Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


C. Fechner  

Production : Roissy films, Films Christian Fechner, France 2 Cinéma, Fechner productions, Canal +
Distribution : Warner Bros Pictures France
Réalisation : Vincent de Brus
Scénario : Eric Besnard, Jacques Besnard, Arnaud Lemort
Montage : Sylvie Gadmer
Photo : Laurent Machuel
Décors : Franck Benezech
Son : Jacques Pibarot, Emmanuel Augeard, Dominique Gaborieau
Musique : Germinal Tenas
Durée : 110 mn
 

Christian Clavier : Jacques Alain Marty
Jacques Villeret : André Morin
Agnès Soral : Nadine Marty
Annie Grégorio : Andrée
François Levantal : Pierre Verneuil
Alexandra Lamy : Elisabeth Fréoli
François Morel : Lebrochet
Judith Magre : Mme Marty
Daniel Russo : Guillaume marty
Pierre Vernier : le doyen du consel
 

site officiel
 
 
L'antidote


France / 2005

30.03.05
 

C'est la première fois que Christian Clavier et Jacques Villeret sont réunis. Ca sent le coup marketing, c'en est un. Christian Fechner eut, autrefois, du goût : Les enfants du Marais, Elisa, La fille sur le pont, Les amants du Pont-Neuf, Camille Claudel, Calmos... Mais, hélas, il est surtout le roi de la pantalonnade. Excusez-moi d'avance pour cette compilations d'horreurs : Les Charlots font l'Espagne, Les bidasses s'en vont en guerre, Un amour de sorcière, La tour Montparnasse infernale, L'incruste. Et puis entre les deux des comédies populaires, navrantes ou bonnes pour les rediffusions télé, avec De Funès, Pierre Richard, Gad Elmaleh, Michel Blanc, Jean Paul Belmondo.




Villeret lui doit La Soupe aux choux, et Clavier, Papy fait de la résistance.
Le Césarisé pour Le Dîner de cons, oublié des derniers César pour un utime hommage doit être mort de honte dans sa tombe. Après ses passages populaires dans le drame (chez Becker, dans Vipère au poing et Malabar Princess), il fut le Calife d'Iznogoud. Une prestation raté dans un film affligeant qui d'ailleurs s'effondra au Box office. L'Antidote ne sera pas sa voie vers la rédemption. Il faudra attendre Les Parrains, Les âmes grises ou Les temps de Porte-Plum pour une résurrection critique.
Christian Clavier, même âge à peu près, après une très mauvaise passe (Albert est méchant, Lovely Rita, The Visitors) et Napoléon pour la télé, a repris des couleurs l'an dernier grâce à son Enquête Corse et son cinquième duo avec Jean Réno. En attendant Les Bronzés, amis pour la vie (début 2006), il a retrouvé le réalisateur de L'Antidote pour L'entente cordiale. Jean-Marie Poiré étant carbonisé par ses récents échecs, il a trouvé un nouveau faiseur en la personne de Vincent De Brus, 45 ans, à qui l'on doit l'oublié Ballade de Titus<:i>, avec Courtemanche. L'entente cordiale devrait bénéficier d'un gros budget pub avec la présence de Clavier, Levantal et Morel d'un côté (déjà dans L'Antidote) et Auteuil, Laroque et Saunders de l'autre (croisement de Veber et AbFab). Rien de mémorable dans tout cela. Pourtant le public pourrait aimer. Les critiques, en tout cas, ont détesté. A trop forcer la recette, la sauve est parfois indigeste. On peut se tromper : mais rien que l'Affiche (digne d'une couverture de Paris Match avec Sarkozy et Hollande) et le logo nous semblent ringards. Comme si le cinéma n'avait pas évolué en 30 ans, depuis La Zizanie ou L'Aile ou la Cuisse. Des productions Fechner.
 
vincy
 
 
 
 

haut