Production : Loma Nasha, TF1 Films Productions et Canal+
Distribution : Rezo Films
Réalisation : Philippe Harel
Scénario : Eric Assous, Philippe Harel, d'après l'ouvrage d'Isabelle Alexis
Montage : Julie Clémencin
Photo : Matthieu Poirot-Delpech
Musique : Alexandre Desplat
Durée : 97 mn ╩

Casting :

Judith Godrèche :Elise
Sagamore Stevenin : Arthur
Ariane Séguillon : Delphine
Patrick Chesnais : Norbert
Coralie Revel : Lou
Wladimir Yordanoff : Alain Varenne
Philippe Lefebvre : Antoine
Philippe Chevallier : Chevallier
Régis Laspalès : Laspalès
Aurélien Wiik : Thierry

 

 
Judith Godrèche
  (c) Ecran Noir 96-05
Tu vas rire mais je te quitte 
France / 2004 / Sortie France le 5 janvier 2005 
 
 
Elise Vérone, une comédienne sexy et un peu nunuche, partage son temps entre mauvais tournages, virées en boîte de nuit et dîners entre filles bien arrosés. Toujours en quête de célébrité, Elise s'entiche d'un écrivain reconnu qui lui a offert un livre dédicacé. La jeune fille met alors tout en oeuvre pour profiter de la notoriété de son nouvel amant... ╩
 
   Tu vas rire, mais je te quitte est tiré du livre éponyme d’Isabelle Alexis paru en 2002. Actrice chez Chabat (Didier), Gérard Oury (Fantôme avec chauffeur), Yves Robert (Montparnasse-Pondichéry) entre autres, habituée du théâtre et de la télévision, Isabelle Alexis a écrit un premier roman passé totalement inaperçu il y a presque dix ans, avant de connaître un succès mérité grâce à l’histoire plutôt drôle et cocasse d’une jeune parisienne en mal d’amour. En 2003, elle récidive avec " Tu peux garder un secret ? " qui connais aujourd’hui un destin comparable à celui du précédent ouvrage.

C’est ce même succès qui fait cruellement défaut à Philippe Harel. Révélé au grand public grâce au (très surestimé) Les randonneurs, le réalisateur (mais aussi acteur) a su imposer sa griffe comique à travers des sujets touchants (La femme défendue avec Isabelle Carré), dramatiques (L’histoire du garçon qui voulait qu’on l’embrasse) voire casse-gueule (périlleux) (L’extension du domaine de la lutte d’après le roman de Michel Houellebecq) sans pour autant conquérir les faveurs du box office. Meurtrie par l’échec du policier Tristan en 2002 et par l’impossibilité d’adapter "ses" "Particules élémentaires" (toujours d’après Houellebecq), Philippe Harel évite le pire en acceptant le défi Tu vas rire, mais je te quitte : "C’était tellement éloigné de ce que je comptais faire à ce moment là, que ça m’a plu. La meilleure façon pour moi de ne pas tomber dans la dépression, c’était finalement de tourner cette comédie ! ". Secondé par Eric Assous (réalisateur de Les gens en maillot de bain ne sont pas (forcément) superficiels avec lequel il a écrit La femme défendue et Les randonneurs), Harel concocte un scénario assez éloigné au final du roman d’Isabelle Alexis.

Non prévue initialement au projet, Judith Godrèche a rejoint le casting du film après que le réalisateur ait visionné France boutique où elle incarnait une autre blonde un peu nunuche. Depuis Bimboland en 1998, l’actrice oscille volontairement entre rôles dramatiques (avec un talent qui n’est plus à prouver) et rôles comiques souvent très décevants. A noter enfin les présences éclairs de José Garcia, Benoît Poelvoorde╔ et de Chevallier et Laspalès.
 

 
LE JOURNAL DE BRIGITTE JEAN

"- T'es chiant, jaloux, radin, tu te lèves tôt et t'as aucune opinion sur rien... je m'ennuie c'est tout! "

- Jean François