Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


Mars  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 7

 
Du Jour au Lendemain


France / 2006

15.03.06
 








PUTAIN DE BONHEUR

"- Le bonheur ne dure jamais, ce qu’on te donne, on le reprend"

Chaque jour, des milliards d’individus se lèvent et avancent dans la vie, et partent à la recherche du bonheur. Mais que se passe-t-il quand le bonheur tant attendu arrive pour de bon ? C’est cette question que pose Philippe Le Guay avec Du Jour au Lendemain. Une question qui n’est pas sans intérêt, comme l’illustre dans le film le cas (réel) de l’écrivain qui, ayant reçu le Prix Goncourt, tombe dans une profonde dépression. On reste néanmoins ici dans la comédie, comédie « inquiète » selon l’expression du réalisateur, mais comédie malgré tout. C’est ainsi que près des trois quarts du film sont consacrés au parallèle entre la journée du lundi, marquée du sceau déprimant de l’échec, et la journée du mardi, en tous points identique à la veille mais transformée par la douce caresse du bonheur. Ce passage du gris à la couleur, source de nombreux gags, est assez réussi : François Berthier est le même, il vit dans le même environnement hostile, mais au lieu du monde qui l’agresse auquel il est habitué, il découvre la vie en rose. En somme, Philippe Le Gray nous fait un filtre ciné… sans filtre. L’exercice s’étire malheureusement un peu en longueur.
C’est en effet dans le dernier quart que se trouve l’essence du film, ce qui fait son intérêt. L’angoisse s’immisce petit à petit chez Berthier, il cherche à comprendre comment et pourquoi un tel bonheur lui est tombé dessus. Un malaise auquel tous ne s’identifieront probablement pas. Mais lorsqu’il explique « chaque fois qu’il m’arrive quelque chose d’agréable, je me dis que je vais payer l’addition », on reconnaît forcément dans sa propre bouche le goût amer de la culpabilité judéo-chrétienne qui est le lot de la plupart d’entre nous, ainsi que l’arrière-goût qui en reste: la peur de décevoir les autres, et surtout, la peur de perdre ce trésor. L’anticipation de cette perte empêche dès lors Berthier d’appliquer le carpe diem des hédonistes. Il perd du même coup ce bonheur qui lui avait été accordé. L’homme à l’origine de sa propre perte…
On regrette donc que cette jolie réflexion soit traitée sur un laps de temps si court du film, on se dit que la chose aurait pu être faite avec parfois plus de subtilité, et surtout on supplie à genoux : assez avec les comédies musicales ! Le Guay aurait été bien inspiré de zapper la scène chantée et dansée du film, symbole apparemment de l’acmé du bonheur. Un petit bonheur quotidien, tout simple, ça fait du bien. Et au cinéma, une petite scène de bonheur quotidien, sans entrechats ni trémolos dans la voix, ça fait aussi du bien.
 
asha

 
 
 
 

haut