Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


pathé  

Production : Granada Screen, Pathé Renn, BIM distr., France 3 Cinéma, Canal +
Distribution : Pathé
Réalisation : Stephen Frears
Scénario : Peter Morgan
Montage : Lucia Zucchetti
Photo : Affonso Beato
Décors : Alan Macdonald
Son : Peter Lindsay
Musique : Alexandre Desplats
Durée : 99 mn
 

Helen Mirren : Elizabeth II, la Reine
James Cromwell : le prince Philip
Alex Jennings : le prince Charles
Michael Sheen : Tony Blair
Helen McCrory : Cherie Blair
Sylvia Syms : la reine-mère
Roger Allam : Sir Robin Janvrin
 

site officiel vf
Her Majesty the Queen
bande annonce
tout sur la Reine
 
 
The Queen


Royaume Uni / 2006

18.11.2006
 

Venise. Septembre 2006. Catherine Deneuve, présidente du jury, Reine chez Demy, Dahan et Lemercier, couronne Helen Mirren d'un prix d'interprétation féminine et Peter Morgan d'un prix du meilleur scénariste. Habile de récompenser la Reine (la comédienne) et son faiseur de Reine (le scribouillard) quand le film raconte l'histoire de ce symbole royal (rien à voir avec Ségolène) et de son premier ministre, quasiment expert en plan média et autres propagandes.




Stephen Frears est très fier. "Personne n'avait jamais fait de film sur la Reine auparavant." Un challenge sans pression royale ou politique. Pas question de remuer la merde de la mort de Diana. Pas question non plus de faire passer ses convictions avant le reste : "Le plus dur a été de laisser mes préjugés sur la monarchie en dehors de ça. Vous devez être généreux envers les gens et accepter qu'ils aient leur propre opinion. Ca aurait été beaucoup plus simple pour pour moi de laisser tomber et de crier "Vive la République!" (...) Mais si je devais choisir entre la Reine et Tony Blair, je choisirais la Reine. Parce qu'avec le peu de pouvoir qu'il a, Blair a fait beaucoup de mal. Alors lui donner plus de pouvoir me semble être une mauvaise idée."
Le film se déroule réellement entre le 31 août 1997 et le 6 septembre 1997. Tony Blair commence juste son mandat, élu le 2 mai 1997. Il va donc gérer simultanément son discours au Parlement et le deuil de la Princesse Lady Di durant cette semaine de tous les dangers. Ironiquement il est né en 1953, soit un an après le couronnement d'Elizabeth Alexandra Mary Windsor en février 1952. Encore dix ans et elle égalera la durée du règne de Victoria.

The Queen est une forme de suite. Celle de The Deal. Un film de télévision produit par la chaîne TV Granada, réalisé par Frears, écrit par Peter Morgan et déjà incarné (pour Blair) par Michael Sheen. Le téléfilm retraçait la naissance du "New Labour", le nom que donna Blair au mouvement permettant la reconquête du pouvoir pour les travaillistes. Blair y était dépeint comme le personnage principal, à l'instar de la Reine ici, et son "premier ministre" n'est autre que son Dauphin, Gordon Brown.
Après la mue d'un parti politique, celle de la Royauté, à l'occasion d'une crise majeure, la mort d'une égérie populaire. Le souci quasi clinique du détail n'empêche pas l'invention. "En général j'écris d'abord mes dialogues, et je vérifie ensuite s'ils sont vraisemblables" explique le scénariste. Véridique ou pas. Là est la question. "Cela peut paraître étonnant mais la plupart du temps je vois juste. Il y a bien des scènes qui sont de pure invention, comme la séquence où la Reine croise un cerf à Balmoral. Mais il y' a d'autres qui s'inspirent d'événements réels."
Des consultants en "famille royale" ont été engagés. Pas de Stephane Bern à l'horizon (qui a vu le film le même jour au même endroit que votre serviteur : notons que le service public l'a fait grossir). Robert Lacey est l'auteur de nombreux ouvrages sur la Reine (notamment sa première et plus complète biographie, la Reine mère, les Windsor tandis que Ingrid Seward est la rédactrice en chef de la revue Majesty et l'auteure de livres sur Lady Di.

Lady Helen Mirren a la lourde charge d'incarner la Reine. Comédienne célèbre et respectée, elle a été deux fois nommée à l'Oscar de la meilleure actrice pour La folie du Roi Georges et Gosford Park. Elle est surtout connue pour son rôle principal dans la série TV Prime Suspect. Micheal Sheen retrouve donc son costume de Premier Ministre. Il avait débuté chez Frears dans Mary Reilly. Le réalisateur nous avait tirer le portrait d'une cour royale (Les Liaisons dangereuses, son chef d'oeuvre), d'un trio fatal (Les Arnaqueurs)... Au début de l'année, il avait signé un joli come back côté français avec son Mme Henderson présente (250 000 entrées). Il est loin de ses scores des années 88-96. Mais The Queen, fort d'une couverture médiatique imposante, d'un intérêt réel, de critiques favorables, devraient le faire revenir dans cour des grands...
 
v.
 
 
 
 

haut