Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


Warner Bros  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 25

 
Le Fugitif (The Fugitive)


USA / 1993

01.09.93
 



CHASSEUR SACHANT CHASSER CHERCHE SON MANCHOT





"- Je n'ai pas tué ma femme!
- J'en n'ai rien à cirer!
"

On aurait imaginé Le Fugitif filmé par un Hitchcock, un De Palma, un Franckenheimer de la grande époque... C'est ce qui lui manque à ce fuyard. Il y a quelque chose qui lui échappe : un style. Quelque chose qui fait passer le film à la vitesse supérieure. Car ce Fugitif prend son temps. C'est un piéton, après tout. Aussi le rythme ne tient pas dans la vivacité de cette caméra très sage, ni même dans la vélocité des mouvements, très posés. Mais dans un montage alerte et surtout dans un scénario sans égratignure.
Machine efficace et machination un peu confuse, la production hollywoodienne reprend le fameux principe hitchcockien : rien à cirer du motif, du mobile. L'important c'est que le présumé coupable soit innocenté. Hors nous savons qu'il est innocent (c'est Harrison Ford quand même), mais il doit le prouver. Dans un registre similaire à Frantic, Ford prouve qu'il est nickel quand il s'agit de jouer le mec dépassé par les événements mais sûr de lui. Il a la carrure. Il en fallait pour affronter le morceau de choix, Tommy Lee Jones, charismatique, transcendé par ce rôle de chien chasseur. Les comédiens permettent de construire une véritable intensité, un duo/duel à distance (ils se croisent finalement très peu). C'est là toute la force de ce 'faux" suspens. Si la fin ne pêchait pas par classicisme (avec un méchant tiré par les cheveux), l'ensemble fournit quelques grands moments de cinéma (crash du train, poursuite dans le barrage, ...) et se ponctue surtout de tas de scènes déjà vues, mais très bien agencées.
C'est donc avec la qualité des dialogues, l'esprit mordant du Marshall, les ruses du fugitif, que nous embarquons dans ce divertissement efficace et distrayant. Western contemporain, l'Amérique n'a pas changé : on pend d'abord, on discute après. La manière dont toute la vérité est amené montre, cependant, en creux, une Amérique corrompue, mensongère, une Justice faillible (du coup, une condamnation de la peine capitale) et surtout un système hospitalier en crise. Intéressant de constater que la moitié du final prend coeur parmi des handicapés physiques. une Amérique qui n'a rien des gros bras de Ford ou des fiers à bras de Lee Jones. Une Amérique très prolétaire finalement se dessine dans ce périple dangereux d'un homme autrefois prospère. Le Fugitif ne fut pas populaire pour rien...
 
vincy

 
 
 
 

haut