Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  

Production : DreamWorks Pictures, Warner Bros, Parkes / MacDonald Productions, The Zanuck Company
Distribution : Warner Bros France
Réalisation : Tim Burton
Scénario : John Logan, Christopher Bond, d'après l'oeuvre de Stephen Sondheim, Hugh Wheeler
Montage : Chris Lebenzon
Photo : Darius Wolski
Décors : Dante Ferretti
Musique : Stephen Sondheim
Directeur artistique : David Warren, Gary Freeman
Interdit aux moins de 12 ans
Durée : 115 mn
 

Johnny Depp : Sweeney Todd
Helena Bonham-Carter : Madame Lovett
Alan Rickman : Juge Turpin
Timothy Spall : Bailli Bamford
Sacha Baron Cohen : Adolfo Pirelli
Jamie Campbell Bower : Anthony Hope
 

site internet du film
 
 
Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street (Sweeney Todd: The Demon Barber of Fleet Street)


USA / 2007

23.01.2008
 





Le XIXème siècle londonien est le siège de deux légendes urbaines terrifiantes : Jack l’Eventreur et Sweeney Todd. Fiction ou réalité ? Selon Peter Haining, auteur d’un livre sur Sweeney Todd paru en 1993, le barbier aurait égorgé quelques 160 clients dans son échoppe de Fleet Street, assisté par sa complice qui dépeçait les cadavres et les utilisait pour cuisiner ses tourtes à la viande. Quoiqu’il en soit, le serial killer a inspiré plusieurs œuvres de fiction. C’est Thomas Peckett qui lui a donné corps en 1846 avec sa nouvelle The String of Pearls : A romance. Un an plus tard, le récit était adapté au théâtre. Sweeney Todd, the Demon Barber of Fleet Street a connu quelques variations. En 1973, l’une d’elle introduit le personnage du juge Turpin et l’idée de vengeance. C’est le spectacle musical de Stephen Sondheim que Tim Burton a adapté au cinéma. La pièce qui a fait sa première en 1979 a connu un immense succès à Broadway, avec Len Cariou et Angela Lansbury dans les rôles principaux. Pour son film, Tim Burton a choisi de garder la partition initiale plutôt que d’avoir recours à son compositeur fétiche, Danny Elfman. La musique, réduite pour les besoins du film, a été enregistrée en studio avant le tournage et les acteurs – qui, à l’exception de Laura Michelle Kelly, chantent tous ici pour la première fois – jouent donc en playback. Pour les décors, Burton a crée un Londres ultra stylisé, sans souci de vérité historique. Au départ, il souhaitait faire tourner ses acteurs sur fond vert et reconstituer les décors par images de synthèse, à l’image de Sin City. Mais ne voulant pas ajouter cette pression à ces comédiens, il a finalement opté pour la reconstitution de décors réels. Seules les décors de quelques scènes, dont les rêves de Nellie Lovett, ont donc été restitués par ordinateur. Si l’image approche le noir et blanc, c’est grâce à un procédé de “désaturation” des couleurs.
 
Karine
 
 
 
 

haut