Dear White People, prix du public à sundance, est une satire sociale où des personnages de Spike Lee seraient plongés dans des méli-mélos à la Almodovar, pour résumer. Une comédie intelligente et loufoque qui dénonce le racisme sans l'enferme dans une case.



Arnaud fait son 2e film
Bonté divine
Cerise
Compostelle, le chemin de la vie
Fast & Furious 7
Indian Palace: Suite royale
Journal d’une femme de chambre
La maison au toit rouge
Le challat de Tunis
Les châteaux de sable
Ningen
Pulp: a film about Life, Death & Supermarkets
San Francisco, 1985 (à venir)
Sea Fog: Les clandestins
Shaun le mouton
Suite française
Vivant!



Timbuktu
Les nouveaux sauvages
Snow Therapy
It Follows
Kingsman: Services secrets
Citizenfour
Selma
Tu dors Nicole
Dear White People
A trois on y va



La famille Bélier
Les souvenirs
Imitation game
Jupiter: Le destin de l'univers
Papa ou Maman
L'enquête
Les merveilles
Les nouveaux héros
Mon fils
Cinquante nuances de Grey
Bob l'éponge: Un héros sort de l'eau
American Sniper
Max et Lenny
Things People Do
Vincent n'a pas d'écailles
Projet Almanac
Tracers
Loin de mon père
Les chevaliers du Zodiaque - la légende du Sanctuaire
Le dernier loup
Hungry Hearts
Birdman (ou la surprenante vertu de l'ignorance)
Inherent Vice
L'Art de la fugue
Le cercle
Tokyo Fiancée
1001 grammes
Le dernier coup de marteau
The Voices
Big Eyes
Divergente 2: L'insurrection
Furyo
Hacker
Still Alice
Un homme idéal
Cendrillon
Diversion
Voyage en Chine






 (c) Ecran Noir 96 - 15


(c) Gaumont Columbia Tristar  

Production : John Linson, David Fincher
Distribution : Gaumont Columbia Tristar Films
Réalisation : Catherine Hardwicke
Scénario : Stacy Peralta
Montage : Nancy Richardson
Photo : Elliot Davis
Décors : Chris Gorak
Musique : Mark Mothersbaugh
Costumes : Cindy Evans
Durée : 107 mn
 

Emile Hirsch : Jay Adams
Victor Rasuk : Tony Alva
John Robinson : Stacy Peralta
Michael Angarano : Sid
Nikki Reed : Kathy Alva
Rebecca De Mornay : Philaine
Heath Ledger : Skip Engblom
Johnny Knoxville : Topper
 

Site officiel
 
 
Les Seigneurs de Dogtown (Lords of Dogtown)


USA / 2005

20.07.2005
 

Les Seigneurs de Dogtown retrace l’histoire véridique de cette bande d’ami qui, dans les années 70, ont démocratisé les figures de casse-cou sur skateboard. Le Zephyr Shop était le second foyer des gamins de Dogtown, l’endroit où ils se retrouvaient tous. La boutique vendait des planches de surf et se transformait le soir en QG pour les fans de surf et de skate. Venice Beach. Santa Monica. En somme, la banlieue de Los Angeles. Le « Pacific Ocean Park » est un ancien parc d’attraction. Il était abandonné au moment où les Z-Boys ont commencé à y surfer. Aujourd’hui, il n’existe plus et l’équipe de décoration du film a du reconstruire entièrement la jetée du parc. L’auteur du scénario et héros de l’histoire, Stacy Peralta se souvient : « C’était un terrain de jeu pour hors-la-loi, il symbolise vraiment la topographie de ce qu’était Dogtown : un taudis en bord de mer. »




Il poursuit : « J’ai commencé à écrire Les Seigneurs de Dogtown peu après avoir présenté le documentaire Dogtown and Z-Boys [Prix du public et Prix du meilleur réalisateur pour un film documentaire au Festival de Sundance et Prix du meilleur documentaire à l’AFI Film Festival ainsi qu’un Independant Spirit Award]. J’avais écrit cinq scénarios avant celui-ci et il a été sans aucun doute ce que j’ai fait de plus difficile, de plus ambitieux et de plus éprouvant de toute ma vie. »

L’authenticité était la clé et la production a décidé de faire appel au plus grand nombre de véritable intervenant de l’histoire. Tony Alva a immédiatement accepté de participer au projet. Maintenant célèbre dans le monde entier, il a chorégraphié les cascades pour les skateurs et a enseigné aux acteurs non seulement a pratiquer le skate mais à le faire à la mode Z-Boys. Le choix des acteurs s’est aussi fait en collaboration avec les protagonistes authentiques.
Plus extrême et incontrôlable que le reste de l’équipe, Jay Adams est celui qui symbolise le mieux les hauts et les bas de ce sport. Catherine Hardwicke, la réalisatrice, commente le casting : « Emile Hirsch est un acteur fantastique avec un large registre de jeu. Il a le même look que Jay, il skate comme lui et on avait parfois l’impression que Jay avait pris possession de son corps. » Emile Hirsch explique : « Le don de Jay et sa malédiction aussi c’était son énergie dingue et spontanée. Il n’est jamais rentré dans le coté business. Lui, il était seulement skate et destroy. »

Pour réaliser ce film, il fallait non seulement un réalisateur qui sache ce que représentait le projet mais aussi quelqu'un dont la vision et le style s’accordent avec cet univers particulier. « Ce film est un projet de rêve, confie Catherine Hardwicke. Je vis à Venice, je surfe et je connais les gens impliqués, alors pour moi c’était une évidence. » La réalisatrice a reçu le prestigieux Director’s Award du Festival de Sundance 2003, pour Thirteen, qui marquait à la fois ses débuts de réalisatrice et de scénariste. Le film a remporté le prix du Jury au Festivals de Locarno et de Deauville, une mention spéciale au National Board of Review, le Prix du meilleur scénario au Festival de Nantucket, trois citations aux Independant Spirit Awards. Catherine Hardwicke est par ailleurs une chef décoratrice et une architecte réputée. On lui doit notamment les décors des films Les Rois du désert (David O’Russel), Vanilla Sky (Cameron Crowe), Mad City (Costa-Gavras)… Pourtant, le film a failli être réalisé par le cinéaste culte David Fincher (Seven, Alien 3, Fight Club, The Game), qui s’est contenté d’y figurer au générique en tant que producteur exécutif.
 
Axel
 
 
 
 

haut