Fantastic Birthday est aussi décapant que déluré. Un croisement entre Wes Anderson et Spike Jonze. Une pépite à découvrir absolument!



1336 jours
Brimstone
Camino a la paz
Ewa
Fantastic Birthday
Fiore
Fixeur
Going to Brazil
Islam pour mémoire
La Belle et la Bête
La Fontaine fait son cinéma
La grand miracle
London House
N'importe qui
Sage femme
The Warriors Gate
Une vie ailleurs
Werewolf
Wrong Elements



La La Land
Lumière! L'aventure commence
Moonlight
Split
20th Century Women
Logan
T2 Trainspotting
Terre de roses
Traque à Boston
Grave
The Lost City Of Z
L'Autre côté de l'espoir



Il a déjà tes yeux
Un sac de billes
Tous en scène
Raid Dingue
Sahara
American Honey
Cinquante nuances plus sombres
Lego Batman, le film
Silence
Alibi.com
L'indomptée
Loving
Rock'n Roll
Underworld: Blood Wars
Certaines femmes
Fences
Les Fleurs bleues
Lion
À ceux qui nous ont offensés
Patients
Citoyen d'honneur
De Plus Belle
Kong: Skull Island
Le secret de la chambre noire
Les figures de l'ombre
Miss Sloane
Monsieur & Madame Adelman
Paris pieds nus
Jours de France
Mate-me por favor






 (c) Ecran Noir 96 - 17


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 569

 
Un air de famille


France / 1996

06.11.96
 



CHACUN CHERCHE SON MOI





La pièce de théâtre était brillante. Grâce à la mise en scène de Klapisch, le film l'est tout autant. Juex de miroirs, de couloirs, de transparence et d'obscurité. Le cinéaste a su capter l'air du temps pour retranscrire cette famille qui n'a l'air de rien.
L'institution - fragile - de la famille, avec toutes ses rancoeurs, tous ses griefs, inhérents à elle, se fait attaquer avec délice et acidité. Au delà des mots (et des maux), il y a un huis-clos cocotte minute et des comédiens qui maîtrisent la moindre nuance de leur personnage. Les plus sages sont les plus immondes. Les marginaux, eux, souffrent.
Le réalisateur Cédric Klapisch fait un petit effort pour étendre au delà des frontières de la scène ce festival de paroles. Parole qui peut tout sauver (l'amour), détruire (la télé). Le silence est d'or, la danse alchimique. Bref, les relations sont multiples et la plupart des séquences cultes s'enchaînent. Portrait d'une petite bourgeoisie, à la coupe. C'est un Père Noël 15 ans après.
En dehors de son apparition dans les lumineux flash-backs de l'enfance, Klapisch ne cherche pas à déguiser les origines théatrales de la pièce. Mais ce n'est pas un problême puisqu'il y donne la légèreté et la vitalité d'une réalisation et d'une écriture acerbes, tout en observant avec affection l'hypocrise de cette famille unie.
Le décorateur François Emmanuelli aide aussi à accentuer ce sens de la claustrophobie avec ce vieux bar tentaculaire et ses différents espaces, permettant encore plus de profondeur pour la lumière magnifique de Benoit Delhomme.
On retient les performances sont uniformément pétillantes. En particulier Maurier comme mère loin d'être impartiale, Jaoui en esprit critique qui se conforonte ici à Darroussin, humble et outsider, puis, ensemble, s'éloignant tels les vainqueurs. Et grand sacre de Catherine Frot, nunuche pas si niaise, soumise mais libérée. Du grand art. Les plus grands rires proviennent de son jeu, intense, incarnant un personnage ayant du bon sens et un esprit faible, qui finalement révèle la nature honnête et généreuse de chacun. Bref elle est à la morale et le pilier de l'histoire. Faisant oublier le cynisme et al dureté de notre société.
 
vincy

 
 
 
 

haut