Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. www.reeftiger.fr



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


(c) 20th Century Fox  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
Walk The Line


USA / 2005

15.02.2006
 








HEROS MALGRE LUI

Tu sais, tu ne peux aider personne si tu n'es pas capable de leur raconter la bonne histoire..."

Vue depuis ce coté de l’Atlantique, l’importance de Johnny Cash est avouons-le, assez généralement ignorée. Désormais - la promo du film ayant fait son boulot - à coups de superlatifs, de citations de Bono et d’affirmations spectaculaires (il aurait vendu plus de disques que les Beatles ou Elvis... on demande à voir), nous voilà briefés. Mais alors, diantre, tenterait-on de nous vendre quelque chose ? Des disques ? Un film ? Ou alors serait-ce les producteurs, essayant de prouver le bien fondé de cette adaptation, qui énuméreraient les raisons de se documenter ?
Toujours est-il, et trêve de bio-piques, que Walk the Line a au moins la vertu de faire connaître ce pionnier incontesté du rock. En effet, faire connaître semble être le mot juste, tant le film de James Mangold se refuse à l’immersion plus ou moins totale, à laquelle nous ont habitués les récents biographic pictures hollywoodiens (exception faite de Ray). Ici, point de représentation sordide de la triplette sex, drugs and rock & roll. Si la déchéance toxicomane de Cash n’est pas éludée (elle est même l’un des sujets principaux du film), c’est toujours en évitant la complaisance, souvent esthétisante, qui règne parfois. Cette pudeur (un comble pour ce type de films) s’explique tout naturellement lorsque l’on sait que Walk the Line fut fabriqué en collaboration avec Cash et d’après ses deux auto-biographies. Cette absence de vice, ce détachement de la mise en scène trouvera ses défenseurs et ses détracteurs. De manière incontestable, cependant, on reste un peu extérieurs à cette vie qui acquière fatalement un aspect linéaire. C’est peut-être ce que cherche à trahire le titre du film, au delà de la ténacité en amour et de la constance du style musical de Johnny Cash.
Sur l’aspect visuel et globalement formel du film, rien d’extraordinaire à signaler. C’est un académisme confortable (propice aux "Academy Awards") qui domine, bien que l’épaule s’évertue à placer sa caméra du coté de la scène, dans une volonté in extremis d'immersion qui contredit quelques peu son sobre scénario. Au fond, le film aurait peut-être gagné à filmer d’avantage l’impact tant psalmodié de Cash sur son public. Vu du peuple, le héros débonnaire aurait pu scintiller d'un plus grand charisme rock & roll. Mangold a préféré calquer son film sur l’humilité sérieuse de Cash et filme sans trop de brio ses rencontres avec Elvis Presley ou Jerry Lee Lewis, comme s’il s’agissait de Jean-Pierre Pernaud et Bruno Mazure. Un peu trop trivial pour de la grande légende américaine. Au fond, seule la scène du fameux concert dans la prison de Folsom parvient à capter l’énergie populaire que drainait la rock star.
Somme toute, le réalisateur semble surtout s’intéresser à la belle obstination d’un homme amoureux, depuis son enfance, d’une petite chanteuse country, June Carter, avec laquelle il finira ses jours. Là encore, même si l’aventure manque un peu de coffre, le classicisme du récit reste raisonnablement accrocheur. Ou alors, peut-être, la beauté compliquée et la grâce simple de Reese Witherspoon auront-elles suffi.
 
Axel

 
 
 
 

haut