Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  

Production : Icon Productions, Warner Bros
Réalisation : Bernard Rose
Scénario : Bernard Rose, d'après le roman de Leo Tolstoy
Montage : Victor Du Bois
Photo : Daryn Okada
Musique : Sir George Solti
Durée : 108 mn
 

Sophie Marceau : Anna Karenina
Sean Bean : Comte Vronsky
Alfred Molina : Levin
Mia Kirshner : Kitty
 

site officiel
 
 
Anna Karenina (Anna Karenine)


USA / 1997

04.06.97
 

10ème version de ce roman-fleuve, ce film produit par Mel Gibson est destiné au marché international. Anna Karenine est un réel symbole littéraire, et a inspiré les plus grandes actrices: Greta Garbo, Vivien Leigh, Jacqueline Bisset...




Sorti dans quelques salles pour son premier week-end, Anna Karenina est un film difficile à vendre sur le territoire américain, en plein English Patient mania.
L'Amérique se partage entre les quotidiens qui détestent et les magazines qui apprécient. Les cinéphiles lui reproche son coté trop polissé, esthétique. Les autres louent les interprétations toutes en profondeur, et reconnaissent qu'il s'agit d'une des 3 meilleures adaptations de ce roman russe.
Version peu originale, manquant apparement de modernité, et très axée sur les rapports entre les êtres humains, le film devrait conquérir un public féminin et urbain.
Une belle occasion pour Sophie Marceau de se faire connaître des américains. Mel Gibson, le producteur, l'a placé sous le feu des projecteurs, avec les interviews qui se sont enchainées....Rare qu'une star quasiment inconnue porte sur ses épaules une aussi lourde production...qui se rentabilisera certainement en Asie et en Europe, où elle est déjà en adulée.
Résultat. Marceau aura enchaîné les productions costumée...: BraveHeart, Anna Karenina, Marquise, Firelight et même A Midnight's summer dream...
Reste que Karenine, comme Marquise, furent des échecs commerciaux. Même si Karenine lui aura valu une couverture médiatique américaine plutôt importante pour une jeune actrice frenchy.
Au total seulement 300 000 spectateurs en France auront été conquis. Et cette imposante production n'aura rapporté que 800 000$ aux USA...
 
vincy
 
 
 
 

haut