Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. www.reeftiger.fr



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


Bac films  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 21

 
La planète blanche


France / 2006

22.03.06
 








JE M'EN IRAI DORMIR DANS LE PARADIS (?) BLANC...

"- Le soleil de mars permet de sortir de la tannière."

Marche de l'Empereur, Dernier trappeur, il semble que les vastes étendues glacées et enneigées fascinent les documentaristes français. Ultime en date, et davantage dans la veine traditionnelle d'un Cousteau filmant le fond des océans, La planète blanche est aussi consensuel que désuet. Une voix off, de très belles images, aucune histoire et une succession d'animaux dans leur élément. Mots banals qui parfois gâchent un peu la somptuosité visuelle. Qu'est-ce qui pourrait, cependant, inciter à voir cet univers d'hiver, hostile et secret, au cinéma plutôt qu'un soir à la maison? Le documentaire animalier cinématographique a besoin d'être régénéré pour dépasser ses cousins télévisuels, de plus en plus nombreux. Ici, trop classique, il nous faut résister durant la première moitié à un ennui rébarbatif qui séduira les petits mais endormira les grands.

Bien sûr ne soyons pas blasés : la poésie des aurores boréales émerveille toujours. mais pourquoi nous embarrasser avec une métaphore ethnique (les croyances des Inuits) en oubliant l'explication scientifique. Il y a là quelque chose de bancal, d'inachevé. Pourquoi prendre Jean-Louis Etienne si c'est pour se contenter d'un discours "folklorique" et infantilisant? A trop entendre l'écriture lyrico-dramatisante ("Sous la glace s'agitent des forces colossales...", "Au milieu du chaos un souffle de mystère...") on en rigolerait même...

Nous pourrions toujours nous boucher les oreilles. Ce serait regrettable puisque ce clip vidéo grandeur nature vaut le détour pour la musique mélodieuse et en adéquation de Bruno Coulais, bien inspiré et sans Choristes. Reste à admirer les ours couleur vanille, les renards rusés, les étranges phoques à capuchon, les bébés phoques mais sans B.B., l'impressionnante migration des caribous (et leur ennemi le moustique)... La réalisation plan plan, alternant les paysages et contemplations sur fond musical et l'action avec voix off en surimpression ne prend son élan, ô paradoxe, qu'une fois immergé sous l'océan. Créatures mystérieuses et plus intéressantes comme les méduses, les baleines "nonnes", pieuvre rouge géante (de loin l'épisode le plus "jules vernien"), elles offrent une réelle dose d'aventure. Hélas en surface tous les clichés volent bas : vous n'éviterez pas le chant des baleines.

Les centaines de caribous en mouvement, les morses qui se dorent la pilule nous surprennent plus. L'ours blanc étant une très mauvaise star , le fil conducteur s'est trop souvent cassé pour nous emballer. Il fallait toute la lourdeur de l'entreprise pour nous livrer, au final, une conclusion écolo et politique sur le réchauffement de la planète. (Le texte aurait mérité d'être un peu plus subtil).

L'âge de glace (et sa fonte) nous amuse davantage sous sa forme de cartoon 3D américain. Triste à écrire. Beau comme un fond d'écran ou un livre sur papier glacé, La planète blanche apparaît exactement pour ce qu'il n'aurait pas dû être : un zoo plutôt qu'une aventure.
 
vincy

 
 
 
 

haut