Split signe le grand retour de M. Night Shyamalan. Son thriller inspiré, et gros succès aux USA, est transcendé par la performance de James McAvoy, avec un personnage de psychopathe désormais culte du 7e art.



4.48
Certaines femmes
Chez nous
De sas en sas
Fences
John Wick 2
La dormeuse Duval
Les derniers parisiens
Les Fleurs bleues
Lion
Madame B, histoire d'une nord-coréenne
Noces
Seule... mais pas trop
Si j'étais un homme
Split



Premier contact
Manchester by the Sea
Rogue One : A Star Wars Story
Your name
Neruda
La mécanique de l'ombre
La La Land
Lumière! L'aventure commence
Jackie
Moonlight
Les Nouvelles aventures de Ferda la fourmi
L'Empereur



Paterson
Harmonium
Entre les frontières
Dalida
Jamais contente
La Grande Muraille
The Birth of a Nation
The Last face
Corniche Kennedy
Fleur de tonnerre
Il a déjà tes yeux
La communauté
Live by Night
Un sac de billes
Notre révolution intérieure
The Boyfriend : Pourquoi lui ?
Tous en scène
Gimme Danger
Inertia
Raid Dingue
Sahara
American Honey
Cinquante nuances plus sombres
Lego Batman, le film
Silence
Seuls
Alibi.com
L'indomptée
Loving
Rock'n Roll
Underworld: Blood Wars






 (c) Ecran Noir 96 - 17


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 569

 
Un air de famille


France / 1996

06.11.96
 



CHACUN CHERCHE SON MOI





La pièce de théâtre était brillante. Grâce à la mise en scène de Klapisch, le film l'est tout autant. Juex de miroirs, de couloirs, de transparence et d'obscurité. Le cinéaste a su capter l'air du temps pour retranscrire cette famille qui n'a l'air de rien.
L'institution - fragile - de la famille, avec toutes ses rancoeurs, tous ses griefs, inhérents à elle, se fait attaquer avec délice et acidité. Au delà des mots (et des maux), il y a un huis-clos cocotte minute et des comédiens qui maîtrisent la moindre nuance de leur personnage. Les plus sages sont les plus immondes. Les marginaux, eux, souffrent.
Le réalisateur Cédric Klapisch fait un petit effort pour étendre au delà des frontières de la scène ce festival de paroles. Parole qui peut tout sauver (l'amour), détruire (la télé). Le silence est d'or, la danse alchimique. Bref, les relations sont multiples et la plupart des séquences cultes s'enchaînent. Portrait d'une petite bourgeoisie, à la coupe. C'est un Père Noël 15 ans après.
En dehors de son apparition dans les lumineux flash-backs de l'enfance, Klapisch ne cherche pas à déguiser les origines théatrales de la pièce. Mais ce n'est pas un problême puisqu'il y donne la légèreté et la vitalité d'une réalisation et d'une écriture acerbes, tout en observant avec affection l'hypocrise de cette famille unie.
Le décorateur François Emmanuelli aide aussi à accentuer ce sens de la claustrophobie avec ce vieux bar tentaculaire et ses différents espaces, permettant encore plus de profondeur pour la lumière magnifique de Benoit Delhomme.
On retient les performances sont uniformément pétillantes. En particulier Maurier comme mère loin d'être impartiale, Jaoui en esprit critique qui se conforonte ici à Darroussin, humble et outsider, puis, ensemble, s'éloignant tels les vainqueurs. Et grand sacre de Catherine Frot, nunuche pas si niaise, soumise mais libérée. Du grand art. Les plus grands rires proviennent de son jeu, intense, incarnant un personnage ayant du bon sens et un esprit faible, qui finalement révèle la nature honnête et généreuse de chacun. Bref elle est à la morale et le pilier de l'histoire. Faisant oublier le cynisme et al dureté de notre société.
 
vincy

 
 
 
 

haut