Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


(c) Warner  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 24

 
Firewall


USA / 2006

05.04.06
 








OTAGE, OH DESESPOIR !

"Au travail... et rentrez votre chemise !!"

« Firewall » est soit la résultante d’un ordinateur auquel on aurait confié les clichés les plus éculés du cinéma pour en pondre un manuel, soit le fruit savant des réflexions et des disputes d’une bande de cadres de studio. Ayant connaissance de la fameuse tendance de ces derniers à s’improviser scénaristes (et de se contredire) on optera pour cette pitoyable performance. Car voilà bien un joyau de l’indigence, un sceptre de lieux communs, de nœuds coulants, de personnages éculés et d’inconsistance. Sur la trame usée jusqu’aux coudes du père dont la famille est prise en otage pour le contraindre à commettre le pire (voir le récent « Otage », justement, de Florient Emilio Siri avec Bruce Willis ou « Meurtre en suspens » de John Badham avec Johnny Deep il y a dix ans), le pauvre Richard Loncraine pédale dans la semoule de l’absurdité pour nous faire croire à ce qui s’apparente au final plus à du ZAZ. Entendez ces films parodiant le cinéma hollywoodien de Zerry-Abraham-Zucker avec en près-titre « Y a-t-il… ». Cette fois c’est « Y a-t-il un père pour sauver ses gosses, son boulot et sa banque ». Réponse : oui, oui... Mais doucement hein. Parce que c’est un Harrison Ford au physique plus proche de Roger Moore aujourd’hui qui s’y colle (ça promet pour le prochain Indiana Jones et le secret de l’Or Bleu – Indiana Jones and the Viagra Secret, yeah!) . Résultat :Harri rencontre salaire, comme une fois l’an, fait la tronche en sortant ses tirades (y’avait qu’à lire le scénario) avant de retourner dans son ranch retrouver son rabot jusqu’à l’année prochaine (parce que comme il le proclame partout, faut-pas oublier qu’il est avant tout charpentier hein, comme le papa de Jésus). Comme si ces deux poids morts ne suffisaient pas à plomber le projet, Loncraine est incapable de rendre logique un espace, de noyer les outils utiles à son récit (on a l’impression chaque fois qu’une lumière rouge s’allume au-dessus de l’écran), d’imposer une mise en scène – si ce n’est un générique admirable très post-Seven, sans doute réalisé par un autre – et ses séquences prétendument d’action sont aussi frénétiques que la partie d’échecs avec la mort du « 7ème sceau » de Bergman, toute la beauté du cinéma en moins et un tâcheron qui se dépatouille tant bien que mal au montage. On en voudra pour témoin l’hilarité de la salle aux moments les plus dramatiques et le fou rire qui accompagne un plan final pire que la ronde sur la colline de « La mélodie du Bonheur » sur la chantilly musicale du frenchy Alexandre Desplat. Avec l’avènement de nouvelles structures de récits, il est difficile de pardonner qu’un studio aussi digne que la Warner puisse faire encore passer de telles vessies pour des lanternes, quand bien même avec une huile comme Harrison Ford. Et moins encore à ce dernier de les accepter. Qu’il planche là-dessus avant de fabriquer ses étagères. Parce que d’ici à ce qu’il y pose un Oscar…
 
Arnaud

 
 
 
 

haut