Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


Pathé  

Production : Hirsch, Pathé Renn productions, TF1 films
Distribution : Pathé
Réalisation : Yvan Attal
Scénario : Yvan Attal
Montage : Jennifer Augé
Photo : Rémy Chevrin
Décors : Katia Wisztop
Son : Didier Saïn, Jean-Paul Hurier, Jean Goudier, Marc Doisne
Durée : 100 mn
 

Charlotte Gainsbourg : Gabrielle
Yvan Attal : Vincent
Alain Chabat : Georges
Emmanuelle Seigner : Nathalie
Alain Cohen : Fred
Aurore Clément : la mère de la maitresse
Angie David : la maîtresse
Anouk Aimée : la mère de Vincent
Claude Berri : le père de Vincent
Johnny Depp : l'inconnu dans le magasin
 

site officiel
 
 
Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants


France / 2004

25.08.04
 

Yvan Attal est un acteur qui a bien tourné. Révélé, comme Hippolyte Girardot, par le culte Un monde sans pitié, en 1989, Attal est resté en haut de l'affiche contrairement à Hippo. On l'a vu chez Kurys, Doillon, Vernoux, Ravalec, Winterbottom, Rappeneau. En attendant une belle année 2005 aux côtés de Nicole Kidman et Sophie Marceau, dans deux thrillers différents.




Il avait surpris tout le monde avec sa première réalisation, Ma femme est une actrice, premier film plutôt réussi, en 2001. 700 000 entrées en France, deux nominations aux César et la participation de Terrence Stamp en faisaient un coup d'essai heureux. Aussi, la pression est plus forte sur ce second opus qui se veut plus proche de Cassavetes que de Sautet. La campagne média est importante. Le casting est étoilé (Chabat, Seigner, Depp, Berri, Aimée, Clément en plus de Charlotte). A priori le projet séduit et devrait se positionner en tête du Box Office en attendant les histoires de couples par Ozon, puis Tirard. La lutte sera difficile.
Ici, de Radiohead en fond sonore à Johnny Depp en guest, et la fille Gainsbourg en star, le ton se veut plus rock (c'est ce qu'affirme partout le cinéaste dans ses interviews). Soit. Le mot exact, répété, est "rude". Ils se marièrent explore le mode d'emploi pour faire coexister la vie de couple avec ses aspirations individuelles. Attal revendique ses influences : Allen, Mann, Anderson (Paul Thomas). Il a choisit de faire cohabiter des vedettes avec quelques amateurs (Alain Cohen, qui jouait le gamin dans Le vieil homme et l'enfant, ou encore Angie David). On flirte parfois avec la comédie italienne des années 60-70. Attal ne fait que livrer ses problèmes existentiels, à sa manière, pour en faire une fiction séduisante. La particularité est évidemment qu'il "utilise" sa femme comme actrice. Charlotte Gainsbourg est une des rares stars en France. A 33 ans, égérie pour Gérard Darrell, double césarisée (sur 4), sort d'un succès international (21 grammes où elle jouait la femme de Sean Penn). En plus d'un tube en radio, en duo avec Daho, "If". C'est clairement le personnage le plus "noble" du film, le plus intelligent, et sans aucun doute l'atout charme pour attirer le spectateur. Qui ne craquerait pas?
 
vincy
 
 
 
 

haut