Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


(c) Warner  

Production : Warner Bros Pictures, Village Roadshow Pictures
Distribution : Warner Bros
Réalisation : Richard Loncraine
Scénario : Joe Forte
Montage : Jim Page
Photo : Marco Pontecorvo, A.I.C
Décors : Brian Morris
Musique : Alexandre Desplat
Effets spéciaux : Rainmaker Animation & Visual Effects
Costumes : Shuna Harwood
Maquillage : Gitte Axen, Victoria Down
Directeur artistique : Helen Jarvis
Durée : 104 mn
 

Harrison Ford : Jack Stanfield
Paul Bettany : Bill Cox
Virginia Madsen : Beth Stanfield
Carly Shroeder : Sarah Stanfield
Mary Lynn Rajskub : Janet Stone
Robert Patrick : Gary Mitchell
Robert Forster : Harry
 

Site Officiel
 
 
Firewall


USA / 2006

05.04.06
 

Le britannique Richard Loncraine doit sa petite notoriété hexagonale pour avoir signé la version très contemporaine du Richard III, interprété par Ian McKellen et Annette Benning. Mais plus encore pour sa collaboration avec Steven Spielberg pour la série « Band of Brothers » co-produite par Tom Hanks, au lendemain du succès rencontré par « Il faut sauver le soldat Ryan ». C’est curieusement ce réalisateur que Harrison Ford choisit pour sa nouvelle auto-production annuelle. L’ »Indiana Jones » vieillissant est en effet désormais de l’initiative à la conclusion des projets dans lesquels il s’implique, suivant la progression de son personnage de l’écriture au tournage, des pans de scénario entiers parfois réduits au minimum afin de permettre au comédien d’induire par son seul jeu la psychologie du héros qu’il incarne. Avec ce mêrite de s’entourer des meilleurs castings pour lui donner la réplique. « Firewall » est à ce niveau un festival de seconds rôles marquants desquels on retiendra Virginia Madsen, citée à l’Oscar pour « Sideways », Robert Foster, réhabilité par Tarantino dans « Jackie Brown » et surtout Mary Lynn Rajskub, l’insupportable mais touchante informaticienne de la série « 24h » qui en vient ici à quasiment s’auto-parodier…




L’unique moment de bravoure du film (voir la critique) se résumant au générique, sa fabrication vaut le détour. Tourné en 8, en Super 8 mais aussi en vidéo, il induit la paranoïa et par là-même l’identification aux personnages. Pour ce faire, on demanda à Madsen et Carly Schroeder, respectivement épouse et fille de Ford à l’écran, d’arpenter des rues commerçantes en ignorant l’emplacement des caméras. Au moment du « coupez », voguant encore à leurs errances , elles ignoraient qu’une caméra-stylo continuait à les filmer à leur insu, captant ainsi des images d’un naturel saisissant. Toronto et Vancouver accueillant désormais la plupart des tournages américains pour des raisons évidentes de taxes, il fallut une fois encore y suggérer une grande ville. Cette fois ce fut Seattle. Et à l’équipe technique et au chef opérateur de simuler une pluie continue aux vitres de la banque multinationale, censée se situer au 22 ème étage mais dans la réalité au second. D’où certaines transparences à l’écran particulièrement marquées.
Mais comme tout le reste dans ce film n’est que transparences…
 
Arnaud
 
 
 
 

haut