Glass clôt une trilogie commencée il y a 18 ans avec Incassable. Mélangé à Split, M. Night Shyamalan réussit son retour avec un film de genre, presque de série B, où le scénario et la mise en scène l'emportent sur les effets.



Ayka
Ben Is Back
Capri-Revolution
Colette
Doubles vies
Glass
Holy Lands
L'incroyable histoire du facteur Cheval
Le musée des au revoir
Le phallus et le néant
Mallé en son exil
The Front Runner
Une jeunesse dorée



Les Veuves
Assassination Nation
Les Confins du monde
Une affaire de famille
Utøya, 22 juillet
Spider-Man: New Generation
Roma
L'homme fidèle
Wildlife, une saison ardente
Grass
Les invisibles



Bohemian Rhapsody
Cold War
Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald
Amanda
Le Grinch
Les héritières
Robin des Bois
Voyage à Yoshino
Astérix - Le secret de la potion magique
Leto
Pupille
Mortal Engines
Pachamama
Rémi sans famille
Asako I & II
Aquaman
Bienvenue à Marwen
Mirai, ma petite soeur
Le retour de Mary Poppins
Premières vacances
Monsieur
The Bookshop
The Happy Prince
Undercover - une histoire vraie
Border
Creed 2
Edmond
L'ange
L'heure de la sortie






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  

Production : Epithete Films, M6 films, Le Studio Canal +
Distribution : Cinévia
Réalisation : Laurent Chouchan
Scénario : Laurent Chouchan
Montage : Anne Lafarge
Photo : Denis Rouden
Musique : La Belle Equipe
Maquillage : Pascale Bouquière
Durée : 90 mn
 

Philippe Torreton : Vincent
Julie Gayet : Jeanne
Sophie-Charlotte Husson : Hélène
Jean Yanne : le beau-père
Micheline Presle : la mère
Anne Le Ny : la mairesse
Pascal Elbé : Benoît
Françoise Levantal : le vendeur
Carole Richert : Irène
 

 
 
Vertiges de l'amour


France / 2001

19.12.01
 

Scénariste de la plus pitoyable sitcom française de tous les temps (il le reconnaît lui- même), "Voisins- Voisines", et du dernier film de Chatilliez (Tanguy), Laurent Chouchan passe pour la première fois derrière la caméra. Vertiges de l’amour fait la part belle à une certaine nostalgie joyeuse grâce à une bande-originale éclectique, passant de Jeanne Manson chantant "Faisons l'amour avant de nous dire adieu", à "Ma poule" de Maurice Chevalier sans omettre "Somewhere over the rainbow" de Gene Vincent. Plus difficile en revanche a été l’acquisition de la chanson "My Way", dont les droits d’exploitation pour la film n’ont été obtenus que quinze jours afin la fin du montage.





Philippe Torreton, plus habitué aux drames (Capitaine Conan) s’avère un choix surprenant mais pertinent. La sublime Julie Gayet qui devait à l'origine interpréter le rôle d'Hélène, l'épouse de Philippe Torreton dans le film, a préféré incarner Jeanne, la femme-fantasme du héros. Le rôle d’Hélène échouant à l’inconnue Sophie-Charlotte Husson, dont c’est ici le premier film. Le titre du film est un hommage à la chanson d’Alain bashung (voir générique de fin). Cependant la chanson n’apparaît à aucun moment dans l’oeuvre.
Tourné à la même période que Tanguy, le film de Chouchan sort à un mois d’intervalle de celui son ami Etienne Chatilliez.
 
hervé
 
 
 
 

haut