Diane a les épaules est l'une des premières comédies intelligentes sur l’éclatement du modèle familial traditionnel. C'est aussi une jolie réflexion sur la maternité et la parentalité, dans laquelle le corps féminin est sans aucun doute l'inspiration première.



Bangkok Nites
Chavela Vargas
Diane a les épaules
Faire la parole
Good vibrations
Happy Birthdead
Justice League
Khibula
L'école de la vie
L'étoile de Noël
L'ombre de Vénus
Le musée des merveilles
Le semeur
M
Maryline
Par Instinct
Paradis
Simon et Théodore



120 battements par minute
Petit paysan
Le Sens de la fête
Quel cirque !
Le vent dans les roseaux
Carré 35
Ex Libris: The New York Public Library
A Beautiful Day (You were never really here)
La Montagne entre nous
Wallace & Gromit: Cœurs à modeler



Faute d'amour
Kingsman: Le cercle d'or
Un beau soleil intérieur
Blade runner 2049
Confident royal
Happy End
Téhéran tabou
Detroit
Kingsman: Le cercle d'or
L'atelier
L'école buissonnière
La passion Van Gogh
Numéro Une
L'assemblée
Laissez bronzer les cadavres
The Meyerowitz Stories
Zombillénium
The Square
Au revoir là-haut
Logan Lucky
Pour le réconfort
Sans adieu
Thor: Ragnarok
D'après une histoire vraie
Jeune femme
Le Fidèle
Les conquérantes
Mise à mort du cerf sacré
Borg McEnroe
En attendant les hirondelles
Jalouse
Tout nous sépare
Borg McEnroe
En attendant les hirondelles
Tout nous sépare






 (c) Ecran Noir 96 - 17


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 406

 
Woody Allen: A Documentary


USA / 2012

30.05.2012
 



TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR SUR WOODY





"Écrire, c'est la belle vie."

Avec ce documentaire, Robert Weide nous invite à revisiter la carrière de Woody Allen tout en entrant dans son intimité par le biais de témoignages et d'interviews inédites. Le cinéaste s'est apparemment prêté au jeu de bonne grâce, acceptant de montrer sa chambre à coucher ou de déambuler dans le quartier de son enfance. Par bribes chronologique, on retrace ainsi le parcours du jeune Woody depuis son travail d'écriture de gags jusqu'à son entrée dans le monde du cinéma.

Le film met notamment en parallèle les propos du cinéaste sur sa propre vie avec des images d'archives, voire avec des extraits de ses films qui y font écho. On peut ainsi vérifier à quel point l'histoire et les névroses d'Allen nourrissent son œuvre.

La construction chronologique du film permet également de constater l'évolution de son cinéma et de ses thématiques au gré des rencontres (avec ses actrices fétiches, notamment) et des réactions du public. Dommage que Weide n'ait pas conservé le même procédé jusqu'au bout du film. Son choix de passer plus rapidement sur l'œuvre des dix dernières années donne en effet l'impression qu'incapable de trancher entre exhaustivité et transversalité, il n'a pas osé aller jusqu'au bout de son travail d'exégèse.

Au final, si l'on passe un moment plaisant à redécouvrir Woody Allen et son exceptionnelle carrière, on a malgré tout l'impression que le film reste toujours en surface, préférant les anecdotes au rigoureux travail d'analyse. Bien sûr, le spectateur néophyte risque de s'y retrouver, séduis par l'immense intelligence qui se dégage de l'œuvre d'Allen. Le vrai amateur, lui, n'apprendra pas grand chose, et se sentira peut-être un peu lésé.
 
MpM

 
 
 
 

haut