Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


DreamWorks  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 81

 
Shark tale (Gang de requins)


USA / 2004

13.10.04
 



LE MONDE DU BRUIT

Le livre Bye Bye Bahia



"- Fifty-fifty? T'es d'accord?
- Non, et toi?<
> - Non plus.
- Tope-là!
"

C'est un peu Némo revu et corrigé par les producteurs de Shrek qui veulent faire plaisir au trio des seventies : Spielberg, Coppola et Scorsese. Rien que ça. Ici point de belle et hilarante histoire du papa qui affronte tous les dangers pour retrouver son fils. Le récif de corail se déguise en bas fonds d'une New York sous marine. De Car Wash à Taxi Driver, du Parrain à Columbo, en passant par Benny Hill, les années 70 imprègnent le scénario et les "jokes". Mais il ne faut pas oublier la citation maison, Sentiers de la perdition et autres Seabiscuit, productions DreamWorks. C'est un peu gênant, mais plus qu'amusant. L'inévitable clin d'oeil à Jaws reste le meilleur pastiche de tout le film... car le plus approprié.
Aussi faut-il nous poser la question (Analyze This faisant partie des films parodiés) sur l'originalité de Shark Tale. Car le traitement est très proche de la saga Shrek et nous interroge. Or, à force de pasticher et de pomper répliques classiques sur séquences cultes de films atemporels, qu'apportent ces films d'animation? Rien de spécial : le scénario est convenu, les personnages déjà vus, et finalement il n'y a rien de neuf 20 000 lieues sous les mers. Dans 30 ans, personne ne pensera à parodier Shark Tale. A l'instar des émissions de télévision reprenant les extraits les plus drôles et dont personne ne reprendra ne serait-ce qu'une seconde dans quelques années... Cela n'empêche pas d'avoir du plaisir dans cette virée sous marine, plus bavarde, moins cinétique et même moins universel que Némo. Très codé années 70, cette comédie ultra-colorée, pour ne pas dire flashy, funk dans l'âme doit tout son génie au casting. Chaque protagoniste a les traits de sa voix américaine (avec mention à Black, De Niro, Smith et Jolie). C'en est presque gênant. Quel est l'intérêt artistique de déguiser Scorsese en poisson ballon, dans un rôle à la Joe Pesci? Cependant voir De Niro en requin est un régal. Car ici on est bien dans le Manhattan de son pote Marty et pas dans celui de cette mauviette de Woody. Nous sommes immergés dans un monde où les méduses tueuses sont rasta et fans de Bob Marley. Toujours ces seventies... Peace and love, voilà le topo. Tout ça à cause d'un requin végétarien (mais sans le délire des requins de Némo, en cure de désyntox).
A défaut d'être hilarant, c'est délirant. Parfois un peu grossier dans les liens avec les films auxquels il rend hommage. Parfois trop américain dans sa vision du monde (les marques sont omniprésentes et sont 100% Oncle Sam; à noter l'excellent jeu de mot de Gap, remplacé en Gup*). Aussi l'intérêt est ailleurs. Dans cet inceste entre la célébrité, la médiatisation, la manipulation et la paranoïa. Dans ce mix de poissons tarés, on retrouve tous les ingrédients d'une civilisation qui se fabrique des héros menteurs en jouant sur la peur des autres. Suivez mon regard... Il est aussi dans ce personnage de requin non violent, un peu transgenre sur les bords (il aime se déguiser en dauphin), qui devient le héros malgré lui. De poissons clowns en poissons marteaux, l'arrière plan est beaucoup moins léger même si tout semble y flotter.
Un cran en dessous du Pixar ou de l'ogre vert de ses congénères de chez DreamWorks, Shark Tale est "cinéphiliquement" captivant et visuellement peu ambitieux. Cependant, le rythme est alerte et vif.
Comme d'habitude, c'est dans les dialogues que se cachent les bons moments. Heureusement car le film, avec Will Smith et De Niro il ne faut pas s'étonner, est bavard. Irrévérencieux jusqu'au bout des nageoires et pourtant si "poissonnement" correct (la morale est plein de bons sentiments). Rien de subversif, juste de la nostalgie (au temps où le cinéma était grand?). De quoi s'éclater sans avoir besoin de sortir le masque à oxygène. Et si vous n'êtes pas d'accord avec la critique (qui fait la fine bouche, comme d'habitude), je vous autorise à me lancer l'insulte suprême : "-Espèce de mollusque!"

* Gup c'est le nom de ces petits poissons très colorés qu'on garde dans les aquariums domestiques.
 
vincy

 
 
 
 

haut