Le Grand Méchant Renard et autres contes est la nouvelle pépite animée de Benjamin Renner (Ernest & Celestine). Cette fois-ci les (més)aventures sont plus loufoques, entre Tex Avery et Wallace & Gromit. Trois petites histoires drôles de bêtes.



Ana, mon amour
AvA
Bad Buzz
Baywatch: alerte à Malibu
Des plans sur la comète
Everything, Everything
It comes at Night
K.O.
Le grand méchant renard et autres contes...
Le Manoir
Les Ex
Macadam Popcorn
Rara
Songs for Madagascar



La Belle et la Bête
L'Opéra
Lettres de la guerre
The Young Lady
On l'appelle Jeeg Robot
Tunnel
I Am Not Your Negro
Les fantômes d'Ismaël
L'amant d'un jour
Psiconautas
Twin Peaks : Fire walk with me



Patients
Sage femme
Baby Boss
Django
Les Gardiens de la Galaxie 2
De toutes mes forces
Emily Dickinson, a Quiet Passion
Message from the King
Alien: Covenant
Departure
L'Amant double
Le Roi Arthur: la légende d'Excalibur
Marie-Francine
Pirates des Caraïbes: La Vengeance de Salazar
Rodin
Churchill
Dora ou les névroses sexuelles de nos parents
HHhH
Le jour d'après
Le Vénérable W.
The Wall
Wonder Woman
Ce qui nous lie
La Momie
Retour à Montauk






 (c) Ecran Noir 96 - 17


Uip  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 468

 
Inside Man (L homme de l intérieur)


USA / 2006

12.04.06
 








LES OUSTIDERS

"- Putain un Arabe!
- Je suis Sikh!
"

Dans la lignée de La 25ème Heure, Spike Lee prolonge cette envie de mélanger ses thématiques personnelles avec un goût renouvelé pour un cinéma populaire. Inside Man, de loin son meilleur film depuis des lustres, bénéficie d'une mise en scène inspirée, d'un scénario admirable, d'un casting idéal.
En surface il s'agit d'un thriller cérébral, une histoire de casse, mais un cambriolage plus complexe dans ses objectifs qu'il n'y paraît. Un braqueur brillant et pas amateur, smart donc, face à une équipe de flics qui cumule les fiascos tout en étant ultra pro. Mais la vie n'est pas si binaire et tout le film démontre à quel point rien n'est noir ni blanc - même si le noir a toujours le beau rôle chez Spike Lee. Et si l'un rêve de siroter un cocktail entouré de six filles, l'autre aspire à l'envoyer sous les douches d'une prison, entre deux mecs balèzes, à siroter autre chose. Denzel manie l'humour pour détourner la haine, la peur, l'agressivité, la violence verbale, les malices d'un pouvoir corrompu. On le croirait presque venu de La Nouvelle Orléans : costumes clairs, mouvements indolents, discussions torrides avec sa petite amie...
Mais nous sommes à Babel, une New York en trauma post 11 septembre, en alerte, toutes sirènes hurlantes. Une ville sur le grill. Cosmopolite où toutes les communautés coexistent mais ne dialoguent pas : les gens parlent à leur écouteur téléphonique ou dansent avec leur Ipod dans les oreilles. Le racisme n'est pas loin, et plus habilement confronté que dans Collision. Inconscience de citoyens individualistes, égocentriques qui ne soucient de rien de ce qui est en dehors de leur bulle. Le scénario va "crasher" tout leur confort mental.
Le premier à en prendre pour son grade est le plus puissant d'entre tous. Tout un symbole. Le Président de la banque, au passé flou, incarné par un grandiose Christopher Plummer, laisse percevoir un abattement réel, mais subtil, lorsqu'il apprend le casse, qui pour le coup, le casse. Toute la force d'Inside Man c'est de révéler l'intérieur de ses personnages en quelques plans, quelques phrases. Scènes efficaces révélant forces et faiblesses sans fioritures mais avec panache. Le spectateur est constamment sollicité pour ne rien perdre de ce jeu tordu et surtout psychologique.
Au milieu de ce trio - le braqueur, le flic, le banquier braqué - un élément pivot, une femme, alias Jodie Foster (merveilleuse en agent triple). "J'ai réussi en me faisant des amis et pas des ennemis." Tout est dit. Inside Man se joue des méfiances et démontre qu'il faut faire confiance à l'autre. Dans une cité paranoïaque, une société où chaque mot peut s'avérer une arme, Spike Lee réintroduit la parole avec ces interludes où les témoins racontent, s'épanchent, avouent... Parler, parler. Il n'y a pas d'issues alternatives et cela ne nuit en rien au suspens. Car cette farce dramatique où les masques des uns et les faux semblants des autres n'est pas simplement un divertissement de haute volée.
Tout est politique chez le cinéaste de Malcom X. Cela peut-être anecdotique (mais pas anodin) lorsque Owen critique, à juste titre, un jeu vidéo ultra-violent où un gamin cite la star de rap 50 cents et son slogan "Vivre riche ou mourir". Cela peut-être le sujet même du film (qu'on ne dévoilera pas ici) où une bague Cartier n'est que la partie émergée de l'iceberg. Et cela peut-être tout le contexte paranoïaque qui s'illustre à travers ce cambriolage étrange et intriguant. Dans une époque où l'on préfère prévenir que guérir, l'esprit de précaution fait plus souvent péter les plombs avec une simple menace qu'avec un acte réellement atroce. Les otages, a priori innocents, deviennent les suspects parce que la police est incapable de détecter, discerner, les méchants des gentils. Au nom d'une suspicion générale, la présomption d'innocence n'existe plus : tous coupables jusqu'à preuve du contraire. La parabole avec les Lois "ultra-sécuritaires" de ce début de millénaire est évidente ; et Lee rappelle que les plus beaux outils de surveillance, les plus belles intelligences, les plus puissants des Big Brothers - Minority Report l'avait déjà indiqué - sont "contournables".
La solution réside davantage dans le rapport humain, l'écoute de chacun. D'ailleurs les deux antagonistes - le flic et le voleur - se parlent et s'entendent plus qu'ils ne se voient. C'est tout l'exercice délicat de ce film parlé, bavard, tortueux, entre ses manigances et ses manipulations. Ingénieux jusque dans les détails (à ne pas rater), le montage nerveux et la musique (parfois envahissante hélas) permettent de lui donner une frénésie bienvenue et jamais ennuyeuse.
D'autant que la moralité n'est pas exempte de ce film finalement assez noir et cynique. Une fois les masques tombés, on pardonnera ou on châtiera, et pas forcément ceux que l'on croyait. Petit bémol malgré tout : qui est malin sera devin (et comprendra l'astuce - le twist - avant que l'épilogue ne survienne). Cela vaut quand même le coup de suivre jusqu'au bout cette enquête machiavélique : "Follow the ring!"
 
vincy

 
 
 
 

haut