Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  

Production : Charles Gassot, Les Films A4
Réalisation : Agnès Jaoui
Scénario : Agnès Jaoui, Jean-Pierre Bacri
Montage : Hervé de Luze
Photo : Laurent Dailland
Son : Jean-Pierre Duret
peintures de Cécile Partouche
Durée : 112 mn
 

Anne Alvaro : Clara
Jean-Pierre Bacri : Castella
Alain Chabat : Deschamps
Agnès Jaoui : Manie
Gérard Lanvin : Moreno
Christiane Millet : Angélique
Wladimir Yordanoff : Antoine
Sam Karmann : le metteur en scène
 

 
 
Le Goût des autres


France / 2000

01.03.00
 

Le couple Jaoui-Bacri is back. Ceux qui ont signé les scripts de Cuisines et dépendances et de Un air de famille, d'après leurs propres pièces et les deux derniers films de Resnais (Smocking No Smocking, On connait la chanson) ont pris le contrôle puisque Jaoui en est la réalisatrice, et ils en sont tous deux les producteurs.




C'est un film de famille : on a vu Yordanoff dans Un air de famille; Lanvin a joué avec Bacri dans Mes Meilleurs copains ; Chabat a donné un petit rôle à Bacri dans La Cité de la peur et le rôle principal de Didier ; le même Chabat était le mari de Jaoui dans Le Cousin.
Et surtout, avec l'excellente critique qui le précède, cumulé à cet esprit de troupe et à la fidélité de leur public, le film de Jaoui risque d'être la première bonne surprise de l'année pour le cinéma français. Bacri, nominé aux César avec Kennedy et moi (500 000 spectateurs), et Jaoui avec son rôle dans Une femme d'extérieur, ont fait de nombreuses couvertures de magazine depuis trois mois : Studio, Première, L'Evénement du jeudi, .... le couple fait recette.
Il n'y a donc aucune réaison que Le Goût des autres ne donne pas le goût d'aller le voir.
On ne s'étonnera pas si le film ressemble à un très bon Woody Allen : Jaoui en est fan (cf interview du cinéaste new yorkais par la scénariste dans Studio il y a 2 ans); elle a revisionné tous ses films pour travailler le découpage de son film. D'autres éléments l'ont inspirés. Outre le constat qie la plupart des gens que nous fréquentons sont issus du même milieu, l'actrice-scénariste-productrice-réalisatrice (par ordre d'arrivée) a lu un texte de Philippe Berthier, préface des Illusions Perdues, de Balzac : "Passer d'un milieu à un autre c'est franchir d'invisibles abîmes moraux dont une loi immémoriale smble maintenir la béance : à chacun son ghetto. Malheur aux parias qui, placés par le sort dans une position subalterne, aspirent à être acceuillis au sein de la sphère suprême." Le métissage n'est pas simple...
Pour les rôles, Jaoui et Bacri ont écrit pour les acteurs du film. Un cadeau sublime. Anna Alvaro, plus connu des amateurs de théâtre, peu connue au cinéma, a eu l'occasion de jouer Bérénice et Hedda Gabler dans le film. Comme elle l'a fait respectivement au cinéma (chez Ruiz) et sur les planches (à l'Odéon). Elle a ainsi retrouvé Christiane Millet, une adepte du cinéma de Ducastel et Martineau. Alvaro et Millet ont joué dans "Venise Sauvée" d'André Engel (au théâtre comme au cinéma).
Le Goût des autres aurait mérité sa place dans un grand festival...
 
vincy
 
 
 
 

haut