El Clan, prix de la mise en scène à Venise pour Pablo Trapero, navigue entre Scorsese et Coppola, à partir d'une histoire vraie. Rarement père n'aura été aussi monstrueux au cinéma. Du grand art.



A une heure incertaine
Alaska
Chair de poule - le film
Deadpool
El Clan
Faut savoir se contenter de beaucoup
Ferda la fourmi
Free Love
Heidi
Homeland: Irak année zéro
Joséphine s'arrondit
L'odorat
La Tour 2 contrôle infernale
Le trésor
Les espiègles
Les innocentes
Peace to us in our dreams
Peur de rien
The Monkey King 2



Mustang
Le fils de Saul
Demain
Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force
L'étreinte du serpent
Mistress America
Le garçon et la bête
Carol
Les chevaliers blancs
45 ans
Made in France
Tout en haut du monde
Spotlight
Anomalisa
Steve Jobs



007 Spectre
Hunger Games: La Révolte, partie 2
Le Pont des espions
Mia Madre
Un + Une
Le grand jeu
Au-delà des Montagnes
Joy
The Big Short: Le Casse du Siècle
Je Compte Sur Vous
Arrêtez-moi là
La Fille du patron
Les 8 salopards
A second chance
Bang Gang (Une histoire d'amour moderne)
Creed: L'héritage de Rocky Balboa
Night Fare
Chorus
Danish Girl
J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd
Le Convoi
Legend
Jane Got a Gun
Mysterious object at noon
Les délices de Tokyo (AN)
Dirty Papy
La tierra y la sombra
Chocolat






 (c) Ecran Noir 96 - 16


Mars  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 321

 
Wimbledon (La plus belle victoire)


Royaume Uni / 2004

20.10.04
 



PAIR DE TENNIS





"- Je fonctionne pas e-mail. Le tél c'est finit!"

Si vous aimez les comédies romantiques, alors Wimbledon vous comblera, ou presque. Car celle-ci vaut à peine deux balles dans ses rebondissements. A croire que le scénario a été prévu davantage pour un jeu vidéo qu'un film. On a le droit à l'échappée belle, au sentiment de trahison, à tous ces hauts le coeur qui vous abattent. Bref, l'histoire semble aussi impossible que celle de Roméo et Juliette (pensez un Anglais et une Américaine, c'est comme Bush et Blair!) alors que fondamentalement la réalité est plus grande : le ricain Agassi et la germanique Steffi Graf, l'australien Hewitt et la belge Clijsters, voilà du mélange de langues! Une Russe aurait eu plus d'allure (et cela aurait donné un soupçon de réalité tant les joueuses de ce pays trustent le top 10 du WTA), même jouée par Dunst (personnage cliché, faire-valoir adorable, rire hystérique idiot et jeu très limité).
Si vous aimez le tennis, alors Wimbledon vous ravira, enfin peut-être. Honnêtement, les équipes de Francetélévisions font bien mieux avec leurs multiples caméras. Le film a ses contraintes; Comme tout cinéma mettant en valeur un sport, le script nous oblige à subir quelques parties, plus ou moins brèves, comme autant d'instants dramatiques. Evidemment, le climax est à son plus haut niveau avec une finale qui s'étire en longueur, pour nous faire palpiter jusqu'à l'attendu tie-break. Franchement, la dernière finale de Roland Garros de Steffi Graf était cent fois plus captivante... Le tennis est comme un Western où il ne suffit pas de dégainer (sauf en cas d'ace) pour gagner le point. Le "je vais te breaker connard" du monstrueux Austin Nichols vaut toutes les menaces de Jack Palance. Le cinéma pouvait offrir un vrai traitement de ce sport (qui par ailleurs laissera froid ceux qui ne le comprennent pas) et pas seulement quelques ralentis fainéants.
Si vous aimez 4 mariages, Notting Hill, et consorts, alors Wimbledon vous séduira, mais moins. Certes le concept est identiques : Londres en visite touristique (avec de jolies vues aériennes), la virée dans la province (ici Brighton, au bord de la mer), les seconds rôles excentriques (enfin soi disant, car ils sont hélas trop sages et rarement bien écrits), la star américaine et le charmeur britannique (Hugh Grant ne pouvait pas jouer ce rôle, pour des questions d'âge). Sans oublier la musique sexy pour faire moderne et chic, comme un polo Lacoste (perso je les préfère couleur encre). Même la présence des médias fouineurs, typiquement britannique, rappelle quelques comédies passées. Tout doit etre avoué, montré. Un secret est un mensonge en puissance. C'est d'ailleurs là que le film se prend dans le filet : il aurait pu, avec subversion, déjouer cette dictature de la transparence et au contraire il la soutient.
Bon alors, une étoile quand même pour ce film si prévisible, où chaque étape est anticipée. Ce n'est pas le scénario (qui au mieux frôle la candeur, au pire le ridicule). Pourquoi aller voir un film où Dunst comme les autres acteurs n'ont rien à jouer, et n'éblouissent pas?
Si vous ne connaissez pas Paul Bettany, alors Wimbledon vous le fera aimer. Car, à lui tout seul, cet acteur britannique vaut le déplacement. Il profite de plusieurs atouts : un physique qui le rend bien plus sexy que n'importe quel joueur du tournoi ATP, un cul qui n'a pas besoin de caleçon (bleu, flottant) ou de slip (noir, moule-balles), et un sourire angélique qui lui permet de mettre les garçons de court dans la poche. Avec un humour anglais inné, il est à l'aise dans ses baskets et sert les dialogues sans aucune fautes et avec une justesse de tir parfaite. Si à 31 ans un joueur de tennis est out, le comédien, lui, ne peut que s'améliorer. C'est un beau match qu'il nous offre, et on sait d'avance qu'il va gagner grâce à son jeu chacun des sets.
Précisons que les commentaires sont émis par de vénérables champions, John McEnroe et Chris Evert, anciens numéros 1. McEnroe aimant se moquer de lui : "à sa place, je serai vert de rage." Nous on était juste vert de voir un si beau sujet, un si bon acteur gâché de la sorte. La rage a depuis longtemps disparu des cours. Notre époque est devenue consensuelle. Wimbledon reflète parfaitement cette paresse. Si vous aimez les comédies romantiques avec de bons dialogues de grands acteurs et du sport, voyez Pat and Mike avec Katharine Hepburn et Spencer Tracy.
 
vincy

 
 
 
 

haut