Have A Nice Day, en compét à Berlin en 2017, vaut plus que le détour. Un polar à la Tarantino animé et azimuté qui dénonce une Chine bien pourrie par la corruption et la mafia.



A genoux les gars
Bécassine
Have a nice day
How to Talk to Girls at Parties
Jerico
Kuzola, le chant des racines
Le doudou
Rose piment
Sans un bruit
Une prière avant l'aube



L'île aux chiens
La route sauvage
Deadpool 2
En guerre
Senses



Taxi 5
Avengers : Infinity War
Everybody knows
Gringo
Gueule d'ange
L'homme qui tua Don Quichotte
La révolution silencieuse
Manifesto
Plaire, aimer et courir vite
Rampage - Hors de contrôle
Solo: A Star Wars Story
Mon Ket
Une année polaire
Opération Beyrouth
L'extraordinaire voyage du Fakir
3 jours à Quiberon
Hedy Lamarr: From Extase to Wifi
Jurassic World: Fallen Kingdom
La mauvaise réputation
Le voyage de Lila
Ocean's 8
Trois visages
The Cakemaker






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 4

 
Woody Allen: A Documentary


USA / 2012

30.05.2012
 



TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR SUR WOODY





"Écrire, c'est la belle vie."

Avec ce documentaire, Robert Weide nous invite à revisiter la carrière de Woody Allen tout en entrant dans son intimité par le biais de témoignages et d'interviews inédites. Le cinéaste s'est apparemment prêté au jeu de bonne grâce, acceptant de montrer sa chambre à coucher ou de déambuler dans le quartier de son enfance. Par bribes chronologique, on retrace ainsi le parcours du jeune Woody depuis son travail d'écriture de gags jusqu'à son entrée dans le monde du cinéma.

Le film met notamment en parallèle les propos du cinéaste sur sa propre vie avec des images d'archives, voire avec des extraits de ses films qui y font écho. On peut ainsi vérifier à quel point l'histoire et les névroses d'Allen nourrissent son œuvre.

La construction chronologique du film permet également de constater l'évolution de son cinéma et de ses thématiques au gré des rencontres (avec ses actrices fétiches, notamment) et des réactions du public. Dommage que Weide n'ait pas conservé le même procédé jusqu'au bout du film. Son choix de passer plus rapidement sur l'œuvre des dix dernières années donne en effet l'impression qu'incapable de trancher entre exhaustivité et transversalité, il n'a pas osé aller jusqu'au bout de son travail d'exégèse.

Au final, si l'on passe un moment plaisant à redécouvrir Woody Allen et son exceptionnelle carrière, on a malgré tout l'impression que le film reste toujours en surface, préférant les anecdotes au rigoureux travail d'analyse. Bien sûr, le spectateur néophyte risque de s'y retrouver, séduis par l'immense intelligence qui se dégage de l'œuvre d'Allen. Le vrai amateur, lui, n'apprendra pas grand chose, et se sentira peut-être un peu lésé.
 
MpM

 
 
 
 

haut