Tom à la ferme prouve une fois de plus que Xavier Dolan est doué. Une mère, encore, un beau frère, forcément troublant, un citadin homosexuel et un mort, qui hante le trio. Et il nous livre un soupçon de sueurs froides hitchcockienne. Tous à la campagne!



African Safari 3D
Babysitting
Capelito et ses amis
Face à l'absolu
Les chèvres de ma mère
Les trois soeurs du Yunnan
Melaza
Métabolisme ou quand le soir tombe sur Bucarest
Need for Speed
Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu?
Rencontres
The Best Offer
Tom à la ferme
Une promesse



Gravity
12 Years a Slave
Le vent se lève
The Grand Budapest Hotel
La Cour de Babel
Les chiens errants
Valse pour Monica
Wrong Cops
Leçons d'harmonie
Real
Dancing in Jaffa
Mille Soleils
Nebraska
Computer Chess
La belle vie



La reine des neiges
Les garçons et Guillaume, à table !
Minuscule - La vallée des fourmis perdues
Ida
M. Peabody et Sherman: Les Voyages dans le temps
Gloria
Lego, la grande aventure
Supercondriaque
Terre des ours
Monuments Men
La pièce manquante
Le grand cahier
The Canyons
Her
Situation amoureuse, c'est compliqué
Aimer, boire et chanter
All About Albert
Closed Circuit
De toutes nos forces
Gerontophilia
Layla
Les Gazelles
Captain America : Le Soldat de l'Hiver
47 Ronin
Eastern Boys
La crème de la crème
Salaud, on t'aime
Divergente
Heli
Les yeux jaunes des crocodiles
My Sweet Pepper Land
Noé
Rio 2
Suneung






 (c) Ecran Noir 96 - 14


Warner Bros  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 468

 
Wild Wild West (Les mystères de l'Ouest)


USA / 1999

04.08.99
 



L'OUEST A PERDU LE NORD FACE AU SUD





"Et on dit que les savants ont toute leur tête !"

Il devient de plus en plus difficile d'écrire des critiques de films. D'abord parce que les films venus des studios hollywoodiens se suivent et se ressemblent. La différence réside alors dans le casting, le style éventuel, et la dose de pyrotechnie utilisée. Ensuite, parce qu'en adaptant des séries TV sur grand écran, les scénarii sont des calques de ce qu'on connaît déjà et suivent les mêmes recettes, les mêmes épisodes pour essayer de soutenir l'attention du spectateur.

On doit le dire : Wild Wild West n'a rien d'original, à notre grande déception. Autant de dollars pour un résultat si convenu, c'est à se demander si les décideurs de la Warner ont encore de l'imagination. Le film reprend des éléments de X-files (Maïs), des Avengers (Machines folles), de Mission : Impossible (Déguisement)... bref, jamais on n'est surpris.
Certaines idées sont gâchées (le chariot de nitroglycérine, sans suspens), d'autres plutôt bien vues (Will Smith en train de se battre vêtu de son seul chapeau ; l'oreille de Ted Levine en forme de cor, et le petit chien qui aboie, comme pour rappeler le logo de Pathé Marconi ; Will Smith en Ebonna dansante...). Et puis bon, les clins d'oeils inévitables (West, James West à la façon d'un 007), du français dans le texte, des sous entendus scabreux, et sexuels, un pré-générique avec un fou qui délire, etc…

Rien de nouveau à l'West. Le film est machiste, comme il fallait s'y attendre. Hayek est superflue et toujours mise à l'image pour son cul. Tout y est redondant: une scène explicative qui appelle une scène d'action, un dialogue qui fait écho à ce qui suivra, etc... L'humour est très ado : les psys se régaleront avec cette version un peu gay de la série (faux seins, travestis, positions en dessous de la ceinture...). Dommage que le couple Smith-Kline, individuellement bons comme il faut, ne fonctionne pas. La chimie n'opère pas. Tout comme Branagh, trop caricatural, avec un personnage trop banal et déjà vu. Le film manque de nuance(s).

On ne garde donc aucun souvenir de ce film, produit divertissant mais prévisible jusqu'au bout. Il reste le générique, fidèle au mythique visuel TV, avec la musique légendaire (qui se transforme en hip-hop de mauvais goût). Mais ça ne fait pas un film... On le regrette d'autant plus que Barry Sonnenfeld a un ton ; un style qui ne se retrouve nulle part, loin de l'humour noir de MIB, Get Shorty ou La Famille Addams.

(ndlr : Au fait, y'-avait-il des lunettes de soleil à cette époque ?)
 
vincy

 
 
 
 

haut