Viendra le feu a reçu le prix du jury Un certain regard. Le film d'Oliver Laxe laisse au spectateur toute liberté de se projeter dans le film pour y lire son propre rapport à la nature et ses propres obsessions face à la déliquescence du monde.



Ad Astra
D'un clandestin, l'autre
De sable et de feu
Edith en chemin vers son rêve
El Otro Cristobal
Kusama: Infinity
Les fleurs amères
Lucky Day
Ma folle semaine avec Tess
Nous le peuple
Portrait de la jeune fille en feu
Trois jours et une vie
Un jour de pluie à New York



Parasite
Toy Story 4
Le Roi Lion
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 12

 
Les bronzés (Amour coquillages et crustacés)


France / 1978


 



DE LA CREME





"- Y a quel pourcentage de filles pour un mec ici?
- Ça dépend du mec.
"

Sea, sex and sun. La chanson annonce la couleur. Une forme de compilation d'idées simples. Le film est pétillant, léger, enfilant les perles (et pas seulement pour un collier Club Med), assez décousu, échouant parfois dans le drame, faisant mouche à chaque réplique. Le plus comique des trois mais aussi le plus anecdotique.

Il ne faut pas sous évaluer la portée sociologique de cette pièce transformée en film. L'amour libre et ses limites, le célibat mal vécu, les relations déjà impossibles entre Mars et Venus, la volonté de se déconnecter d'un quotidien oppressant... Le Splendid, en un film, a su à la fois croquer la middle-class qui forme son public, ces bourgeois incultes, et dresser un portrait assez juste des angoisses existentielles post-68. Entre ceux qui remettent en cause la révolution des moeurs et les autres qui n'ont pas envie de voir les choses changer.

Mais Les Bronzés c'est avant tout un festival de répliques, de dialogues, de soliloques déridant les zygomatiques. Se moquant d'eux, et de nous-mêmes, de nos petites lâchetés comme de nos rêves inaccessibles, ces prétentieux présomptueux ne se font aucun cadeaux.

L'idée est d'aller brouter le terrain de l'autre, version moderne de la chasse à coup de massue. Ce qui n'empêche pas les blessures intimes (toutes apparentes chez ces écorchés vifs) et les agressions humiliantes (et tordantes). La force du Splendid a été de ne pas se censurer sur le racisme, le couple, la sexualité, le colonialisme, l'injustice, l'inégalité... Ni sur les gueules en arrière plan, tableau cruel de la beauf attitude franchouillarde en vacances.

Poignant (mais pas trop), l'épisode a ses versants dramatiques, parfois habiles (Luis Rego), parfois forcés (la mort de Creton, conne, à l'instar de son personnage pourrait-on dire). Ce n'est pas encore tout à fait au point, cela donne un côté bancal à cette semaine ensoleillée (pas pour tout le monde). Mais en créant des moments visuellement mémorables (telle Aphrodite, Blanc sortant des eaux) et des séquences étonnement cocasses ou verbalement désopilantes, ils ont réinventé la comédie culte à la française.

Avec ce regard unique sur leur génération et ce talent singulier pour créer des personnages pas si iniques, ces Bronzés créaient ce qui allaient devenir une trilogie. Flingueurs pas si corniauds, ils déstabilisent un format institutionnel du rire. Le poussant vers l'énormité, l'extravagance même, ils puisent / pillent dans l'héritage humoristique tout en le décapant. Dessaoulé, dessalé, ce bric-à-brac farfelu et rafraîchissant va décloisonner définitivement la frontière entre le café-théâtre et le cinéma. Paradoxalement ce sera d'ailleurs la télévision qui va renforcer, au fil des ans, l'emprise de la troupe, comédiens corps et âmes quelque soit le média, sur le public français.
 
vincy

 
 
 
 

haut