Eddie the Eagle croise le feel-good-movie avec un genre en soi: l'exploit sportif d'un homme, loufoque, qui n'avait rien pour devenir champion. Résultat: l'enthousiasme est contagieux...



Baden Baden
Braqueurs
Café Society
Criminal
Dieu, ma mère et moi
Dough ***
Eddie The Eagle
Elle
Julieta
Krampus
L'Homme fumée
La philo vagabonde
La résurrection du Christ
Le Voyage de Fanny
Les amants de Caracas
Ma Loute
Money Monster
Montanha
Mr. Holmes
Red Amnesia
The Nice guys
The Whole Gritty City
Tini, la nouvelle vie de Violetta
Un Homme à la hauteur
Vendeur
X-men: Apocalypse



Demain
Deadpool
99 Homes
Keeper
Chala, une enfance cubaine
Un monstre à mille têtes
Quand on a 17 ans
Demolition
Visite ou mémoires et confessions
Free to run
Marie et les naufragés
La Saison des femmes
Mékong Stories



Zootopie
The Revenant
Divergente 3: au-delà du mur
The Assassin
Midnight special
Rosalie Blum
Médecin de campagne
Batman v Superman: L'aube de la justice
Five
Good Luck Algeria
Kung Fu Panda 3
Le Sanctuaire
Mise à l'épreuve 2
Sunset Song
A Bigger Splash
Eva ne dort pas
L'Avenir
Sauvages
Truth: le prix de la vérité
Fritz Bauer, un héros allemand
Grimsby - Agent trop spécial
Hardcore Henry
Le Livre de la Jungle
Tout pour être heureux
Everybody Wants Some
Les Malheurs de Sophie
Green Room
Captain America : Civil War
Les habitants
Maggie a un plan
Mobile étoile
Nos souvenirs
Théo et Hugo dans le même bateau






 (c) Ecran Noir 96 - 16


  

Production : Imagine, Universal, DreamWorks
Distribution : UIP
Réalisation : Ron Howard
Scénario : Akiva Goldsman, d'après le livre de Sylvia Nasar
Montage : Mike Hill, Dan Hanley
Photo : Roger Deakins
Musique : James Horner
Durée : 136 mn
 

Russell Crowe : John Nash
Jennifer Connelly : Alicia Nash
Ed Harris : Parcher
Christopher Plummer : Sr. Rosen
Josh Lucas : Martin Hansen
Adam Goldberg : Sol
Paul Bettany : Charles Herman
 

sites sur Nash
 
 
A Beautiful Mind (Un homme d exception)


USA / 2001

13.02.02
 

Il y a d'abord la vie exceptionnelle de John Forbes Nash. Mathématicien génial, schizophrène patholgique, époux d'une superbe femme... Entre la folie pure et la raison la plus cartésienne, sa vie culmine avec un Prix Nobel d'économie en 94. Mais son plus beau combat sera celui contre les hallucinations dont il est victime. Il se prend même pour le Messie. C'est ce que raconte le livre (best-seller) de Sylvia Nasar, journaliste au NY Times. Cette biographie lui a valu le National Book Critic Circle Award. Tout ne sera pas repris dans le film...




C'est en lisant le portrait de Nash dans Vanity Fair que l'associé de Ron Howard, Brian Gazer, tombe amoureux de cette histoire vraie. Mélange de survie et de défi, de génie, et de désir, il y avait tout pour plaire au cinéaste Howard (Apollo 13). Gazer engage le scénariste Akiva Goldsman dont les parents ont fondé l'une des premières résidences pour enfants schizophrènes. Le parti pris d'Akiva était d'insérer une grande partie de fiction à travers une vie divisée réellement en trois phases (découverte, éclipse, consécration).
Pour Ron Howard, c'était peut être aussi l'occasion de réaliser un film "à Oscars". En effet la vie de Nash a tout le potentiel "à récompenses" (il obtiendra 4 Golden Globes, dont celui du meilleur drame et du meilleur acteur) : maladie mentale, itinéraire d'exception, reconnaissance, tragédie, et surtout une histoire d'amour violente, belle, au bord de la rupture. De l'avis des auteurs, la femme de Nash, Alicia, est la véritable héroïne de la vie du mathématicien.
D'ailleurs les critiques ne s'y trompent pas. Jennifer Connelly récolte quasiment tous les prix dans la catégorie second-rôle féminin, et part favorite pour les Oscars.
Russell Crowe a commencé le tournage, au lendemain de son Oscar pour Gladiator. Il venait de récupérer de sa blessure sur le tournage de Flora Plum, le film avorté de Jodie Foster. Etant donné que A Beautiful Mind a dépassé le cap des 100 millions de $ de recettes aux USA, il est évident que le charismatique acteur est très vite entré dans les dix stars les plus puissantes du moment à Hollywood.
On lui a adjoint Ed Harris (déjà excellent dans Apollo 13), Christopher Plummer et Josh Lucas. Ron Howard a insisté pour tourner l'histoire dans l'ordre chronologique (comme dans Apollo 13, encore....). Nash rencontra Crowe sur le plateau. Pas avant. Même si Nash avait eu l'occasion de donner une leçon de maths à l'équipe lors des séances de répétitions.
Pour Ron Howard, c'est aussi sa consécration. Alternant les films fantaisistes à effets spéciaux et les drames ancrés dans une pseudo-réalité, il a ainsi décrit l'univers des pompiers, des astronautes, des journalistes, de la TV, de la famille, passant de la comédie à l'action. La science a toujours été un de ses credo dans ses scénarii : pilule de jouvence, lutte contre le feu, découverte spatiale, ...Il est loin le temps de la série Happy Days et du film de George Lucas, American Graffiti.
Il n'empêche; le film cartonne en son pays. Mais le public français risque d'être un peu réticent, surtout que les critiques font la moue pour ce film très classique.  
 
vincy
 
 
 
 

haut