Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 17

 
Kung Fu Panda 2 (Kung Fu Panda: The Kaboom of Doom)


USA / 2011

15.06.2011
 



GREAT (MEAT) BALLS OF FIRE





«La Chine sera à moi.»

Si le premier Kung-Fu Panda nous avait laissé un goût un peu trop sucré, tant le scénario, les gags et le caractère des protagonistes étaient prévisibles et édulcorés à la sauce hollywoodienne. On restait un peu sur notre faim, et laissions Dreamworks à ces animaleries façon Madagascar invitant un Shrek noir et blanc.

Deuxième opus (et la fin en appelle mécaniquement un troisième) et la sensation n’est plus la même. Certes, le scénario est tout aussi mince, mais visuellement le film est plus ambitieux. Les scènes d’action (nombreuses) parviennent à donner du rythme et du nerf ; mais le script de divise en trois histoires : le présent, classique, avec la bande de gentils qui doit affronter le tyran méchant ; à l’instar de Shrek (ce qui prouve le manque d’originalité), on nous embarque aussi dans les tréfonds de la mémoire de notre héros, qui appelle Freud en aide pour comprendre ses traumas, afin de nous raconter une autre histoire (passée) de génocide ; enfin on explore aussi l’enfance de l’ennemi pour expliquer tant de méchanceté. Dans les deux cas, le dessins est modifié, plus artistique, proche de l’animation traditionnelle européenne, presque allégorique et stylisée. A côté la débauche d’effets visuels et de 3D semble moins inspirée.

Pour le reste, on retrouve l’humour balourd et ado du Panda héros malgré lui. Le personnage vocalement interprété par Angelina Jolie, magnifique tigresse, prend davantage de place, de relief, de nuances, et séduit. L’intrigue, hélas, est trop simple, et s‘il n’y avait pas un twist final, on serait presque déçu par la faiblesse des enjeux. Les jolies séquences qui ponctuent le film, la musique qui tourne en dérision un enchaînement formaté, il y a tout pour rendre l’ensemble un poil décalé, divertissant, mais en restant sous contrôle.

A force d’être zen, de chercher son yin et son yang, KFP 2 oublie d’être réellement drôle à défaut d’être profond ou subversif. Avec ses inévitables clins d’œil au 7e art, le dessin animé ne se distingue pas dans la production DreamWorks et reste très en dessous des attentes par rapport aux films de Pixar ou au récent Rango. Mais là n’est sans doute pas l’objectif : avec cette histoire de contes chinois, le studio cherche plutôt à conquérir l’immense empire du milieu.
 


 
 
 
 

haut