Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
Blow


USA / 2001

19.10.01
 



JOHNNY DOPE





Quelques mois après Traffic, la somptueuse audace de Soderbergh, Ted Demme nous livre un autre regard sur les dealers et la drogue. Un regard moralement pas si différent, puisque la famille est là aussi au coeur des justifications; mais un film artistiquement moins marquant et plus centré sur son personnage principal. La famille, c'est celle des parents, la sienne, mais aussi la bande de copains californiens ou les amis du cartel de Medellin.
Blow fait passer un bon moment, qui s'étire un peu trop sur la fin, après une histoire rythmée et raccourcissant près de 25 ans de la vie d'un homme. Trahi par sa mère, puis par sa femme, sans parler de ses différents associés, il perdit plus qu'il ne gagna. Ses seules attaches furent son père, son idôle - admirable Ray Liotta - et sa fille, sa raison de vivre.
En ce sens, Blow est un film sur les erreurs humaines, et les sentiments. L'argent, ça va, ça vient. La scène la plus frappante est incontestablement celle où Penelope Cruz gueule après son mari à propos d'un manque de fric, terrible séquence maritale et quotidienne qui fait écho à celle entre Ray Liotta et Rachel Griffiths, ses parents.
Mais Blow c'est avant tout l'ascension et les déchéances d'un gringo "magico" qui fera rentrer la coke colombienne de Pablo Escabar sur le sol américain. Le film accuse toute l'Amérique de se shooter à la poudre. Mais il ne va pas plus loin. Cette absence de critique ou de discours fait que le scénario glisse sur le spectateur sans jamais l'atteindre. Il faut arriver au final, plus sentimental, pour comprendre la douleur de cet homme qui n'aura jamais fait les bons choix. Esthétiquement, les décennies qui passent sont bien retransposées. L'insousciance, l'énergie, la vie sous l'emprise de drogue est bien rendue. Les gens en deviennent fous, en dehors des réalités. Leur excentrisme les font paraître pathétiques. Le casting est impeccable. Cruz, Reubens, Potente, Molla, Griffiths donnent le meilleur d'eux-même dans des seconds-rôles haut en couleurs. Depp se défend bien, même si on croit difficilement à son vieillissement, à son gros bidon.
La réalisation n'est jamais très originale. mais reconnaissons que le montage la sauve souvent de la platitude avec des scènes photographiées plus que filmées, des personnages délirants, immoraux mais si séduisants. Le script est efficace.
On baigne donc dans l'enfer du fric, de l'herbe, de la coke et de l'hypocrisie américaine. Mais l'oeuvre reste superficielle parce que Demme ne sait pas quel film choisir : le docu sur la dope ou les relations humaines d'un dealer. Si Blow bluffe par certains moments, les multiplications de situations tiennent plus lieu de la chronique en quelques chapitres que de l'analyse psychologique de son "héros".
C'est pourtant dans cette phase de conscience vis-à-vis de son père ou de sa fille, que le film prend sa réelle épaisseur. Mais jamais on ne sent la parano dans laquelle il aurait pu tomber, ou l'abîme dans lequel il plonge. Il aurait fallu une opinion un peu plus critique, positive ou négative, sur le sujet. Dans Traffic, l'itinéraire de chacun menait aux doutes voire à la remise en question de leur rôle sur terre. Ici, l'impasse conduit à des certitudes : celle d'avoir échoué.
 
vincy

 
 
 
 

haut