Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  

Production : Polygram Film Entertainment, Propaganda Films
Réalisation : David Fincher
Scénario : John Brancato, Michael Ferris
Montage : James Haygood
Photo : Harris Savides
Musique : James Haygood
Durée : 128 mn
 

Michael Douglas : Nicholas Van Orton
Sean Penn : Conrad Van Orton
Deborah Unger : Christine
James Rebhorn : Jim Feingold
Armin Mueller-Stahl : Anson Baer
 

 
 
The Game


USA / 1997

12.11.97
 

Premier film attendu de l'automne, The Game est techniquement brillant, comme toujours avec Fincher, ce qui n'enlèvera rien au plaisir. Les américains n'aimant cependant pas les films compliqués (à voir les critiques de Mission Impossible, GoldenEye ou Roger Rabbit), le film pourrait passer à coté de son public.




Mais ce serait sans compter le culte voué à David Fincher et ses sujets, et les métaphores et clins d'oeil de cet Alice au pays des pervers...Alice c'est Michael Douglas, dans un rôle très proche de celui qui lui avait valu un Oscar (Wall Street), tout en étant un peu "dominé" comme dans la plupart de ses récents films.
Ne refusant pas le combat, il affronte un Sean Penn impecc - comme d'hab'. Le film devrait donc faire un très bon premier week-end vu sa qualité et son intelligence. Et pourrait une fois de plus, 2 ans après Seven, crée la surprise de cet automne.
Une fois de plus Fincher joue sur une fin à double sens et pas forcément attendue. Sean Penn, qui joue le frère de Michael Douglas, remplaçe ainsi Jodie Foster qui devait jouer la fille, dans cette manipulation digne des pires jeux de rôles.

Après coup : Le film a rapporté 110 millions de $ dans le monde. Bien moins que Seven, mais le score est largement plus que décent pour une sortie de début d'automne. Fincher a depuis enchaîné avec Fight Club (avec Pitt et Norton), prévu en 99.
 
vincy
 
 
 
 

haut