L'ornithologue est peut-être le plus beau film de Joao Pedro Rodrigues. Entre mythes, martyrs et résurrection, le cinéaste portugais nous hypnotise au fil de cette errance poétique, érotique, fantastique et naturaliste.



Banana
Dark Show
Enfin des bonnes nouvelles
Kangchenjunga
L'ornithologue
La fine équipe
Le Gang des Antillais
Le voyage au Groenland
Les enfants de la chance
Ma' Rosa
Oppression
Rocco
Sausage Party
Sully
Vaiana, la légende du bout du monde
Wolf and sheep



Aquarius
Le ciel attendra
Voyage à travers le cinéma français
Willy 1er
Ma vie de Courgette
Sing Street
Mademoiselle
Réparer les vivants
2 nuits jusqu’au matin
Dernières nouvelles du Cosmos
Tu ne tueras point
Close encounters with Vilmos Zsigmond
Swagger
Wallace & Gromit : les inventuriers



Juste la fin du monde
Miss Peregrine et les enfants particuliers
Captain Fantastic
L'Odyssée
La fille inconnue
Brice 3
Jack Reacher: Never Go Back
Le Teckel
Les Trolls
Mal de Pierres
The Happiest Day in the Life of Olli Mäki
L'Attrape-rêves
Doctor Strange
La Fille du train
Moi, Daniel Blake
Mr Wolff
Snowden
Inferno
L'Histoire de l'amour
Le client
Planétarium
Les Animaux Fantastiques
Polina, danser la vie
Trashed
Alliés
La fille de Brest
Louise en hiver
Seul dans Berlin






 (c) Ecran Noir 96 - 16


  

Production : Acpav, Telefilm Canada, Sodec
Réalisation : Bernard Emond
Scénario : Bernard Emond
Montage : Louise Côté
Photo : Jean-Claude Labrecque
Format : 1,85 - 35mm
Décors : Louise Pilon
Son : Marcel Chouinard, Hugo Brochu, Martin Allard, Luc Boudrias
Musique : Robert Marcel Lepage
Directeur artistique : Gaudeline Sauriol
Durée : 97 mn
 

Elise Guilbault : Jeanne
Patrick Drolet : François
Denise Gagnon : la grand mère
Isabelle Roy : Lise
Stéphane Demers : le mari de Lise
Lise Castonguay : Thérèse
Paul Savoie : le mari de Jeanne
Benoît Dagenais : Docteur Langlais
Pierre Collin : le prêtre confident
 

Locarno 05
site officiel
 
 
La Neuvaine


Canada / 2005


 

Anthropologue à l'origine, le documentariste puis cinéaste Bernard Emond a vécu toute la transition entre un Québec fortement laïcisé et une région quasiment déchristiannisée (en exagérant peu). Né en 1951, il a réalisé son premier long métrage en 2000, avec La femme qui boit, sélectionné à la Semaine Internationale de la Critique, à Cannes, en 2001. C'est aussi dans cette sélection que fut présenté 20h17 rue Darling, très bonne fiction sur les dégâts du hasard...




La neuvaine reprend un thème qui lui est cher : la mort, ou plutôt l'appréhension de la mort (déjà le sujet de son documentaire L'instant et la patience en 1994). Le film, tourné à l'automne dernier entre Montréal et le Charlevoix, réunit Elise Guilbaut (plusieurs fois primée pour son rôle dans La femme qui boit) et Patrick Drolet, qui partage sa passion entre la mise en scène au théâtre et ses rôles au cinéma. Pour avoir incarné François, il a obtenu le prix d'interprétation masculine à Locarno, où le film était présenté en avant-première mondiale.
 
vincy
 
 
 
 

haut