Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. www.reeftiger.fr



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 26

 
Masahista (Le Masseur, The Masseur)


Philippines / 2005


 



MASSAGES PAS SAGES





"- Hey on porte la même marque de sous-vêtements !? Je pourrai revenir à la maison avec le tien sur moi!"

Mix de documentaire sur les salons de massage servant de bordels homos et de fiction sur l'enterrement d'un père, Masahista est avant tout l'apprentissage du monde adulte par un jeune homme candide. Le film fonctionne symétriquement : on habille le papa pour ses funérailles, on déshabille le client pour son massage; de même le rituel : c'est tout un cérémonial mettre sous terre un défunt comme de faire grimper au septième ciel un massé.
Si cette opposition est parfois maladroite, dans son découpage et sa construction chronologique, elle demeure gonflée dans un pays à la fois pauvre et catholique, où le sexe est à la fois pêché et métier. D'autant qu'on parle d'homosexualité, vice suprême. Sans compassion, le regard de Mendoza n'est jamais sordide, et rarement érotique (ni les corps ni les visages ni les gestes ne sont assez beaux). Juste des faits qu'il déroule cliniquement, avec l'émotion d'un côté et la sensualité de l'autre. Si l'image est parfois trop insistante, le propos reste toujours intéressant. Ici, pas de morale. Juste des devoirs. Publiquement, les payeurs n'assument pas leur orientation sodomite tandis que famille et petite amie savent d'où provient l'argent des jeunes hommes; la limite dans ce type de prostitution est la même partout : ils n'embrassent jamais leurs "mécènes" sur la bouche, domaine réservée à la copine. Ces paradoxes sont la face visible de l'iceberg.
En profondeur, les choses ne sont pas si simples. Si les divas hypocrites que sont les massés ne réservent que peu de surprises, le masseur, personnage principal est au coeur d'un maelström psychologique. Où son premier client se confond mentalement avec l'image de son père. Trouble qui interpelle le spectateur, dans ce mix éros/thanatos.
Film étrangement pudique, Masahista est dévalorisé par sa piètre qualité technique. Tourné à la va vite, avec peu de moyens, il mérite sans doute l'indulgence; d'autant que le script est intéressant. Mais il ne se dégage rien de particulier - ni tristesse, ni mélancolie, ni sentiment - au final. Il a manqué quelque chose qui nous rende attachant cette initiation. Sur la forme, il s'agit peut-être d'images trop plates, de plans pas assez suggestifs ou nuancés. Sur le fond, en revanche, il est certain que ce jeune homme qui doit supporter une "girlfriend" hystérique et vulgaire, une famille désormais sans père, et des clients finalement rares et radins, nous captive davantage. Il y a quelque chose de touchant à le voir, regard perdu, contempler le plafond tandis qu'on le saute; ou encore en train d'essayer de jouer les hommes avec son petit frère. L'apprentissage est un rude chemin, et le sentir un peu paumé le rend simplement humain. Loin de tout jugement, justement.
 
vincy

 
 
 
 

haut