L'ornithologue est peut-être le plus beau film de Joao Pedro Rodrigues. Entre mythes, martyrs et résurrection, le cinéaste portugais nous hypnotise au fil de cette errance poétique, érotique, fantastique et naturaliste.



Banana
Dark Show
Enfin des bonnes nouvelles
Kangchenjunga
L'ornithologue
La fine équipe
Le Gang des Antillais
Le voyage au Groenland
Les enfants de la chance
Ma' Rosa
Oppression
Rocco
Sausage Party
Sully
Vaiana, la légende du bout du monde
Wolf and sheep



Aquarius
Le ciel attendra
Voyage à travers le cinéma français
Willy 1er
Ma vie de Courgette
Sing Street
Mademoiselle
Réparer les vivants
2 nuits jusqu’au matin
Dernières nouvelles du Cosmos
Tu ne tueras point
Close encounters with Vilmos Zsigmond
Swagger
Wallace & Gromit : les inventuriers



Juste la fin du monde
Miss Peregrine et les enfants particuliers
Captain Fantastic
L'Odyssée
La fille inconnue
Brice 3
Jack Reacher: Never Go Back
Le Teckel
Les Trolls
Mal de Pierres
The Happiest Day in the Life of Olli Mäki
L'Attrape-rêves
Doctor Strange
La Fille du train
Moi, Daniel Blake
Mr Wolff
Snowden
Inferno
L'Histoire de l'amour
Le client
Planétarium
Les Animaux Fantastiques
Polina, danser la vie
Trashed
Alliés
La fille de Brest
Louise en hiver
Seul dans Berlin






 (c) Ecran Noir 96 - 16


rezo  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 424

 
Kekexili : la patrouille sauvage (Mountain patrol)


Chine / 2004

25.01.06
 



CHASSE A L'HOMME





"- Reviens vivant."

Que ceux qui ont déjà en tête des images buccoliques d'antilopes gambadant gaîment dans une nature verdoyante reviennent immédiatement sur terre. Dans Kekexili : la patrouille sauvage, tout est rude et sans concession, à l'image de la séquence d'ouverture qui montre tour à tour un massacre d'antilopes, leur dépeçage en mode express, le meurtre "gratuit" d'un garde puis la découverte d'un charnier de bêtes ensanglantées alignées à perte de vue. L'horreur cueille le spectateur à froid, lui laissant craindre une longue suite d'atrocités en gros plan. Il n'en est rien, mais cette simple éventualité permet à la tension de s'installer. En une scène, Lu Chuan transforme un film qu'on aurait pu croire écologique en thriller épuré.

Pour cela, il découpe très précisément chaque séquence, chaque scène, chaque plan, de manière à en tirer le maximum en un temps limité. L'action ne s'étire pas, elle se condense. Rien n'est souligné, tout est immédiatement perceptible dans un regard, un geste, une inflexion de voix. Les dialogues sont réduits à quelques phrases très informatives qui permettent presque toujours de faire avancer l'action. Pas de place pour les bavardages inutiles, pas de scènes futiles pour nous faire apprécier les paysages.

Combat épique

Ceux-ci, pourtant, sont omniprésents. Lu Chuan en tire le meilleur sans que l'on puisse jamais le soupçonner de rechercher le pittoresque ou le sensationnel. Kekexili n'est pas un décor, c'est le principal personnage de l'histoire. Celui qui donne (sa beauté, ses animaux, ses rivières) et celui qui prend (la vie, principalement). Les conditions extrêmes dans lesquelles évolue la patrouille sont une simple contrepartie pour ses ciels immenses dévorant la terre et sa voute céleste d'une pureté originelle. Cette hostilité des éléments (on pourrait parler d'acharnement) n'est pas là pour donner une touche de film catastrophe à une œuvre qui n'en a pas vraiment besoin. Elle est la preuve que la nature ne s'apprivoise pas et que l'on ne bat pas pour ce qui est aimable, mais uniquement pour ce qui est important.

Comment ne pas voir, dans ce combat épique, une métaphore de la lutte du peuple tibétain face à l'envahisseur chinois ? Lu Chuan a beau le nier, Kekexili… délivre plus qu'un simple message écologique. Cette ultime traque, on sait rapidement qu'elle sera sans retour. L'une après l'autre, les chances de succès s'amenuisent. Les vivres qui viennent à manquer, d'abord. Puis le carburant. Les cartouches. La nécessité de se séparer en plusieurs groupes. La neige et le froid. Et enfin le destin.

Ri tai, le très charismatique leader de la patrouille (Duo Bujie, excellent) sait qu'arrivé à ce point de sa quête, il doit faire un choix. Céder devant les contingences matérielles et les conditions atmosphériques - c'est-à-dire renoncer, vivre et avoir honte - ou tout abandonner derrière lui et tenter sa dernière chance. Poursuivre les braconniers criminels n'est pas le chemin le plus facile, ni le plus censé, c'est au contraire le pire. Le symbole est criant : au premier degré, c'est le combat magnifique d'hommes prêts à donner leur vie pour une poignée d'antilopes. Au second, il s'agit de la résistance désespérée d'un peuple pour ne pas perdre ses biens les plus précieux : sa culture, son histoire, son identité. Dans les deux cas, c'est un message d'espoir, mais aussi de défi. Plutôt mourir que de renoncer à une part de soi-même.
 
MpM

 
 
 
 

haut