Dear White People, prix du public à sundance, est une satire sociale où des personnages de Spike Lee seraient plongés dans des méli-mélos à la Almodovar, pour résumer. Une comédie intelligente et loufoque qui dénonce le racisme sans l'enferme dans une case.



300 hommes
A trois on y va
Cendrillon
Dear White People
Diversion
El Evangelio de la carne
Enfances nomades
L'homme des foules
La sapienza
Le petit homme
Paris of the North
Un amour
Voyage en Chine
Waste Land



Timbuktu
Whiplash
L'affaire SK1
Les nouveaux sauvages
Snow Therapy
It Follows
Kingsman: Services secrets
Citizenfour
Selma
Tu dors Nicole



La famille Bélier
Invincible
Les souvenirs
Une merveilleuse histoire du temps
Into the Woods: Promenons-nous dans les bois
Imitation game
Frank
Jupiter: Le destin de l'univers
La grande aventure de Maya l'abeille
Les jours venus
Papa ou Maman
L'enquête
Les merveilles
Les nouveaux héros
Mon fils
Cinquante nuances de Grey
Bob l'éponge: Un héros sort de l'eau
American Sniper
Max et Lenny
Things People Do
Vincent n'a pas d'écailles
Projet Almanac
Tracers
Loin de mon père
Les chevaliers du Zodiaque - la légende du Sanctuaire
Le dernier loup
Hungry Hearts
Birdman (ou la surprenante vertu de l'ignorance)
Inherent Vice
L'Art de la fugue
Le cercle
Tokyo Fiancée
1001 grammes
Le dernier coup de marteau
The Voices
Big Eyes
Divergente 2: L'insurrection
Furyo
Hacker
Still Alice
Un homme idéal






 (c) Ecran Noir 96 - 15


  

Production : Acpav, Telefilm Canada, Sodec
Réalisation : Bernard Emond
Scénario : Bernard Emond
Montage : Louise Côté
Photo : Jean-Claude Labrecque
Format : 1,85 - 35mm
Décors : Louise Pilon
Son : Marcel Chouinard, Hugo Brochu, Martin Allard, Luc Boudrias
Musique : Robert Marcel Lepage
Directeur artistique : Gaudeline Sauriol
Durée : 97 mn
 

Elise Guilbault : Jeanne
Patrick Drolet : François
Denise Gagnon : la grand mère
Isabelle Roy : Lise
Stéphane Demers : le mari de Lise
Lise Castonguay : Thérèse
Paul Savoie : le mari de Jeanne
Benoît Dagenais : Docteur Langlais
Pierre Collin : le prêtre confident
 

Locarno 05
site officiel
 
 
La Neuvaine


Canada / 2005


 

Anthropologue à l'origine, le documentariste puis cinéaste Bernard Emond a vécu toute la transition entre un Québec fortement laïcisé et une région quasiment déchristiannisée (en exagérant peu). Né en 1951, il a réalisé son premier long métrage en 2000, avec La femme qui boit, sélectionné à la Semaine Internationale de la Critique, à Cannes, en 2001. C'est aussi dans cette sélection que fut présenté 20h17 rue Darling, très bonne fiction sur les dégâts du hasard...




La neuvaine reprend un thème qui lui est cher : la mort, ou plutôt l'appréhension de la mort (déjà le sujet de son documentaire L'instant et la patience en 1994). Le film, tourné à l'automne dernier entre Montréal et le Charlevoix, réunit Elise Guilbaut (plusieurs fois primée pour son rôle dans La femme qui boit) et Patrick Drolet, qui partage sa passion entre la mise en scène au théâtre et ses rôles au cinéma. Pour avoir incarné François, il a obtenu le prix d'interprétation masculine à Locarno, où le film était présenté en avant-première mondiale.
 
vincy
 
 
 
 

haut