Viendra le feu a reçu le prix du jury Un certain regard. Le film d'Oliver Laxe laisse au spectateur toute liberté de se projeter dans le film pour y lire son propre rapport à la nature et ses propres obsessions face à la déliquescence du monde.



Ad Astra
D'un clandestin, l'autre
De sable et de feu
Edith en chemin vers son rêve
El Otro Cristobal
Kusama: Infinity
Les fleurs amères
Lucky Day
Ma folle semaine avec Tess
Nous le peuple
Portrait de la jeune fille en feu
Trois jours et une vie
Un jour de pluie à New York



Parasite
Toy Story 4
Le Roi Lion
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  

Production : Les productions Georges de Beauregard, SNC
Distribution : Les Films Impéria
Réalisation : Jean-Luc Godard
Scénario : François Truffaut, Jean-Luc Godard
Montage : Cécile Decugis, Lila Herman
Photo : Raoul Coutard
Son : Jacques Maumont
Musique : Martial Solal
Directeur artistique : Claude Chabrol
Durée : 84 mn
 

Jean-Paul Belmondo : Michel Poiccard
Jean Seberg : Patricia Franchini
Henri-Jacques Huet : Antonio Berutti
Daniel Boulanger : l inspecteur Vital
Jean-Pierre Melville : Parvulesco
Jean-Luc Godard : le dénonciateur
 

 
 
A bout de souffle (Breathless)


France / 1959

16.03.1960
 

Film culte, fondateur de la Nouvelle Vague (faut dire Truffaut, Chabrol et Godard dans le même générique, et Melville comme conseiller sur le montage), il avait reçu le Prix Jean Vigo et l'Ours d'argent du meilleur réalisateur à Berlin.





Godard à la fin d'une journée de tournage : "C'est fini pour aujourd'hui, je n'ai plus d'idées."

Innovations : les acteurs regardent face caméra. Ils prennent à partie le spectateur.
Le vocabulaire est celui de tous les jours, s'autorisent des commentaires et des apartés.
La caméra légère portée à la main par Raoul Coutard permet de filmer "sur le vif".
Il tourne en décors naturel, plutôt qu'en studio, avec une pellicule capable de capter les bruits de la rue.
Il s'autorise des sautes de plan, des faux raccords.

Polémique. Du coup les partisans de l'ancien cinéma lui sont tombés dessus. Travail amateur, brouillon, décadence morale, "cinéma-cafard", gâchis, ... De l'autre côté, les admirateurs exultent en s'enthousiasmant pour cette grammaire du cinéma partie en flammes. Georges Sadoul disait : "Qu'importe, ce ne sont pas là fautes d'orthographe, mais tournures de style. Quelque chose comme l'emploi du langage parlé en littérature."

Influences. Après A bout de souffle, un autre cinéma fut possible : celui de Cassavetes, Fassbinder, Tanner, Forman, Wenders... "Ce fut une rupture fondatrice", dit Arnaud Desplechin. "Et on ne peut pas dire qu'il ait massacré quoi que ce soit. Le cinéma de papa est toujours en bonne santé !"
 
EN
 
 
 
 

haut