alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



10 jours sans maman
Amare Amaro
D'étoile en étoile
Des hommes
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Le cas Richard Jewell
Lettre à Franco
Sortilège
Tout peut changer
Une mère incroyable
Wet Season



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet






 (c) Ecran Noir 96 - 20


TFM  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
Ma vie en l'air


France / 2005

07.09.05
 



CLAPS POUR CAPS





"Ce n'est pas important ça, le bout de la route. Ce qui est important, c'est la route. Alors regarde la route !"

Une énième histoire de trentenaires en proie au doute, direz-vous. A juste titre, celle-ci fera exception, délicieusement sucrée-salée, faite d'allègres tranches de vie tendrement exploitées. Adorable duo Vincent Elbaz/Gilles Lelouche, alias Yann et Ludo, nos deux copains d'enfance errant de rêves juvéniles en coups de cœurs passionnés. La mise en scène de Rémi Bezançon les accompagnera énergiquement, millimétrant un parfait opéra sur l'homme moderne au creux de la vague. Le duo Vincent Elbaz/Marion Cotillard, n'en sera pas moins exquis. Un tandem bankable, ce n'est plus à démontrer. Mais qu'on se rassure : Ma vie en l'air ne se contente pas de miser sur deux des comédiens les plus sexys du cinéma français pour faire monter son histoire d'A, leur accordant de tangibles espaces de composition. De beaux portraits, de beaux sentiments, de la crise générationnelle à l'amour naissant, via la peur surmontée et cet indéniable besoin d'aller de l'avant. Le tout avec humour et authenticité mélangés.

Constance ? A notre grand dam, ci et là, le récit ne s'empêchera toutefois pas de dériver au plus saugrenus, vers un très certain (et pourtant évitable) surdosage en matière de sous-intrigues et répliques maladroitement indexées sur bon nombre de love stories populaires. Certains en sont une copie conforme. Un "accepterais-tu de ne pas m'épouser?", tout droit pioché dans Quatre mariages et un enterrement ou encore le fameux test de la portière illustré dans la première mise en scène de De Niro, Il était une fois le Bronx. Facile. On peine à croire que Yann se prenne pour Hugh Grant. Emblématique crise identitaire. Le film tournera longuement (maladroitement) autour de ce sacro-saint pilier du cinéma français qu'est la quête de racines familiales, pour une meilleure digestion des traumas de l'enfance. Un choix ici strictement gagesque, improbabilités des dits traumas et de leurs résolutions obligent. Etait-il franchement nécessaire de justifier la phobie aérienne de Yann par la mort de sa mère en couche lors d'un vol Papeete-Paris ? Pire encore : d'illustrer sa thérapie par un possible retour à Papeete ? Difficile de faire plus indigeste au tableau des fanfares freudiennes. Même l'autodérision n'y est pas. Bref, passons. Profitons plutôt de cette chaleureuse énergie que dégagent nos comédiens et, malgré quelques maladresses, d'un évident bouquet de dialogues et circonstances à croquer. Un temps soit peu de punch après Les poupées russes en cette bien terne saison.
 
Sabrina

 
 
 
 

haut