Charlie's Country est le portrait réaliste d'un aborigène contemporain, perdu dans cette Australie qui lui refuse le droit de vivre selon ses traditions. Alors que le gouvernement australien songe à faire entrer les Aborigènes dans la constitution, en tant que premier peuple du pays, ce film, primé à Cannes, tombe à pic.



Amours cannibales (à venir)
Au revoir l'été
Benoît Brisefer: les Taxis rouges
Charlie's Country
Cino l'enfant qui traversa la montagne
Coming home
Dumb & Dumber De
Eau argentée
Gaby Baby Doll
La famille Bélier
Le septième fils
Le temps des aveux
Run
Terre battue



Still the Water
Mommy
Gone girl
'71
Calvary
Night Call
Mr. Turner
White God
Le chant de la mer
Timbuktu



Lucy
Winter Sleep
Party Girl
Hippocrate
Le Labyrinthe
Samba
Bande de filles
Fury
Magic in the Moonlight
Une nouvelle amie
Steak (r)évolution
Interstellar
Marie Heurtin
Love is strange
Quand vient la nuit
Eden
Hunger Games: La révolte - 1ère partie
L'oranais
Les opportunistes
A la vie
Astérix et le Domaine des Dieux
L'incomprise
The Search
Tiens-toi droite
God Help the Girl
Iranien
La French
Les Héritiers
Praia do Futuro
Paddington
Ceci est mon corps
Le Hobbit: La bataille des cinq armées
Nos enfants
Qu’Allah bénisse la France






 (c) Ecran Noir 96 - 14


Warner Bros  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 490

 
Wild Wild West (Les mystères de l'Ouest)


USA / 1999

04.08.99
 



L'OUEST A PERDU LE NORD FACE AU SUD





"Et on dit que les savants ont toute leur tête !"

Il devient de plus en plus difficile d'écrire des critiques de films. D'abord parce que les films venus des studios hollywoodiens se suivent et se ressemblent. La différence réside alors dans le casting, le style éventuel, et la dose de pyrotechnie utilisée. Ensuite, parce qu'en adaptant des séries TV sur grand écran, les scénarii sont des calques de ce qu'on connaît déjà et suivent les mêmes recettes, les mêmes épisodes pour essayer de soutenir l'attention du spectateur.

On doit le dire : Wild Wild West n'a rien d'original, à notre grande déception. Autant de dollars pour un résultat si convenu, c'est à se demander si les décideurs de la Warner ont encore de l'imagination. Le film reprend des éléments de X-files (Maïs), des Avengers (Machines folles), de Mission : Impossible (Déguisement)... bref, jamais on n'est surpris.
Certaines idées sont gâchées (le chariot de nitroglycérine, sans suspens), d'autres plutôt bien vues (Will Smith en train de se battre vêtu de son seul chapeau ; l'oreille de Ted Levine en forme de cor, et le petit chien qui aboie, comme pour rappeler le logo de Pathé Marconi ; Will Smith en Ebonna dansante...). Et puis bon, les clins d'oeils inévitables (West, James West à la façon d'un 007), du français dans le texte, des sous entendus scabreux, et sexuels, un pré-générique avec un fou qui délire, etc…

Rien de nouveau à l'West. Le film est machiste, comme il fallait s'y attendre. Hayek est superflue et toujours mise à l'image pour son cul. Tout y est redondant: une scène explicative qui appelle une scène d'action, un dialogue qui fait écho à ce qui suivra, etc... L'humour est très ado : les psys se régaleront avec cette version un peu gay de la série (faux seins, travestis, positions en dessous de la ceinture...). Dommage que le couple Smith-Kline, individuellement bons comme il faut, ne fonctionne pas. La chimie n'opère pas. Tout comme Branagh, trop caricatural, avec un personnage trop banal et déjà vu. Le film manque de nuance(s).

On ne garde donc aucun souvenir de ce film, produit divertissant mais prévisible jusqu'au bout. Il reste le générique, fidèle au mythique visuel TV, avec la musique légendaire (qui se transforme en hip-hop de mauvais goût). Mais ça ne fait pas un film... On le regrette d'autant plus que Barry Sonnenfeld a un ton ; un style qui ne se retrouve nulle part, loin de l'humour noir de MIB, Get Shorty ou La Famille Addams.

(ndlr : Au fait, y'-avait-il des lunettes de soleil à cette époque ?)
 
vincy

 
 
 
 

haut