Ours d'argent du court métrage: Jade du Britannique Daniel Elliott
- Prix Teddy (Ourson) du meilleur film gay ou transgenre: Raging sun, raging sky du Mexicain Julian Hernandez
- Caméras de la Berlinale: les réalisateurs français Claude Chabrol et portugais Manoel de Oliveira, et le producteur allemand Günther Rohrbach

- Ours de cristal de la section Generation (enfants et adolescents): My Suicide de l'Américain David Lee Miller
- Ours de cristal du meilleur film : C'est pas moi! Je le jure! de Philippe Falardeau
- Ours de cristal du meilleur court métrage : Ulybka Buddy de Bair Dyshenov
- Mentions spéciales : pour un film, Max Pinglig de Lotte Svendsen ; pour un court, Oh, My God! de Anne Sewitsky

- Prix du public dans la section panorama :
1er prix : The Yes Men Fix The World de Mike Bonanno, Andy Bichlbaum et Kurt Engfehr
2e prix : Welcome, de Philippe Lioret
3e prix : Der Knochenmann de Wolfgang Murnberger





MpM