Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  

Production : Paramount, Touchstone
Réalisation : Martin Scorsese
Scénario : Paul Schrader, d'après le roman de Joseph Connelly
Montage : Thelma Shoonmaker
Photo : Robert Richardson
Musique : Elmer Bernstein
Effets spéciaux : ILM
 

Nicolas Cage : Frank Pierce
John Goodman : Larry
Patricia Arquette : Mary Burke
Ving Rhames : Marcus
Tom Sizemore : Tom Wall
 

 
 
Bringing out the dead (A tombeau ouvert)


USA / 1999

12.04.00
 

Après le mystique et esthétique Kundun, Scorsese revient à New York. Mais pas pour une histoire de maffia. Nous sommes à la fin d'un millénaire, et comme Fincher ou Polanski, Scorsese s'intéresse aux visions, aux caballes, au surnaturel.




Le premier roman de Joe Connelly (ex-ambulancier) était idéal pour cela. Le roman ne fut pas adoré par la critique, mais il plu beaucoup à Paul Schrader, réalisateur du récent et acclamé Affliction, et surtout scénariste de Taxi Driver, Raging Bull et de La Dernière tentation du Christ. En 6 semaines, le bouquin subit une opération à coeur ouvert et il le transforme en un script palpitant. Scorsese voulait un film à la After Hours, qui avait signé sa résurrection au milieu des années 80 et surtout lui avait redonné goût au cinéma. Un film tourné dans l'urgence, avec spontanéïté et créativité. Et de nuit, ce qui fatigue énormément.
A cela s'ajoute la star. Scorsese ne choisit pas De Niro, trop occupé à redevenir populaire, mais un acteur plus que connu, oscarisé, et qui vaut 20 millions de $ par films : l'italo-américain Nicolas Cage, logique. Evident même. Qui plus est, libéré d'un projet avorté (Superman). Cage peut jouer les super-héros comme les boulangers. Il prend un salaire de seulement 10 millions de $, enrôle sa femme (Patricia Arquette qui s'attachait à venir sur le plateau seule afin de ne pas surexposer le couple), et se glisse dans la blouse de son personnage. Ca ne pourra être que mieux que 8 MM.
Film triste, désespéré, (fataliste?), Bringing out the dead se veut à la fois cauchemardesque et noir. Produit par Scott Rudin (The Truman Show), cette oeuvre ambitieuse (y compris formellement) par un des rares Maîtres du cinéma est aussi une suite contemporaine de Kundun. Le Dalai Lama montre la voie et cherche la compassion. Il en est de même pour les médecins qui se battent pour la vie, et essaient d'apaiser nos douleurs. Scorsese filme le don de soi. A travers l'amour comme à travers la mort.
Le public de masse ne se ruera pas (préférant sans doute la série ER sur petit écran), mais les cinéphiles devraient être enthousiastes. Et même si le film a ses défauts, aucun Scorsese n'a ajamais été vraiment mauvais...
 
vincy
 
 
 
 

haut