Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


Warner  

Production : Section Eight, Spring Creek, Warner Bros, Village Roadshow
Distribution : Warner Bros
Réalisation : Rob Reiner
Scénario : T.M. Griffin
Montage : Robert Leighton
Photo : Peter Deming
Décors : Tom Sanders
Musique : Marc Shaiman, Nellie McKay, Simon & garfunkel
Directeur artistique : Thomas P. Wilkins
Durée : 95 mn
 

Jennifer Aniston : Sarah Huttinger
Kevin Costner : Beau Burroughs
Shirley MacLaine : Katharine Huttinger
Mark Ruffalo : Jeff Daly
Richard Jenkins : Earl Huttinger
Mena Suvari : Annie Huttinger
Mike Vogel : Blake Burroughs
 

Le Lauréat
site officiel français
 
 
Rumor has it... (La rumeur court...)


USA / 2005

11.01.06
 

Rob Reiner a été l'un des cinéastes les plus vernis des années 80 enchaînant une série de succès variés, et même des films cultes dans leur genre : This is spinal tap, Stand by me, The princess bride, When Harry met Sally, Misery, A few good men. Il a reçu alors une nomination à l'Oscar du meilleur film, trois nominations au Golden Globe du meilleur réalisateur, autant auprès de la prestigieuse et sélective Director's Guild Award. En 1994, il réalise North, fable étrange. Et film raté. Fiasco financier énorme, le film reçoit 6 nominations aux Razzie Awards, récompensant les pires films de l'année. Depuis reiner n'a plus convaincu avec un seul de ses films, flirtant avec la comédie romantique formatée, essayant de retrouver la formule gagnante d'impertinence et de vaudeville qui fit le triomphe d'Harry et Sally. Mais aucun de ses castings n'a suscité le même désir ni Kate Hudson / Luke Wilson, ni Michelle Pfeiffer / Bruce Willis.




La rumeur court est en fait son plus gros succès depuis Le Président et Miss Wade en 1995. Etonnement, le film, lorsqu'il sort, se prend un râteau lors du "fameux" premier week end. Devant la médiocrité des deux grosses comédies des fêtes, un remake avec Jim Carrey et une suite avec Steve Martin, les comédies "gauchistes" Esprit de famille et La rumeur court résistent mieux que bien. Le film de Rob Reiner se permet même de progresser en nombre de spectateurs et en recettes au fil des jours. 3 semaines après sa sortie, le box office est à 35 millions de $. Modeste mais correct et presque rentable.
On reste très loin du modèle original puisque La Rumeur court est une sorte de suite au Lauréat de Mike Nichols. Le film qui révéla Dustin Hoffman. Sorti fin 1967, 7 nominations aux Oscars au compteur (et une statuette pour le réalisateur tout de même), Le Lauréat devient le plus gros succès de l'année 1968, le 8ème film le plus vu des années 60 en Amérique du nord, il avait rapporté 104 millions de $ de l'époque. Pour vous donner une idée, cela signifierait, aujourd'hui, qu'il aurait récolté un B.O. de 547 millions de $! Cela le place au niveau de Jurassic Park ou Star Wars : La Menace Fantôme.
Le film de Reiner prend comme postulat que le best-seller de Charles Webb, qui a donné le film de Nichols, est inspiré de faits réels. Aussi le film débute avec cette mention : "Aucune personne réelle n'existe dans ce film. C'est une fiction inspirée par quelque chose qui est supposée s'être passée il y a longtemps." Aussi nous apprenons que le personnage joué par Katherine Ross est décédé après avoir donné naissance à deux filles. Que Richard Jenkins et Brian Avery sont censés être le même fiancé. Que Shriley MacLaine est la véritable Mme. Robinson (à l'époque incarnée par la mythique Anne Bancroft). Que Kevin Costner est le véritable Benjamin Braddock, joué par Dustin Hoffman au cinéma. Petite entorse : dans le final du film original, Dustin se tire avec Katherine, pourtant mariée à Carl Smith. Ici, a priori ils n'ont passé qu'une semaine au Mexique avant qu'elle n'aille se marier. Tout ne s'emboîte pas, mais les cinéphiles se feront une joie pour repérer les liens et contradictions. Le film est scénarisé par le tortueux Ted Griffin à qui l'on doit Les associés et Ocean's Eleven. le film est d'ailleurs produit par Soderbergh et Clooney.
Costner, Ruffalo, MacLaine entourent donc la star du film : Jennifer Aniston, qui essaie de prolonger sa notoriété tant bien que mal après l'arrêt de Friends. Après un film indépendant intéressant (The Good Girl), elle a préféré jouer les faire valoir féminin à Jim Carrey (Bruce Tout-Puissant) et Ben Stiller (Polly et Moi). Décidée à jouer les têtes d'affiches, on la retrouvera trois fois cette année : Derailed (Dérapage) en mars avec Clive Owen, Friends with money et enfin The Break Up, en juillet, avec le remplaçant de Brad Pitt, Vince Vaughn.
 
vincy
 
 
 
 

haut