Que c'est bon, les bêtises, lorsqu'elles sont faites par Jérémie Elkaïm, gaffeur maladroit et gauche dans la parfaite ligne de Pierre Richard, période François Pignon. Un premier film savoureux et irrésistible signé par un duo de réalisatrices sous l'influence du meilleur du cinéma burlesque.



Bizarre
Des apaches
Gallows
Je suis mort mais j'ai des amis
La femme de compagnie
La rage au ventre
Lena
Les bêtises
Maari
Nos futurs
Pitch Perfect 2
Pixels
While we're young



Taxi Téhéran
Trois souvenirs de ma jeunesse
Ex Machina
Un Français
L'éveil d'Edoardo
Vice-Versa
Mustang
Les mille et une nuits - L'inquiet
Dior et moi
Microbe et Gasoil
Que viva Eisenstein !
Love



Shaun le mouton
Pourquoi j'ai pas mangé mon père
Avengers: L'ère d'Ultron
Connasse, princesse des coeurs
Un peu, beaucoup, aveuglément
A la poursuite de demain
La loi du marché
La Tête haute
Mad Max: Fury Road
Une femme iranienne
Loin de la foule déchaînée
Cendres
Contes italiens
Jurassic World
Le monde de Nathan
La belle promise
La Bataille de la Montagne du Tigre
Spy
Valley of love
Entourage
Gunman
Masaan (Le bûcher)
Une mère
Une seconde mère
Love & Mercy
Terminator Genisys
Victoria
Tale of Tales, le conte des Contes
Daddy Cool
Difret
Hill of Freedom
Les Minions
Ant-Man
La femme au tableau
La Isla Minima
Le combat ordinaire
Les Nuits blanches du facteur
Les révoltés






 (c) Ecran Noir 96 - 15


Warner Bros  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 508

 
Wild Wild West (Les mystères de l'Ouest)


USA / 1999

04.08.99
 



L'OUEST A PERDU LE NORD FACE AU SUD





"Et on dit que les savants ont toute leur tête !"

Il devient de plus en plus difficile d'écrire des critiques de films. D'abord parce que les films venus des studios hollywoodiens se suivent et se ressemblent. La différence réside alors dans le casting, le style éventuel, et la dose de pyrotechnie utilisée. Ensuite, parce qu'en adaptant des séries TV sur grand écran, les scénarii sont des calques de ce qu'on connaît déjà et suivent les mêmes recettes, les mêmes épisodes pour essayer de soutenir l'attention du spectateur.

On doit le dire : Wild Wild West n'a rien d'original, à notre grande déception. Autant de dollars pour un résultat si convenu, c'est à se demander si les décideurs de la Warner ont encore de l'imagination. Le film reprend des éléments de X-files (Maïs), des Avengers (Machines folles), de Mission : Impossible (Déguisement)... bref, jamais on n'est surpris.
Certaines idées sont gâchées (le chariot de nitroglycérine, sans suspens), d'autres plutôt bien vues (Will Smith en train de se battre vêtu de son seul chapeau ; l'oreille de Ted Levine en forme de cor, et le petit chien qui aboie, comme pour rappeler le logo de Pathé Marconi ; Will Smith en Ebonna dansante...). Et puis bon, les clins d'oeils inévitables (West, James West à la façon d'un 007), du français dans le texte, des sous entendus scabreux, et sexuels, un pré-générique avec un fou qui délire, etc…

Rien de nouveau à l'West. Le film est machiste, comme il fallait s'y attendre. Hayek est superflue et toujours mise à l'image pour son cul. Tout y est redondant: une scène explicative qui appelle une scène d'action, un dialogue qui fait écho à ce qui suivra, etc... L'humour est très ado : les psys se régaleront avec cette version un peu gay de la série (faux seins, travestis, positions en dessous de la ceinture...). Dommage que le couple Smith-Kline, individuellement bons comme il faut, ne fonctionne pas. La chimie n'opère pas. Tout comme Branagh, trop caricatural, avec un personnage trop banal et déjà vu. Le film manque de nuance(s).

On ne garde donc aucun souvenir de ce film, produit divertissant mais prévisible jusqu'au bout. Il reste le générique, fidèle au mythique visuel TV, avec la musique légendaire (qui se transforme en hip-hop de mauvais goût). Mais ça ne fait pas un film... On le regrette d'autant plus que Barry Sonnenfeld a un ton ; un style qui ne se retrouve nulle part, loin de l'humour noir de MIB, Get Shorty ou La Famille Addams.

(ndlr : Au fait, y'-avait-il des lunettes de soleil à cette époque ?)
 
vincy

 
 
 
 

haut