Hors-compétition à Cannes, The Spy Gonbe North est l'un des rares grands films coréens de cette année à sortir en salles. Ce thriller d'espionnage vaut le détour, sans passer par la Corée du nord.



8, avenue Lénine
André Robillard en compagnie
Arthur et la magie de Noël
Carmen et Lola
Célébration
Chien de garde
Festen
Frères de sang
Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald
Les chatouilles
Les neiges de la soie
Millénium : Ce qui ne me tue pas
Mon cher enfant
Petits contes sous la neige
Pour l'amour de l'art
Premières solitudes
Sami, une jeunesse en Laponie
Suspiria



A Star is Born
Chris the swiss
RBG
Un 22 juillet
Yéti & Compagnie
Le grand bain
En liberté !
The Spy Gone North



Mademoiselle de Joncquières
Première année
Les Frères Sisters
Nos batailles
Dilili à Paris
Domingo
Galveston
Girl
La particule humaine
Venom
Tazzeka
Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
The House that Jack Built
Bamse au pays des voleurs
Bohemian Rhapsody
Breathe
Chacun pour tous
Cold War
Jean-Christophe & Winnie
Quién te cantará
Silvio et les autres
Ta mort en shorts
Touch Me Not
Crazy Rich Asians
Heureux comme Lazzaro
Kursk
Samouni Road
Un amour impossible






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  

Production : Epithete Films, M6 films, Le Studio Canal +
Distribution : Cinévia
Réalisation : Laurent Chouchan
Scénario : Laurent Chouchan
Montage : Anne Lafarge
Photo : Denis Rouden
Musique : La Belle Equipe
Maquillage : Pascale Bouquière
Durée : 90 mn
 

Philippe Torreton : Vincent
Julie Gayet : Jeanne
Sophie-Charlotte Husson : Hélène
Jean Yanne : le beau-père
Micheline Presle : la mère
Anne Le Ny : la mairesse
Pascal Elbé : Benoît
Françoise Levantal : le vendeur
Carole Richert : Irène
 

 
 
Vertiges de l'amour


France / 2001

19.12.01
 

Scénariste de la plus pitoyable sitcom française de tous les temps (il le reconnaît lui- même), "Voisins- Voisines", et du dernier film de Chatilliez (Tanguy), Laurent Chouchan passe pour la première fois derrière la caméra. Vertiges de l’amour fait la part belle à une certaine nostalgie joyeuse grâce à une bande-originale éclectique, passant de Jeanne Manson chantant "Faisons l'amour avant de nous dire adieu", à "Ma poule" de Maurice Chevalier sans omettre "Somewhere over the rainbow" de Gene Vincent. Plus difficile en revanche a été l’acquisition de la chanson "My Way", dont les droits d’exploitation pour la film n’ont été obtenus que quinze jours afin la fin du montage.





Philippe Torreton, plus habitué aux drames (Capitaine Conan) s’avère un choix surprenant mais pertinent. La sublime Julie Gayet qui devait à l'origine interpréter le rôle d'Hélène, l'épouse de Philippe Torreton dans le film, a préféré incarner Jeanne, la femme-fantasme du héros. Le rôle d’Hélène échouant à l’inconnue Sophie-Charlotte Husson, dont c’est ici le premier film. Le titre du film est un hommage à la chanson d’Alain bashung (voir générique de fin). Cependant la chanson n’apparaît à aucun moment dans l’oeuvre.
Tourné à la même période que Tanguy, le film de Chouchan sort à un mois d’intervalle de celui son ami Etienne Chatilliez.
 
hervé
 
 
 
 

haut