Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


Ghibli  

Production : Studio Ghibli, Tokuma Shoten, NTV, Dentsu, Buena Vista Home Entertainment, Toho
Distribution : BVI
Réalisation : Hayao Miyazaki
Scénario : Hayao Miyazaki, d'après l'oeuvre de Diana Wynne Jones
Montage : Takeshi Seyama
Son : Kazuhiro Hayashi
Musique : Joe Hisaishi
Directeur artistique : Yoji Takeshige, Noboru Yoshida
Durée : 119 mn
 


site officiel de l'auteur
site officiel français
site officiel japonais
site de fan
 
 
Hauru no ugoku shiro (Le château ambulant / Howl's Moving Castle)


Japon / 2004

12.01.05
 

Après le succès mondial du Voyage de Chihiro - film le plus vu au Japon avec 23 millions de spectateurs, 1 million et demi de cinéphiles en France, un Ours d'or à Berlin - le retour de Hayao Miyazaki, plus occupé par son musée que ses projets d'animation, était pour le moins très attendu.




D'autant que ce Château ambulant devait être réalisé par Mamoru Hosoda (Digimon), avant qu'il ne quitte brutalement le film. L'embauche en 2001 de Hosoda, un vétéran de Toei Animation, avait étonné. Les studios Ghibli avaient plutôt l'habitude d'enrôler des artistes maisons. Durant l'été 2002, les dissensions commencèrent. Il n'y avait pas de compatibilité entre le talent de Hosoda et les exigences de Ghibli. En acceptant d'en faire son nouveau film, Le Château ambulant sorti des brumes en décembre 2002 avant de commencer sa production en février 2003.
A l'origine, ce Château - qui ne va pas dans le ciel, ce coup-ci - est celui imaginé par Diana Wynne Jones. The Howl's Moving Castle a été traduit par le Château de Hurle côté littérature (Howl) et Le Château ambulant côté cinéma (Moving). Ce Château de Hurle est la suite d'un autre roman de DWJ, Le Château des nuages - qui n'a rien à voir avec Le Château dans le ciel, autre film de Miyazaki.
Mais revenons aux origines. Le Château de Hurle date de 1986. Cela fait 13 ans que l'auteur signe des romans pour enfants, dans l'unique but de divertir les siens. Elle a reçu de nombreux prix, a été très influencé par un de ses professeurs, un certain Tolkien. "Je crois que j’ai choisi d’écrire un certain genre de livre parce que le monde est soudainement devenu fou quand j’avais cinq ans." En 1939, donc.
En 1992, "Archer’s goon", un des romans de Diana Wynne Jones était adapté par la BBC en six épisodes de 25 minutes. L’écrivain déclarait alors "Je pense que, avec son décor unique qui ouvre sur des paysages multiples, Le Château de Hurle pourrait également se prêter au cinéma. Les techniciens en effets spéciaux font aujourd’hui de tels prodiges !"
Miyazaki semble d'accord. L'univers de DWJ semble étonnamment proche de celui du cinéaste japonais. Et s'il en rajouté côté armes et machines, il a été relativement fidèle au livre, si bien que l'on est surpris par tant de coïncidences entre les deux oeuvres. Il donne une réalité visuelle à un château à peine décrit, transforme le feu en personnage vivant.
Le film cartonne au Japon depuis sa sortie. Il y est premier du Box office depuis le 20 novembre, largement devant le Pixar avec ses 100 millions de $ accumulés. En France le public lui est plus que fidèle. Depuis le succès de Mononoke (700 000 spectateurs), les films de Ghibli cartonnent. Un inédit comme Le Château dans le ciel a séduit 930 000 personnes il y a deux ans ; 600 000 curieux ont été voir Kiki la petite sorcière au printemps dernier. Les deux dataient pourtant des années 80.
Joe Hisaishi est toujours le compositeur musical attitré. On lui doit la récente création, formidable, du Mécano de la Général, de Buster Keaton. En ce moment même, à Paris, une expo rapproche Miyazaki de Moébius. Les passerelles entre le Japon et le cinéma d'hier ou le dessin européen sont de plus en plus évidentes. Cela peut expliquer les raisons d'un triomphe annoncé dans les salles françaises.
 
vincy
 
 
 
 

haut