Felicidad est une comédie douce amère argentine sur les rapports amoureux et les liens amicaux autour d'un homme qui a disparu. Daniel Burman s'interroge ainsi sur la trahison et la fidélité dans une société qui refuse l'audace et le rêve.



Canailles connection
Chef
Chemin de croix
Et (beaucoup) plus si affinités
Felicidad
Felix et les loups
Fidai
Fièvres
Fils de
Gimme Shelter
John Wick
Les filles d'Eve et du serpent
Que ta joie demeure
The Giver - Le passeur
The November Man
Vie sauvage



Under the skin
Boyhood
Maestro
The Raid 2: Berandal
Les combattants
L'enlèvement de Michel Houellebecq
3 coeurs
Refroidis
Still the Water
Mommy
Le garçon et le monde
Gone girl



Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu?
Lucy
Winter Sleep
Les Gardiens de la Galaxie
Party Girl
Hippocrate
Gemma Bovery
Shirley, un voyage dans la peinture d'Edward Hopper
Pride
Sin City: j'ai tué pour elle
Un homme très recherché
Avant d'aller dormir
Elle l’adore
I Origins
Leviathan
Saint Laurent
Bodybuilder
Equalizer
Tu veux ou tu veux pas
The Tribe
Casse
Lou! Journal infime
Le Labyrinthe
Samba
Les Boxtrolls
Lilting ou la délicatesse
White Bird
Bande de filles
Fury
Magic in the Moonlight






 (c) Ecran Noir 96 - 14


rezo  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 398

 
Kekexili : la patrouille sauvage (Mountain patrol)


Chine / 2004

25.01.06
 



CHASSE A L'HOMME





"- Reviens vivant."

Que ceux qui ont déjà en tête des images buccoliques d'antilopes gambadant gaîment dans une nature verdoyante reviennent immédiatement sur terre. Dans Kekexili : la patrouille sauvage, tout est rude et sans concession, à l'image de la séquence d'ouverture qui montre tour à tour un massacre d'antilopes, leur dépeçage en mode express, le meurtre "gratuit" d'un garde puis la découverte d'un charnier de bêtes ensanglantées alignées à perte de vue. L'horreur cueille le spectateur à froid, lui laissant craindre une longue suite d'atrocités en gros plan. Il n'en est rien, mais cette simple éventualité permet à la tension de s'installer. En une scène, Lu Chuan transforme un film qu'on aurait pu croire écologique en thriller épuré.

Pour cela, il découpe très précisément chaque séquence, chaque scène, chaque plan, de manière à en tirer le maximum en un temps limité. L'action ne s'étire pas, elle se condense. Rien n'est souligné, tout est immédiatement perceptible dans un regard, un geste, une inflexion de voix. Les dialogues sont réduits à quelques phrases très informatives qui permettent presque toujours de faire avancer l'action. Pas de place pour les bavardages inutiles, pas de scènes futiles pour nous faire apprécier les paysages.

Combat épique

Ceux-ci, pourtant, sont omniprésents. Lu Chuan en tire le meilleur sans que l'on puisse jamais le soupçonner de rechercher le pittoresque ou le sensationnel. Kekexili n'est pas un décor, c'est le principal personnage de l'histoire. Celui qui donne (sa beauté, ses animaux, ses rivières) et celui qui prend (la vie, principalement). Les conditions extrêmes dans lesquelles évolue la patrouille sont une simple contrepartie pour ses ciels immenses dévorant la terre et sa voute céleste d'une pureté originelle. Cette hostilité des éléments (on pourrait parler d'acharnement) n'est pas là pour donner une touche de film catastrophe à une œuvre qui n'en a pas vraiment besoin. Elle est la preuve que la nature ne s'apprivoise pas et que l'on ne bat pas pour ce qui est aimable, mais uniquement pour ce qui est important.

Comment ne pas voir, dans ce combat épique, une métaphore de la lutte du peuple tibétain face à l'envahisseur chinois ? Lu Chuan a beau le nier, Kekexili… délivre plus qu'un simple message écologique. Cette ultime traque, on sait rapidement qu'elle sera sans retour. L'une après l'autre, les chances de succès s'amenuisent. Les vivres qui viennent à manquer, d'abord. Puis le carburant. Les cartouches. La nécessité de se séparer en plusieurs groupes. La neige et le froid. Et enfin le destin.

Ri tai, le très charismatique leader de la patrouille (Duo Bujie, excellent) sait qu'arrivé à ce point de sa quête, il doit faire un choix. Céder devant les contingences matérielles et les conditions atmosphériques - c'est-à-dire renoncer, vivre et avoir honte - ou tout abandonner derrière lui et tenter sa dernière chance. Poursuivre les braconniers criminels n'est pas le chemin le plus facile, ni le plus censé, c'est au contraire le pire. Le symbole est criant : au premier degré, c'est le combat magnifique d'hommes prêts à donner leur vie pour une poignée d'antilopes. Au second, il s'agit de la résistance désespérée d'un peuple pour ne pas perdre ses biens les plus précieux : sa culture, son histoire, son identité. Dans les deux cas, c'est un message d'espoir, mais aussi de défi. Plutôt mourir que de renoncer à une part de soi-même.
 
MpM

 
 
 
 

haut