Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  

Production : Why Not productions
Distribution : Wild Bunch
Réalisation : Claire Denis
Scénario : Claire Denis, Marie N'Diaye
Photo : Yves Cape
Format : 35 mm Scope
Décors : Saint Père Abiassi, Alain Veissier
Musique : Tindersticks
Durée : 102 mn
 

Isabelle Huppert : Maria Val
Isaach de Bankolé : le boxeur, l'officier rebelle
Christophe Lambert : André Vial
Nicolas Duvauchelle : Manuel Vial
William Nadylam : Chétif, le maire
 

site internet du film
Interview Claire Denis
 
 
White Material


France / 2009

24.03.2010
 

Marie N'Diaye. La co-scéanriste du film de Claire Denis est la récente lauréate du Prix Goncourt de littérature. A l'origine, Huppert voulait que la réalisatrice adapte Vaincue par la brousse du Prix Nobel de littérature Doris Lessing. Puis une idée originale leur est venue, aux deux scénaristes. Elles ont commencé à écrire ce "film-bras d'honneur". "Dans mon souvenir, le long moment finalement qu’on a passé autour de ce scénario, il est vraiment accompagné de lectures qui nous ont plus ou moins influencées, c’était une atmosphère autour de l’écriture. Il y avait Rire d’Afrique de Doris Lessing, mais il y avait aussi les romans de Sony Labou Tansi, je ne peux pas détacher le souvenir que j’ai de notre travail en commun des livres qui l’ont nimbé d’une atmosphère." explique la romancière. Huppert a apprécié le virage : "Chez Lessing, Mary ressemblait à une Madame Bovary traversée par la folie. Claire lui a fait subir une mutation complète. Elle l’a entraînée vers de nouveaux rivages qui rappellent davantage Disgrâce de John Maxwell Coetzee."

Le livre Bye Bye Bahia



Afrique de l'Ouest. Le Ghana précisément. Claire Denis : "Quand on est arrivées toutes les deux au Ghana dans une vraie plantation (tout au début, nous pensions tourner au Ghana), pour comprendre comment ça fonctionnait le café, on a été déçues que la plantation ne soit pas d’un seul tenant, qu’elle soit éclatée en plusieurs petits champs isolés. Par contre de la voir fonctionner, d’entendre les cultivateurs parler du café comme d’une matière très précieuse, très fragile, cela nous a aidées. Et Raphaël, le patron, circulait en moto d’un lieu à l’autre sur la piste de terre chaotique et poussiéreuse. Ça aussi c’était bien."

Venise. Avant première mondiale en septembre.
 
Vincy
 
 
 
 

haut