Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


Eon  

Production : MGM, United Artists, Eon productions, Danjaq
Distribution : UIP
Réalisation : Michael Apted
Scénario : Bruce Feirnstein, Michael France, Neal Purvis, Dana Stevens, Robert Wade
Montage : Jim Clark
Photo : Adrian Biddle
Décors : Simon Wakefield
Musique : David Arnold
Effets spéciaux : Cinesite
Durée : 128 mn
 

Pierce Brosnan : James Bond
Sophie Marceau : Elektra King
Robert Carlyle : Renard
Denise Richards : Dr Christmas Jones
Judi Dench : M
John Cleese : R
Serena Scott-Thomas : Dr Warmflash
Samantha Bond : Miss Moneypenny
Robbie Coltrane : Valentin Zukovsky
 

dossier : 007
Site officiel
 
 
The World Is Not Enough (Le monde ne suffit pas - James Bond 19)


/ 1999

01.12.99
 

Chaque Bond s'établit à partir d'une recette et donc d'ingrédients.





- Le titre mégalo-égomaniaque qui ne veut rien dire
Le Monde ne suffit pas est la traduction littérale du latin "Orbis non sufficit", motto de la famille Bond aussi bien dans le roman que dans le film "Au service de sa Majesté" (69, avec Lazenby). Il correspond aussi à la volonté sans limite des méchants à pour dominer le monde, et plus encore.

- Lieux de tournages, exotiques, funs et sexys
Evidemment les studios Pinewood près de Londres. Et sinon : Chamonix (dans les Alpes pour la séquence de ski), Bilbao (avec son nouveau très beau Musée Gugenheim) et les alentours de Cuenca (Espagne), Bakou (et plus généralement l'Azerbaidjan), Hankley Common (les séquences d'action avec le pipeline, en Angleterre), Istanbul (Turquie, avant le tremblement de terre), un peu d'Ecosse (Château Eilean Donan) et pas mal de Londres (avec le fameux nouveau Millenium Dome).

- La chanson qui va nous prendre la tête pendant tout l'automne
Après Tina Turner, Sheryl Crowe, on récidive avec un groupe de jeune (c'est mauvais signe en voyant le résultat de Duran Duran et A-ha) c'est à dire Garbage. Un disque à mettre à la poubelle ? En tout cas rien d'original.

- Les Gadgets qui tuent
Une BMW en titane blindée, et commandable à distance. Des lunettes Rayons X. Une montre-filin permettant de soulever un homme et une femme. Un blouson air-bag. M se sert d'un réveil acheté au supermarché du coin. Et on oublie pas le hors-bord qui peut vriller sur lui-même et naviguer sur du bitume. Sans compter le côté MacGyver-système D.

- La guerre des Bond
"Warhead 2000" était le nom que Sony voulait donner à son 007. Au coeur de cette bataille frico-juridique, une vieille histoire de droits qui avait déjà permis à Connery de faire Jamais plus Jamais de son coté. Finalement MGM gardera l'intégralité de son espion. Tant mieux pour le studio qui ne vit que grâce à 007 quasiment.

- Les belles et la bête
Deux belles, comme de coutume. L'une très gentille, souvent très fade, et dotée de beaux seins. Depuis les années 90, on dote ces poupées d'un cerveau (avec un métier qui correspond). C'est la victoire (relative) du féminisme sur le héros-macho. Cette fois la poupée s'appelle Denise Richards.
L'autre, plus ambiguë, souvent au service du méchant, mais séduite par 007. Un peu sado-maso ou totalement "fuckée" de la tête. Douée en sports de combats ou maligne comme pas deux, on les retient très facilement, tellement ces tigresses arrivent à se mesurer au bellâtre. Ce coup-ci, il s'agit de Sophie Marceau, la première française depuis Carole Bouquet (Rien que pour vos yeux). Marceau a conquis la production grâce à plusieurs photos placées sur Internet (d'ailleurs elle simule un surfing lors d'une scène). C'est son troisième film made in US cette année après l'oubliable Lost and Found, et le shakespearien Songe d'une nuit d'été.
Le futur maître du monde qui va rater son coup est généralement joué par un excellent acteur. Robert Carlyle ne devrait pas faillir à cette réputation, crane rasé, et insensible à la douleur. Avec Plumkett et Ravenous, c'est aussi son troisième film cette année.

Et sinon. Bond, 19ème du nom, dernier du millénaire, série ciné multi-décennies. Ils n'ont pas d'autres choix que de taper fort. En 97, Tomorrow Never Dies, pourtant un des plus mauvais épisodes de la série, avait réussi à cartonner dans le monde entier. Il faut dire que son seul concurrent s'appelait Titanic et ne s'adressait pas au même public. Brosnan est aujourd'hui une vedette (Thomas Crown l'a prouvé) et aidé d'un casting très européen, il n'aura aucun problème à grimper dans le B.O. mondial (si les USA ne lui suffisent pas). D'ailleurs il sort dans le monde entier entre le 19 novembre et la fin décembre. Cette année, il rencontrera les muscles de Schwarzzy sur son passage. Ca risque de faire mal aux biscottos... Moins pire que prévu, cependant, puisque Mission : Impossible 2 a été décalé à mai.
On espère surtout que ce troisième Brosnan sera du calibre de Goldeneye. La machinerie Bond aurait besoin d'une vision de cinéaste, d'un humour un peu plus visible et de cascades moins invraisemblables. 007 est vraiment made in Hollywood désormais, et c'est fâcheux.
On notera le switch du légendaire Q par le montypythesque R. Et on s'étonnera que la réalisation soit confiée à un spécialiste en drames écologiques et humains. A moins que l'intrigue et les dialogues soient enfin renforcés. Ce qui pourrait être le cas en voyant la liste des scénaristes...Un film de personnages ? L'héritière Broccoli souhaitait en tout cas un film dramatiquement plausible.
Tourné entre janvier et juin 99 pour 100 millions de $, 007 ne pourra pas décevoir. Et sachant qu'une parodie très successful se moque de lui ces derniers temps (Austin Powers), il risque même le ridicule. Brosnan lui est convaincu qu'Austin Powers renforce le pouvoir de James Bond. Il fait remarquer qu'il aurait du apparaître dans la comédie de Mike Myers, s'il n'y avait pas eu le tournage de Thomas Crown.
Des cascades en skis, une poursuite sur la Tamise, des pipelines qui explosent, un sous-marin qui rend claustrophobe. Et le monde à sauver. Ca ne vous suffit pas ?



Les Oléoducs
Le premier a vu le jour en 1863 en Pennsylvanie (USA). Il mesurait 8 kms.
Au total les pipelines mesurent 1 200 000 kms dans le monde.
Les plus grands se trouvent au Canada (Alberta-Buffalo : 2850 kms), en Russie (Transsibérien : 3 700 kms), en Alaska (1 280 kms).
De nombreux relient l'Iran, l'Iraq, la Péninsule Arabique et les ports de la Méditerrannée (Turquie, Liban, Syrie...).
 
vincy
 
 
 
 

haut