Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 24

 
Les mondes de Ralph (Wreck-It Ralph)


USA / 2012

05.12.2012
 



SAME PLAYER PLAYS AGAIN… AND AGAIN… AND AGAIN…

Le livre Bye Bye Bahia



"Je suis méchant et ça, c'est bien."

Le cru 2012 du Disney de Noël rompt avec les contes de fin d’année traditionnels en choisissant comme héros un "méchant" de jeu vidéo qui a la mauvaise habitude de tout casser et vit dans une décharge publique. Bien sûr, son parcours le conduira sur les traces d’un plus méchant que lui, et ce personnage atypique finira par découvrir que ses supers pouvoirs destructeurs peuvent être mis au service du bien. Malgré tout, cette idée de départ donne lieu à quelques scènes savoureuses (la réunion des méchants anonymes) et induit une intrigue (un peu) moins binaire que d’habitude.

Pourtant, plus que le "spleen" de Ralph, qui n’en peut plus de faire le mal, c’est l’univers cohérent, décalé et très "geek" dans lequel se déroule l’histoire qui séduit. Ici, les jeux vidéo sont comme des scènes de théâtre où chaque personnage a un rôle à jouer pendant la journée, puis mène sa vie comme il l’entend durant les heures de fermeture de la salle d’arcade. Ainsi, la gare centrale permet aux protagonistes de tous les jeux de se croiser, voire d’aller les uns chez les autres, formant une véritable société avec ses propres mythes et légendes mais aussi ses règles de fonctionnement.

Les différents jeux (on n’en visitera au final que trois, ce qui est un peu frustrant) correspondent chacun à un monde autonome à l’esthétisme très tranché. Les créateurs du film ont d’ailleurs fait preuve d’une grande inventivité pour les ambiances visuelles de ces trois lieux, notamment sur les décors en sucreries de Sugar rush (sorte de Mario Kart girly et acidulé), et ses dangereuses chutes de mentos dans des sources chaudes de coca…

Tout cela reste très potache et peut-être moins référencé que ce que l’on aurait souhaité. Quant au scénario, ultra classique dans sa construction, il ne parvient pas vraiment à gommer les facilités de l’intrigue. Passées les scènes d’exposition, plutôt prometteuses, on retombe donc dans un récit balisé et plein de bons sentiments qui ne prend guère de risques. Un service minimum qui devrait quand même plaire aux plus jeunes et permettre à leurs aînés de passer un moment agréable, à défaut d’être captivant ou enchanteur.
 
MpM

 
 
 
 

haut