Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


(c) Gaumont Columbia TriStar  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 48

 
The Exorcism of Emily Rose (L exorcisme d Emily Rose)


USA / 2005

07.12.05
 








LE DIABLE EN COLLANTS ROSES

Les gens disent que Dieu est mort. Comment peuvent-ils croire cela alors que je leur montre le diable?

Plus à même d’ouvrir une soirée débat sur France 2 que d’honorer le Festival Fantastique de Gérardmer, « L’exorcisme d’Emilie Rose » est la quintessence du bel ouvrage auquel on ne peut rien reprocher… sinon le bel ouvrage proprement dit. Prônant sa légitimité et sa respectabilité dans le fameux « d’après une histoire vraie », le film n’a dès lors plus qu’à remplir le contrat pré-signé et se garantir de toute sublimation artistique ou narrative. Un travail de techniciens et de performances d’acteurs où l’on cherchera en vain la présence d’un véritable auteur derrière la caméra. Epousant une structure à la « Rashomon » de Kurosawa, Scott Derrickson et son scénariste affichent en grand leur intention de ne pas prendre partie dans ce qui s’avèrera être rapidement un film de procès à champs contre-champs entrecoupé de témoignages en flash-back propices à quelques scènes chocs, a l’instar d’une pièce de Robert Hossein : vous êtes le jury ! Cette intention sera néanmoins démentie dans l’ultime intervention du prêtre à la barre qui illustre et dévoile la ferveur chrétienne, proclamée ci et là à longueur d’interviews, de son réalisateur…. Responsable d’un opus de la saga horrifique « Hellraiser », il ne fallait pas non plus attendre de la part de Derrikson la révélation d’un talent jusque-là négligé. Mais tout au moins l’audace de celui qui n’a pas peur de se tromper pour n’avoir en l’occurrence rien à perdre. Avec l’aide oh combien visible de son chef opérateur, il se retrouve dès lors en terrain défriché pour les séquences de possession - étonnement plus réalistes et moins grand-guignolesques que dans « L’exorciste » de Friedkin – tandis que les 80 % restant au coeur de la salle d’audience relèvent de la grammaire télé. Car paradoxalement, cinéma et tribunaux ont toujours fait bon ménage, microcosme des enjeux dramatiques mis en branle par le récit dont la théâtralité intrinsèque exige et révèle le talent des auteurs pour la transcender. Confrontations dieux-mortels chez Fritz Lang, multiplication d’inserts chez Hitchcock, arènes chez Mankiewicz, tous les moyens sont bons pour accaparer tension et attention, et l’on aurait aimé que Derrikson y réfléchisse autant, en organisant les protagonistes dans le cadre selon leur évolution dramatique, par exemple. A la place, les caméras sont là comme simples enregistreuses, comme d’autres utilisent des caisses enregistreuses, et de remplir son quota de plans en fin de journée avant d’envoyer le tout au montage où s’effectueront les choix. On assiste alors à un festival de prouesses d’acteurs oscarisables (mention spéciale à Jennifer Carpenter, dont corps et visages longitudinaux sont une injure bienvenue aux normes en cour à Bimboland) et à un travail de photographie remarquable dont quelques effets colorés pompés à Argento ridiculisent néanmoins l’ambition. Le sort en est jeté...
 
Arnaud

 
 
 
 

haut