Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 27

 
Les acteurs


France / 2000

05.04.00
 



DADDY NOSTALGIE





"- Je suis Maria Schneider et ça m'a fait du bien de faire cette scène."

Tout le film s'axe sur sa fin. A travers ses choix (que des acteurs de plus de 50 ans, aucune passerelle vers le nouveau cinéma et la jeune génération) et avec un ton si dramatique, Bertrand Blier ne fait que rendre hommage à celui qui lui manque : son père. Profession : acteur. Cet exhibitionnisme, ce nombrilisme exacerbé (au point de se filmer lui-même), d'ailleurs plutôt habile, montre un désespoir total qui nous désemparerait presque.
Aussi Les Acteurs est un film qui laisse perplexe, qui laissera de nombreux spectateurs hors du film. Il y a, reconnaissons-le, des faiblesses : le duo Serrault-Belmondo passe mal, certains temps morts rendent le film inégal, et le rythme s'en ressent...
Bertrand Blier n' a pourtant rien perdu de sa mise en scène talentueuse, de sa direction d'acteur magnifique, ni même de sons sens du cadre, lisse et précis. Il s'agit d'un film techniquement peu reprochable (la musique jazzy nostalgie en agacera certains) et parfois d'une belle leçon de cinéma; Blier prend son temps, filme longuement ses monstres sacrés, les met en valeur... Il réussit même des scènes gonflées (la vie de Maria Schneider et la séparation Brialy/Arditi; Piccoli en mari trompé ; Samy Frey en handicapé sur les Champs ; Delon en mémoire vivante, tel qu'il est ...). Il n'oublie pas son surréalisme visuel, verbal, ses non-sens qui forment un sens : des pots d'eau chaude dans Paris, un retour aux années 40 et à la délation, Balasko en doublure de Dussolier... Blier nous manipule en jouant avec ce que l'on sait des stars et ce qu'il sait des acteurs, comme ce Depardieu accidenté en moto.
Mais au delà de ces "sketches" et de ce script non-linéaire, de cette galerie de gueules connues, Blier signe un portrait acide, noir, cruel sur le métier futile de saltimbanque narcissique. En un mot, Les Acteurs est un film triste. Allant chercher l'émotion dans la vérité et la réalité (à se demander ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas), et à psychanalyser une profession en mal d'être aimée, désirée. Le déclin des grands acteurs ("40 ans qu'on voit notre gueule") s'accompagne de leur nécessaire mythification. Une sorte de mémorial... Mais Blier pousse le bouchon plus loin; il leur tend un miroir, réfléchissant leur image et leur visage, un miroir sur leur vie, leurs peurs, leurs fantasmes, leur inconscience. Il décortique leur savoir et découpe leur motivation, pour mieux comprendre d'où vient ce talent, cette magie, cette fragilité permanente... On s'en rend compte notamment avec les scènes de Brialy : ce film est d'une violence morale inouïe! Les Acteurs sont écorchés à vif...
Rendons à Bertrand ce qui était à Bernard. Blier, avec un vrai style et une écriture singulière, poursuit sa recherche sur les rapports humains, délaissant un peu l'amour, "le grand mystère" du film. Son culot et son inspiration l'emêche de se répéter et d'ennuyer, contrairement à certains caciques du cinéma français. Si l'on est surpris que ce cinéaste d'habitude si moderne, soit ici si passéïste, si l'on est déçu de ne plus rire autant, de ne plus se régaler comme avant, Blier demeure ce qu'il a étoujours été : audacieux. Un film de Blier ne ressemble à rien de "déjà vu" : et, à notre époque, c'est déjà beaucoup.
 
vincy

 
 
 
 

haut